Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 33865
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 25 Nov 2016 - 21:51

Ligue Magnus (22e journée) :
Strasbourg – Nice (5-3)
Ils ont trouvé le remède

Malgré quelques frayeurs dans le deuxième tiers-temps, l’Étoile Noire a pris le meilleur hier sur Nice (5-3) et met fin à une série de quatre défaites toutes compétitions confondues. Tout n’est pas parfait mais le mieux fait un grand bien.
On a cru , deux petites minutes durant, que les Strasbourgeois avaient mis fin à leur “syndrome du deuxième tiers-temps”, eux qui y avaient perdu quelques certitudes ces derniers temps alors qu’ils avaient viré en tête à la pause.
On pense notamment au derby de l’Est contre Épinal vendredi quand les hommes de Daniel Bourdages, menaient 2-1 à la première pause avant de perdre leurs moyens en même temps que Cooper Trudeau (défaite 2-5). Deux jours plus tard, ils en étaient à 1-0 sur la glace du leader bordelais après vingt minutes avant d’embarquer un vilain 5-1 dans leurs bagages de retour deux tiers-temps plus tard.
Alors hier, quand Thomas Mathieu a doublé la mise dès le retour des vestiaires en expédiant un missile dans le but de Khoroshun (2-0, 20'48), on s’est dit que les Strasbourgeois avaient réussi à exorciser leurs démons.
Mais alors qu’ils avaient fait le break après un premier tiers-temps maîtrisé et bonifié par cette déviation du revenant Loup Benoit sur un lancer de la bleue de Witek (6’56), les Strasbourgeois ont de nouveau été frappés par ce fameux syndrome.
Atteints d’une fébrilité indécelable deux minutes plus tôt, ils ont permis aux Niçois de revenir dans la partie. Carpentier récupère un palet mal dégagé derrière la cage de Hiadlovsky pour mieux le tromper (2-1, 22'26), puis Hampl récupère le palet tranquillement en fond de zone avant de tromper Hiadlovsky au premier poteau (2-2, 26'33).

Guérison durable ?

Il y avait de quoi se faire du mouron, regretter les occasions ratées du premier tiers – Draper trop court sur une inspiration de Beattie dans le slot (15’51), notamment – et craindre un mauvais scénario.
Les Strasbourgeois vont sortir de cette léthargie grâce à Beattie, prompt à reprendre un palet relâché par Khoroshun sur un lancer de Witek (3-2, 33'53). Mais loin d’un vaccin contre le “syndrome du deuxième tiers”, ce but n’aura que l’effet limité d’une pommade trop vite étalée quand Lacheny remet une nouvelle fois les pendules à zéro (3-3, 35'23).
C’est alors que les joueurs de Daniel Bourdages ont ressorti leur remède miracle, sorte de shoot d’adrénaline leur permettant (et cela a été le cas plus d’une fois cette saison) de répliquer avec force après avoir encaissé une droite et mis un genou à terre. Et ce coup-ci, c’est Gould qui a mis le punch suffisant pour reprendre au second poteau une courte passe de Beattie dans le trafic (4-3, 37'05).
On ne peut encore savoir si les Strasbourgeois sont guéris durablement. Ce qui est certain, c’est qu’en retrouvant dans le troisième tiers la même maîtrise collective que dans le premier et en trouvant une cinquième fois la faille, Gould partant tromper Khoroshun sur une belle ouverture de T. Mathieu (5-3, 57'11), ils ont retrouvé la clé du succès.
« On a fait face à une équipe de Nice qui joue du beau hockey e je suis vraiment content de la manière dont on a joué en troisième période, appréciait en fin de match Daniel Bourdages. C’est la preuve que certains, qui reviennent de blessure ou n’avaient pas trop joué en début de saison, reviennent fort. »
On verra dès mardi à l’Iceberg contre ces mêmes Niçois si le vaccin a bien été inoculé.dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 29 Nov 2016 - 21:28

Ligue Magnus (23e journée) :
Strasbourg – Nice (3-4, t.a.b.)
Ça aurait pu être pire

Malgré son sursaut en 3e période, l’Étoile Noire a payé son entame de match catastrophique hier et s’incline après tirs au but contre les Aigles (3-4).
Hier soir, au terme des deux premiers tiers-temps, la soirée de l’Étoile Noire prenait une bien vilaine tournure.
Les Strasbourgeois, huitièmes de la Magnus au coup d’envoi, étaient logiquement menés 3-0 par Nice (11e ), Dijon (10e ) était déjà lancé vers son succès contre le leader lyonnais et Épinal (9e ) menait 3-0 contre Grenoble.
Plombés par leur entame de match catastrophique, les joueurs de Daniel Bourdages n’avaient jusque-là rien montré. Romand les avaient mouché après trente secondes de jeu en trompant plein axe un Hiadlovsky esseulé (0-1, 0’30).
Imprécis au possible, les Strasbourgeois prenaient l’eau une deuxième fois en laissant Romand mettre dans le trafic un palet dévié par Vondracek (0-2, 3’36) avant de payer leur indigence en power-play sur une mauvaise inspiration de Pisarik qui profitait à Bajaruns (0-3, 12’16).
« Je ne sais pas si c’est Nice qui a excessivement bien joué ou nous qui étions exceptionnellement lents. Il y a sans doute un peu des deux, mais j’ai rarement vu une équipe jouer avec autant de vitesse, pointera après le match Daniel Bourdages. On n’était malheureusement pas prêt à lutter contre ça, ils avaient beaucoup plus envie que nous et heureusement que Vlad (Hiadlovsky) nous a tenus dans le match après le 3-0. »

La lumière après la deuxième pause

Hors sujet en power-play en deuxième période (24’57, 35’48) – Nice n’a heureusement pas été plus décisif dans l’exercice (30’26, 33’48) –, les Strasbourgeois peuvent en effet remercier leur gardien. Pas particulièrement bousculés, les Aigles ont géré leur avance dans le deuxième tiers, mais sans réussir à profiter des contres pour assommer les Strasbourgeois. À ce moment-là, se demander si l’Étoile Noire va se sortir de ce guêpier est presque superflu.
Paradoxalement, les joueurs de Daniel Bourdages ont vu la lumière durant la deuxième pause. « Ils (les Niçois) semblaient quand même fatigués de tous leurs efforts du premier tiers et j’ai dit aux gars que si on marquait rapidement, il y aurait plus de sourires dans notre vestiaire à la fin de ce match-là », livrera le coach strasbourgeois.
Des paroles qui ont visiblement fait mouche. Beattie sonne le réveil en reprenant le rebond concédé par Khoroshun sur un shoot de Draper (1-3, 41’32).
Les Aigles s’en remettent à Khoroshun pour sauver ce qui peut l’être devant Burgert (41’55) ou encore Gould (44’58). Hiadlovsky laisse aussi les siens dans la partie en s’interposant devant Bajaruns (45’30, 50’35) et Vondracek (49’50).
L’Étoile Noire pousse et va réaliser l’impensable une vingtaine de minutes plus tôt. Beattie, servi par Gould, signe un doublé (2-3, 55'11), puis Burgert est le plus prompt au rebond d’un lancer de Witek pour arracher la prolongation (3-3, 58'06).
Celle-ci, marquée par un tir de pénalité de Benoit sorti par Khoroshun (68’43), ne changera pas le cours du match. C’est donc une séance de tirs au but qui allait servir de juge à cette partie renversante. Et la balance va finir par pencher du côté niçois, seul Carpentier convertissant son penalty.
L’Étoile Noire se contente d’un point. C’était inespéré après les deux premières périodes. Et si Dijon a conservé son avantage sur Lyon, Épinal a fini par perdre en prolongation tandis qu’Amiens (7e ) a subi le courroux bordelais (6-2). Le bilan de la soirée aurait pu être bien pire et l’Étoile Noire conserve sa 8e place tout en grignotant un point à Amiens.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 2 Déc 2016 - 21:48

Ligue Magnus (24e journée) :
Lyon – Strasbourg (3-1)
La loi du leader

Malgré un contenu intéressant, l’Étoile Noire de Strasbourg s’incline face à Lyon, de nouveau leader (3-1). Punis à deux reprises infériorités numériques et sur un but en cage vide en fin de match, les Strasbourgeois sortent du Top 8 de la Magnus.
« Je pense que ce sera un bon match de Hockey, un match rapide, comme chaque fois contre une équipe Lyon qui tourne bien cette saison », expliquait Daniel Bourdages à quinze minutes du coup d’envoi de la rencontre.
Concentré, le coach strasbourgeois savait combien ce déplacement de l’Étoile Noire sur la patinoire Charlemagne était périlleux. Strasbourg, huitième de la Ligue Magnus, voyageait vendredi soir chez un Lyon retrouvé cette saison, mais piqué au vif après sa défaite à Dijon mardi (6-3).

Pas loin du coup parfait

« Pour en avoir discuté avec mon homologue Mitja Sivic, l’équipe de Lyon va être très revancharde après sa contre-performance en Bourgogne », confirmait le coach canadien. Face à une bête blessée mais toujours dangereuse, l’objectif des “jaunes et noirs” était d’abord de ne pas subir. Et pourquoi pas faire un « coup » sur la glace du deuxième de cette Ligue Magnus.
En l’absence de leur maître à jouer Carson Cooper, les hommes de Bourdages réalisaient pourtant une bonne entame. Biens en place défensivement, agressifs dans les mises en échec, les Strasbourgeois bousculaient les locaux. Hélas, peu après le quart d’heure de jeu, un tir lointain du lyonnais Milavanovic en power-play annihilait les efforts alsaciens. À l’issue du premier tiers, Lyon menait donc 1-0.
Le deuxième acte ne reprend pas sous les meilleurs auspices pour l’Étoile Noire qui se retrouve en double infériorité numérique pendant plus d’une minute (23'01), sans céder sous la pression. Alors que les Lyonnais bénéficiaient d’une nouvelle supériorité numérique (33'23) après avoir “tué” une pénalité (29'18), le gardien Hiadlovsky multipliait les parades et maintenait son équipe à flot.

Contre le cours du jeu

En infériorité, les attaquants strasbourgeois n’en restaient pas moins dangereux. Mieux, en toute fin de période, Lorcher – idéalement lancé par Guillemain – trouvait enfin la faille dans la défense lyonnaise et redonnait un souffle d’espoir à son équipe (1-1).
Les “jaunes et noirs” reprenaient le dernier tiers tambour battant. Plus frais physiquement, alertes, ils donnaient le tempo du match et semblaient croire en leurs chances de succès.
Hélas, un but lyonnais contre le cours du jeu – suite à une nouvelle supériorité numérique accordée aux Lions par M. Rauline –, puis un troisième dans le but laissé vide par la défense strasbourgeoise, balayaient les derniers espoirs de l’Étoile Noire.
Hier soir, Lyon prenait la première place du classement de la Ligue Magnus. L’Étoile Noire, elle, descendait à la neuvième place.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 9 Déc 2016 - 21:35

Ligue Magnus (25e journée) :
 Strasbourg – Gap (1-4)
Sans étincelle

Si elle a tenu le coup jusqu’à la mi-match, manquant même de prendre les devants, l’Étoile Noire n’a pas été assez incisive et conquérante pour espérer un résultat positif contre une équipe du calibre de Gap. Elle s’incline 1-4, trop logiquement.
Un duel de gardien : voilà comment résumer le premier tiers-temps hier soir. Un mano a mano à distance entre Hiadlovsky dans la cage strasbourgeoise et Fouquerel de l’autre côté qui a dans un premier temps permis au gardien de l’Étoile Noire de se mettre en valeur.
Après un harponnage dans le trafic (5’58), il s’interpose devant Ringrose (6’30) avant de repousser des tentatives de Essery (9’35) et Faure (10’20) alors que son équipe est en supériorité numérique.
Les Strasbourgeois vont enfin réussir à poser leur power-play et c’est alors que Fouquerel est entré en piste. Il repousse avec autorité deux shoots de Pisarik (10’40, 11’10) avant d’être déterminant sur un one timer de Draper (13’30) alors que les Rapaces sont, de nouveau, en infériorité numérique après une faute sur V. Mathieu.
Le gardien des Rapaces va empêcher l’Étoile Noire de prendre les commandes au retour des vestiaires. Il repousse une tentative de Striz qui traverse le trafic (25’58) avant de réaliser deux parades décisives. Sur la première, c’est de la botte qu’il sort un shoot à bout portant de Pisarik (28’55). Sur la seconde, il se fend d’une improbable parade dans le slot sur une déviation de Benoit, servi par Striz, qui prenait la direction du cadre (30’45).

«Ça aurait été contre le cours du jeu»

« On aurait pu ouvrir le score mais franchement, ça aurait été contre le cours du jeu même si c’était pour nous la seule façon d’espérer quelque chose dans ce match, reconnaîtra Daniel Bourdages. On défendait assez bien mais je trouve qu’on a fait notre plus mauvais match en termes de transmission de palet. On ne peut pas prétendre battre une équipe comme Gap en étant aussi peu précis dans les passes et dans les réceptions. »
Les Strasbourgeois n’ont pas profité de leur momentum et la rencontre va basculer du côté des Rapaces. Mais pour cela, il leur aura fallu un power-play pour une faute peu évidente de Marcos en zone offensive (31’47). Et quand l’Étoile Noire n’avait su trouver la faille en quatre minutes de supériorité numérique, les joueurs de Luciano Basile n’auront besoin que de cinq secondes pour marquer, McEachen envoyant un missile au fond des filets de Hiadlovsky (0-1, 31’52).
La suite va être sévère mais finalement assez logique. « Après le premier but de Gap, on a eu beaucoup de difficultés à sortir de notre zone », pointera Daniel Bourdages.
McEachen en profite pour doubler la mise sur un lancer de la bleue dévié dans le trafic par un dos… strasbourgeois (0-2, 35’13). Un deuxième power-play va assommer un peu plus les Alsaciens, une déviation de Carr sur un lancer ras de glace de Essery ne laissant aucune chance à Hiadlovsky (0-3, 38’12).
Le gardien de l’Étoile Noire, qui avait porté les siens jusque-là, cède sa place à Goetz, son back-up. Et si Draper relance les espoirs strasbourgeois en reprenant le rebond d’un palet qu’il avait lui même envoyé sur la transversale de Fouquerel (1-3, 43’53), il manquera une étincelle pour enflammer cette fin de match.
L’arrêt de Goetz sur un tir de pénalité de Di Dio Balsamo (49’03) aurait pu être le facteur X de ce match. Las, Thillet redonnera trois longueurs d’avance aux Rapaces (1-4, 52’14) qui n’auront plus qu’à gérer leur fin de match tranquillement.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 11 Déc 2016 - 21:05

Ligue Magnus (26e journée) :
 Angers – Strasbourg (3-0)
 L’inefficacité a coûté cher

Sans réussite offensive alors qu’elle dominait les débats, menée contre le cours du jeu à la fin du premier tiers-temps (2-0), l’Étoile Noire a couru après le score sans parvenir à inverser le cours d’un match où ses joueurs n’ont pas baissé les bras.
Avec des si, les Strasbourgeois seraient repartis hier soir de la patinoire du Haras, l’antre des Ducs d’Angers, avec des mines bien plus réjouies. Mais ce n’est malheureusement pas avec des si qu’on gagne des matches de hockey, ou de tout autre sport.
« On aurait pu mener 2-0, si Thomas (Mathieu) ou Malcolm (Gould) avaient réussi à tromper le gardien et c’est dans leur tête que ça aurait fait mal. Au lieu de cela, ce sont eux qui ont marqué et c’est nous qui avons pris un coup sur la tête », résumait ainsi Daniel Bourdages à la fin du match.
Bertein, le gardien devant la cage angevine, hier soir, n’a finalement pas vu ses filets trembler. Thomas Mathieu aurait pu le faire, en effet, alors que Bertein était sorti trop loin de son but, mais la reprise de l’attaquant de l’Étoile Noire n’a fait que flirter avec l’extérieur du poteau gauche (9’08).
Bertein a été plus déterminant – comme sur d’autres parades en tout début de match – en repoussant de l’épaule un lancer puissant de Gould qui partait en lucarne (19’50).
Entre les deux actions strasbourgeoises, les Ducs étaient parvenus à ouvrir le score contre le cours du jeu – Arrossamena, le récent transfuge d’Épinal, profitant d’un cafouillage devant la cage de Hiadlovsky pour pousser le palet au fond des filets (1-0, 12'20) – avant de doubler la mise sur un missile de Gagnon dans la lucarne gauche du gardien strasbourgeois (2-0, 16'50).
Dedans, la tentative de Gould aurait sans doute adouci la pilule au moment de rentrer au vestiaire. Mais l’histoire de ce match ne devait pas basculer en faveur des joueurs de Daniel Bourdages qui reconnaissait après la partie « le mérite de (ses) gars de ne pas avoir lâché ».

« Un tout autre match dans l’intensité collective »

« Ce soir (hier) , on fait un tout autre match dans l’intensité collective que vendredi contre Gap et je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Malheureusement, ça fait aussi trois buts d’écart à la fin, poursuivait le coach strasbourgeois. Le résultat n’est pas là mais ça faisait un moment qu’on n’avait pas mis autant d’intensité dans l’échec avant. Dans la volonté, on a répondu présent. Le problème, c’est qu’on n’a pas marqué de buts. »
Les Ducs – alors que Hiadlovsky repoussait une tentative de Lessard en bout d’échappée au retour des vestiaires (21’31) – vont, eux, réussir à trouver une troisième fois le chemin des filets. Un palet bloqué sur la ligne bleue strasbourgeoise revient sur Walls qui sert Arrossamena, seul dans le slot alors que la défense de l’Étoile Noire est prise à revers. Hiadlovsky cette fois ne peut rien faire (3-0, 27'21).
Le scénario est idéal pour des Angevins diminués (quantitativement en tout cas) et qui vont défendre cet acquis jusqu’au bout sur leur petite glace d’autant plus idéale qu’ils avaient moins d’efforts à faire pour ne pas se découvrir.
Bref, l’Étoile Noire devait forcer l’accès à la cage de Bertein. Gould pensait réduire le score sur une reprise dans le slot mais le but était refusé pour une crosse jugée trop haute au-dessus du gardien angevin (43’22).
Comme un symbole que rien hier soir ne devait rentrer dans le but des Ducs. En panne d’efficacité offensive, l’Étoile Noire ne pouvait que s’accrocher à des si avant de reprendre son bus pour rejoindre Strasbourg et profiter de la trêve à venir pour recharger ses batteries.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 24 Déc 2016 - 3:45

Ligue Magnus (27e journée) :
 Strasbourg – Amiens (1-3)
Au point mort

Obligée de courir après le score alors qu’Amiens a fait le break en fin de première période (0-2, 17'51), l’Étoile Noire a poussé après avoir réduit le score en power-play (1-2, 40'16) mais n’est pas parvenue à inverser le cours d’un match de plus en plus tendu et qu’Amiens a scellé en cage vide (1-3, 59'59).
Les intentions strasbourgeoises ne serviront à rien si les joueurs de l’Étoile Noire n’arrivent pas à les convertir en but. Déjà muette à Angers lors du dernier match avant la trêve internationale, l’attaque strasbourgeoise est restée dans son mutisme hier soir lors des deux premières périodes.

« On ne marque pas assez en ce moment »

Et comme ses adversaires n’ont pas décidé d’observer le même silence sur le front de l’attaque, l’Étoile Noire se retrouve inexorablement en difficulté. Hier soir, après cinq très bonnes minutes de la bande à Daniel Bourdages, avec au passage une parade du bout de la mitaine d’O’Keefe sur un shoot puissant de Pisarik (3’53), les Alsaciens ont cédé sur le premier power-play picard (5’12).
Une supériorité numérique qui permet à Bourgeois d’ouvrir le score sur un lancer qui traverse le trafic devant la cage de Hiadlovsky (0-1, 7’02) et qui force l’Étoile Noire une fois de plus – ces derniers temps en tout cas – à courir après le score.
Une situation on ne peut plus confortable pour les Amiénois qui ont pu s’appuyer sur leur défense pour maîtriser leur sujet. Et quand Jass, au terme d’un joli festival pour s’engouffrer dans la défense strasbourgeoise, a trompé Hiadlovsky du revers (0-2, 17'51), il y a eu de quoi craindre d’assister à une soirée bien terne.
« Ils avaient joué mercredi (en quart de finale de Coupe de France à Rouen, ndlr) et on pouvait craindre de passer un premier tiers-temps difficile. Ça a malheureusement été le cas, regrette Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. Mais le problème, c’est surtout qu’on ne marque pas assez en ce moment. On ne prend pas forcément les bonnes décisions ou on ne met pas assez de présence devant la cage adverse. »
Le deuxième tiers-temps, en termes de réalisme devant le but adverse, sera donc du même tonneau que le premier. Et le souci, c’est que celui-ci est à sec depuis le début de la seconde phase de matches aller/retour de cette Ligue Magnus nouvelle formule.
Ce n’est pas que les Strasbourgeois ne mettent pas d’envie, bien au contraire, mais quand ils ne font pas briller le gardien adverse – sur ces tentatives de Beattie (24’17) ou Burgert (25’52) –, le cadre se dérobe au dernier moment. Sur un shoot de Benoit repoussé de la botte par O’Keefe, tout l’Iceberg croit au but, mais T. Mathieu, bien placé au rebond au second poteau, ne cadre pas sa reprise (30’15).
Et alors que les Amiénois durcissent les débats, enchaînant des charges de plus en plus vicieuses à mesure qu’elles ne seront pas sanctionnées, l’Étoile Noire va bénéficier de son seul power-play du match pour un retard de jeu des Gothiques sur l’ultime engagement du 2e tiers-temps (39’59). Dès le retour des vestiaires, les Strasbourgeois le convertissent, Pisarik reprenant dans le slot une passe puissante de Gould (1-2, 40'16).
« On voulait marquer en power-play et on l’a fait, mais c’est quand même dingue que ça soit le seul dont on a bénéficié alors que c’est certainement une des parties les plus sales qu’on a pu subir depuis le début de la saison, pestait Daniel Bourdages après l’arbitrage de M. Hauchart. C’est dommage parce qu’on fait un très bon troisième tiers-temps mais Amiens a été solide derrière. »
Alors que Benoit et Offret en venaient aux mains après une énième provocation du second (50’57), l’Étoile Noire ne laissait plus son adversaire respirer alors que l’Iceberg pestait après chaque charge de moins en moins licite.
Les Strasbourgeois pensaient égaliser sur ce missile de Pisarik qui semble faire gamelle dans le dos d’O’Keefe mais que le corps arbitral jugera sur sa transversale (54’50). L’Étoile Noire tentera le tout pour le tout en sortant son gardien (58’55), mais butera sur la défense picarde avant que Champagne dégage le palet dans la cage vide (1-3, 59'59).
Au point mort, l’Étoile Noire laisse filer un adversaire direct pour une place en play-offs.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 31 Déc 2016 - 3:12

Ligue Magnus (29e journée) :
 l’Étoile Noire se relance après sa victoire (7-1) dans le derby contre Épinal
Strasbourgeois requinqués

L’Étoile Noire a mis fin à sa série de défaites (six) jeudi soir en retrouvant contre Épinal son efficacité offensive. Sur les sept buts, les attaquants strasbourgeois ont marqué deux fois en infériorité, dont celui de Kévin Lorcher sur un joli geste technique.
Frustrés d’avoir entendu les supporters spinaliens chanter leur bonheur dans les travées de l’Iceberg de longues minutes après la défaite concédée lors du derby précédent (2-5, le 18 novembre lors de la 20e journée de championnat), les joueurs de l’Étoile Noire ne boudaient pas leur plaisir d’avoir cette fois précipité le retour de l’autre côté des Vosges d’une “Vague orange” forte, une nouvelle fois, d’une centaine de membres.

« La dernière fois, on les entendait chanter dehors depuis le vestiaire. Alors oui, quand on est revenu sur la glace célébrer la victoire avec notre public, ça a fait quand même plaisir de voir que les supporters d’Épinal étaient déjà partis, savoure encore Kévin Lorcher. La patinoire était pleine, on gagne 7-1 contre Épinal… tout était réuni pour que ça soit une belle soirée. »

Une joie d’après match à laquelle les Strasbourgeois n’avaient plus goûté depuis le 25 novembre et un succès 5-3 contre Nice. Depuis, l’Étoile Noire avait enchaîné six revers, inscrit seulement trois buts lors de ces cinq derniers matches. Jeudi soir, l’attaque strasbourgeoise a retrouvé de l’appétit et ne s’est pas gênée pour se goinfrer.

« Un geste que je tente souvent à l’entraînement »

« On n’avait pas de réussite offensive ces derniers temps et ça fait vraiment du bien de marquer, souligne l’attaquant de 24 ans. On était quelques-uns, dont moi, à ne pas l’avoir fait depuis un moment. Là, en plus, on marque deux fois en power-play et deux fois en infériorité numérique. »

Deux buts inscrits en désavantage numérique sur lesquels Kévin Lorcher est impliqué plus ou moins directement puisqu’il était sur le banc de la prison sur le premier signé par Malcolm Gould (3-0, 15'19) et qu’il a inscrit le second d’un subtil geste technique (5-1, 47'07).

« Quand je prends ma pénalité, alors qu’on ne mène que 2-0 et je ne cache pas que je ne suis pas serein quand je pars en prison, reconnaît Kévin Lorcher. Heureusement Malcolm marque et on ne prend pas de but. Quand tu retournes sur le banc, tu t’excuses et t’essaies de ne pas reprendre une pénalité derrière. »

Son but, inscrit en bout d’échappée avec un grigri qui va mystifier Andrej Hocevar, a achevé les infimes chances spinaliennes de revenir dans cette partie. « C’est un geste que je tente souvent à l’entraînement et Vlad (Hiadlovsky, le gardien de l’Étoile Noire) pensait que je ne le réussirai pas en match, sourit l’audacieux. Il y a un peu de chance, Hocevar n’est pas dans un grand jour, je tente parce qu’on mène 4-1, que j’ai de l’avance sur les défenseurs et que j’arrive comme il faut de la droite. Mais ça fait plaisir que ça rentre ! »

Auteur de son troisième but sous le maillot strasbourgeois, Kévin Lorcher sait qu’il n’en mettra d’aussi beau à chaque match. L’essentiel n’est de toute façon pas là pour l’attaquant qui prend à cœur son rôle de centre sur la quatrième ligne avec les jeunes Maxence Leroux (récent médaillé de bronze au Mondial U20 de D1A) et Valérian Mathieu.

« Sur la quatrième ligne, on ne te demande pas de briller mais de presser l’adversaire. Le coach veut qu’on puisse tourner le plus longtemps possible dans le match à quatre lignes et c’est un grand signe de confiance de m’avoir demandé d’y jouer au centre. Avec Maxence et Valérian, on fait le boulot, on ne prend pas de but, explique-t-il. De toute façon au hockey, du moment que tu as un rôle qui te permet d’apporter quelque chose à l’équipe, peu importe sur quelle ligne tu joues. »

« Maintenant, tous les matches seront importants »


À quinze journées de la fin, les Strasbourgeois ne veulent plus rien lâcher pour aller chercher leur qualification en play-offs. Revenus à quatre points de la 8e place, dernier ticket pour la phase finale, ils doivent rapidement combler leur retard.

« Cette victoire contre Épinal nous remet dans la course, mais ça se resserre entre le septième et le dixième et maintenant tous les matches seront importants, synthétise Kévin Lorcher. Il faut qu’on prenne le plus de points possible, quel que soit l’adversaire. »

Requinquée par ce derby victorieux, l’Étoile Noire sera donc en mission sur chaque match. La prochaine sera de venir à bout de la meilleure défense de la Magnus, à Bordeaux le 6 janvier.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 7 Jan 2017 - 21:48

Ligue Magnus (30e journée) :
Bordeaux – Strasbourg (6-2)
Largesses coupables

Obligée de courir après le score juste après le coup d’envoi, l’Etoile Noire a laissé trop d’espace en deuxième période à des Bordelais qui n’en demandaient pas tant et s’imposent 6-2. Encaisser un but sur le premier shoot du match après seulement douze secondes de jeu, il y a forcément mieux pour se mettre dans le bain quand on se rend sur la glace d’un des cadors du championnat.
Mais hier soir, après ce missile de Rubes qui a laissé Hiadlovsky pantois (1-0, 0’12), les Strasbourgeois n’ont pas cédé tout de suite à la panique.
Certes les Bordelais ont fait le break par Gilbert après une interception en zone neutre (2-0, 11’42). Mais les Alsaciens restaient dans le coup, alertant Goy jusqu’à ce que Beattie trouve la faille en deux temps (2-1, 20’36).

«Naïfs et pas assez concentrés»

Les choses se sont malheureusement gâtées après cela. Charland a profité d’un palet mal bloqué du patin par Genest pour partir tromper Hiadlovsky (3-1, 21’36). Les Strasbourgeois se sont ensuite trop découverts, laissant des boulevards aux Boxers trop facilement en surnombre en zone offensive.
«On ne peut pas espérer battre cette équipe de Bordeaux en offrant deux ou trois buts comme cela et c’est dommage parce qu’on avait à créer des choses intéressantes en attaque, regrettait Daniel Bourdages. Après, on a été beaucoup trop lents dans le repositionnement défensif. On a été naïfs et pas assez concentrés dans ces tâches-là. »
Les vannes sont ouvertes. Salmivirta déjoue de près Hiadlovsky (4-1, 33’20) avant que Bouchard trouve la lucarne droite du gardien strasbourgeois qui cédera sa place à Goetz dans la foulée (5-1, 34’40).
Pas encore chaud, le jeune back-up se fait surprendre par Côté en maîtrisant mal le rebond d’un puissant shoot de Gilbert (6-1, 36’41). Ça sera la seule fois qu’il s’inclinera devant les attaquants bordelais.
Mais si l’Etoile Noire ne va plus encaisser de but, elle ne va pas réussir à combler son retard malgré plusieurs powerplay consécutifs (42’17, 44’56, 49’29). Après une faute sur Cooper en bout de rush (50’00), les Strasbourgeois vont évoluer pendant 1’29 à cinq contre trois, mais Goy va verrouiller à l’accès à sa cage avec autorité.
«On a beaucoup mieux joué défensivement dans le troisième et on les a envoyés en prison parce qu’on était plus combatifs », retenait le coach de l’Etoile Noire, qui va vite devoir mettre ce revers de côté avant de recevoir Chamonix/Morzine demain soir (19h) à l’Iceberg.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 8 Jan 2017 - 21:08

Ligue Magnus - 31e journée :
Strasbourg – Chamonix/Morzine (2-3)
 Incompréhensible !

Si on pouvait trouver des excuses aux Strasbourgeois vendredi après leur défaite à Bordeaux au regard du pedigree de l’adversaire, le revers subi hier soir contre une équipe de Chamonix/Morzine affamée à défaut d’être brillante montre les limites d’une équipe qui doit désormais se focaliser sur son maintien.

L’Étoile Noire pouvait se relancer dans la course aux play-offs hier tout en prenant des points précieux dans l’optique du maintien. Pour cela, il fallait prendre le meilleur sur des Pionniers de Chamonix/Morzine que les Strasbourgeois avaient maîtrisé lors des deux confrontations précédentes (5-1 à l’Iceberg lors de la 5e journée, 5-4 après prolongation à Morzine lors de la 15e journée).

« Aucune excuse »

Mais pour cela, il fallait y mettre du cœur, de l’autorité, de l’envie. Tout ce qui a disparu après quatre petites minutes de jeu et un contre fatal des Pionniers conclu par Hascoet sur la première incursion savoyarde un tantinet dangereuse en zone offensive (0-1, 4'26).
Il y a bien eu une réaction rapide avec un power-play efficace grâce à la reprise de Beattie sur un rebond concédé par Missiaen sur un shoot de Gould (1-1, 6'45). Mais il fallait n’y voir qu’un trompe-l’œil de la détermination des Strasbourgeois qui sont retombés dans leurs travers et ont permis aux Pionniers d’exister.
Mauvaises passes, sorties de zone fastidieuses comme s’il fallait sortir d’un labyrinthe maudit, palets rendus à l’adversaire faute de trouver un partenaire désireux de vouloir le faire vivre pour l’équipe… bref, rien de bon !
« On a joué au ralenti pendant les deux premières périodes. J’ai l’impression qu’ils étaient bien plus affamés que nous et je suis déçu du manque de combativité de beaucoup de joueurs sur un match d’une telle importance, s’inquiétait Daniel Bourdages en fin de match. Sur ma quatrième ligne, j’ai des joueurs de 18 ans qui mettent plus d’impact que bien d’autres. Il n’y a aucune excuse sur un match où il fallait répondre présent ! »
Plutôt que rugir, les Strasbourgeois ont ronronné leur hockey comme s’il était actuellement une arme fatale. Ils se sont ainsi procuré moult tirs cadrés (39 à 19 sur l’ensemble du match), mais nombre d’entre eux avaient tout du pétard mouillé et n’ont fait que mettre Missiaen en confiance devant sa cage, à l’instar de cette parade autoritaire sur un shoot de Pisarik servi par Gould (32’08).
Face à une telle désinvolture, les Pionniers se sont enhardis, comprenant qu’en mettant plus d’engagement dans les duels ils avaient plus de chances de récupérer le palet. L’édifice strasbourgeois s’est fissuré, au grand bonheur de Bogdanoff qui s’est engouffré dans une brèche large comme un estuaire pour aller battre Hiadlovsky de près (1-2, 32'39).
Là encore, l’Étoile Noire a colmaté le trou le rapidement après cette montée de palet rageuse de Genest pour servir Burgert, qui faisait mouche en première intention (2-2, 33'59).
Là encore, ça n’a pas servi de leçon à des Strasbourgeois trop peu concernés pour déranger un adversaire qui pouvait prendre ses aises dans leur camp et y trouver son bonheur. Servi trop facilement devant le but de Hiadlovsky, Jalbert ne laissait ainsi pas passer sa chance (2-3, 35'07).
Ça sera la dernière largesse strasbourgeoise mais les Pionniers n’allaient pas lâcher ce maigre avantage. Les voilà relancés dans une course au maintien qui doit désormais être la principale priorité de l’Étoile Noire.
« J’ai vraiment du mal à comprendre parce qu’on savait que c’était un match qu’on n’avait pas le droit de perdre. Il ne faut pas s’enlever de la tête qu’il reste treize matches et beaucoup de points à prendre mais il faut aussi regarder la réalité », ne cachait d’ailleurs pas Daniel Bourdages.
L’Étoile Noire ne mange que des miettes en ce moment (lire chiffre) et c’est assez incompréhensible que ça ne lui donne pas plus d’appétit qu’hier soir.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 10 Jan 2017 - 21:40

Ligue Magnus :
Rouen – Strasbourg (7-2)
Plombés d’entrée

En concédant l’ouverture du score sur un but contre leur camp puis deux buts en moins d’une minute, l’Étoile Noire s’est compliquée la tâche et a fini par s’incliner largement (7-2).
 
Ils n’avaient pas besoin de ça. Pas besoin d’aider ainsi Rouen en offrant aux Dragons l’ouverture du score. Après sept premières minutes équilibrées et alors que l’Étoile Noire évoluait en infériorité numérique, Striz, son défenseur tchèque, tergiversait pourtantm tellement au moment de dégager un palet traînant devant sa cage qu’il finissait, on ne sait trop comment, par l’envoyer au fond de celle-ci (1-0, 7’56).
Rouen n’en demandait pas tant et ne tardait pas à enfoncer totalement les Alsaciens. Un peu moins de trois minutes plus tard, Lampérier, opportuniste, profitait ainsi d’un rebond laissé par Goetz, préféré à Hiadlovsky dans la cage strasbourgeoise, pour doubler la mise (2-0, 10’16) puis Coulombe, moins d’une minute après cette deuxième réalisation et alors que Miller venait tout juste de se voir refuser un but pour crosse haute (11e ), alourdissait le score (3-0, 11’15).
Si Raux n’était ensuite pas loin de mettre définitivement fin au suspense, butant sur Goetz (12e ), Burgert, lui, le relançait – un peu – en prenant le mailleur sur Coulombe puis Sabourin (3-1, 15’06).
Dans la foulée, Strasbourg avait même l’occasion de revenir sur les talons de Rouen mais Sabourin lse montrait solide face à Marcos (16e ) puis, une nouvelle fois, face à Burgert (17e). Si Lampérier, en fin de premier tiers (19e ), et Thinel (21e ), en début de deuxième période, manquaient de peu de redonner une avance un peu plus confortable aux Dragons, ce sont bel et bien les Alsaciens qui se relançaient totalement dans la partie grâce à Marcos.

Revenus à une longueur

La capitaine de l’Étoile Noire profitait d’un rebond laissé par Sabourin sur un lancer de Striz pour marquer dans une cage grande ouverte (3-2, 23’10). Rouen n’avait toutefois pas le temps de douter puisque, sur l’action suivante, Dame-Malka adressait une magnifique passe à Raux qui, à deux contre un, trouvait Colotti pour redonner de l’air à ses partenaires (4-2, 24’08).
Les protégés de Fabrice Lhenry n’étaient pas loin de corser l’addition dans ce deuxième acte mais Goetz gagnait ses duels avec Dan Koudys (29e ), Miller (34e ) et Perret (40e ) et voyait les arbitres refuser le but de Lampérier à huit secondes de la sirène, celui-ci ayant été, selon eux, marqué du patin (40e ).
À défaut d’un deuxième but, l’ailier international s’offrait une assistance d’entrée de troisième acte, servant parfaitement Guénette (5-2, 44’14). Les Dragons déroulaient tranquillement leur jeu lors de ces vingt dernières et Sacha Treille, en supériorité numérique (6-2, 46’31), puis Marc-André Thinel, pour son 300e match en saison régulière (7-2, 50’21), clôturaient de belle manière une soirée somme toute tranquille pour eux. Beaucoup moins pour l’Étoile Noire.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 13 Jan 2017 - 22:05

Ligue Magnus (33e journée) :
 Strasbourg – Dijon (1-2)
Au moins, c’est clair

Battu par la lanterne rouge à domicile deux fois de rang, hier soir par Dijon (1-2), l’Etoile Noire doit se préparer à jouer la poule de maintien. Ça a le mérite d’être clair…
Alors que Daniel Bourdages pouvait, enfin hier soir, aligner Trudeau (de retour de blessure) aux côtés de Cooper et Pisarik, ce qui avait pour ricoche de replacer Draper avec Marcos et Gould sur la deuxième ligne pendant que Beattie réintégrait la défense, il n’y avait aucune raison de pouvoir discuter en fin de match des possibilités qu’ouvrent ces nouveaux alignements.
Pour cela, il aurait fallu que l’Etoile Noire retrouve un minimum de consistance dans son jeu mais elle a encore été rattrapée hier soir par ses grandes difficultés à construire quelque chose de cohérent en partant de sa zone.

« De grosses difficultés à sortir de notre zone »

« C’est principalement défensivement qu’il y a de grosses lacunes dans notre jeu. J’ai eu l’impression pendant les deux premières périodes de voir des enfants qui essayaient de récupérer la rondelle. On a de grosses difficultés à sortir de notre zone. »
C’était pourtant le match de tous les dangers, mais les Strasbourgeois ont mis bien moins de détermination pour l’aborder. Les Dijonnais, pas au mieux également, n’en demandaient pas tant et ont pris le meilleur départ au cours d’un premier tiers-temps frileux (5 tirs cadrés de part et d’autre).
Stefishen a ouvert le score en déviant devant la cage de Hiadlovsky un lancer de Nyren (0-1, 6’36).
Le trouillomètre passé en négatif, les Strasbourgeois balbutient un power-play (8’04) avant d’être punis en infériorité numérique, Jensen reprenant au second poteau une passe d’Andersson (0-2, 12’15).
Ce même Jensen qui butait, en infériorité numérique, sur Hiadlovsky (20’25) avant que Draper joue de malchance, son shoot étant repoussé par le poteau gauche de Buysse, battu sur le coup (20’58).
Il n’y avait malheureusement pas grand-chose de bien croustillant à se mettre sous la dent dans ce tiers médian.
Dos au mur, les Strasbourgeois haussaient, enfin, leur niveau de jeu dans le troisième pour sauver ce qui pouvait encore l’être devant leur public. « Si on pouvait simplement jouer tout le match comme on le fait dans la dernière période, on n’en serait pas là », ne pouvait que concéder Daniel Bourdages.
Ses joueurs vont malheureusement buter sur Buysse que ça soit en double supériorité numérique pendant 1’50’’ en début de troisième période (40’58) ou sur des tentatives de Draper (45’10), Cooper (46’32) ou encore Beattie (52’52).
Marcos, après un relais avec Genest, réglait enfin la mire (1-2, 56’07). L’espoir d’arracher la prolongation, alors que les Ducs multipliaient les fautes, va s’évanouir dans les dernières minutes, le power-play strasbourgeois n’étant pas vraiment une arme fatale.
L’Etoile Noire s’incline donc une nouvelle fois contre le dernier et doit s’interdire d’oser penser tout haut aux play-offs.
«C’était le match à ne pas perdre et il faut juste reconnaître qu’on est dans une situation délicate et qu’on doit se préparer pour jouer le maintien », ne cachait pas un Daniel Bourdages un brin dépité hier soir.
dna
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 17 Jan 2017 - 21:37

Ligue Magnus (34e journée) :
 Strasbourg – Lyon (2-5)
 La bascule ne penche pas

L’Étoile Noire n’a pas vaincu son manque de confiance actuel, hier soir contre Lyon, et s’incline 2-5 en s’étant procurée bien plus d’occasions que son adversaire.
Le sport de haut niveau a cela de cruel qu’il ne pardonne rien aux équipes qui se cherchent, alors que la réussite semble se précipiter dans le camp d’en face, là où elle peut se lover douillettement comme pour mieux narguer les infortunés qui osent croire qu’il suffit de la provoquer pour qu’elle change de crémerie.
Hier soir, contre une équipe de Lyon qui truste le haut de tableau de la Ligue Magnus depuis le début de saison, les joueurs de Daniel Bourdages ont tenté d’aller inverser leur destin actuel, eux qui n’ont pas encore goûté à la saveur de la victoire en 2017.
Mais, faute d’avoir réussi à ouvrir le score en poussant deux fois de suite (7’50, 9’44) les Lyonnais à la faute, ils ont vu ressurgir la mauvaise rengaine de cette nouvelle année. Les Lions ont trouvé les premiers le chemin des filets sur un but de raccroc, une déviation ras de glace de Michel dans le trafic (0-1, 16’40), et les Strasbourgeois en ont été quittes pour courir une nouvelle fois après le score.

« Si le gardien fait des gros arrêts, c’est qu’on s’est créé de belles occasions »

Leurs affaires ne se sont pas arrangées sur leur troisième power-play du match quand Fleming a coupé une passe pour lancer Mickevics conclure un contre assassin (0-2, 19’33).
Les Strasbourgeois ne se sont pas découragés, mais sont alors tombés sur un Pintaric en état de grâce devant sa cage, à l’instar de cette parade du bout de la mitaine sur une reprise de près de Marcos, que tout l’Iceberg a voulu croire au fond (20’45).
« Il (Pintaric) a réalisé des gros arrêts, mais si un gardien fait des gros arrêts, c’est qu’on s’est créé de belles occasions, appuiera en fin de match Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. En dehors du score, je ne peux pas reprocher grand-chose à mes joueurs. On est forcément déçu du résultat, mais pas de la manière dont a joué. »
Les intentions strasbourgeoises – même si elles sont encore trop teintées de ces petites erreurs dans les passes ou les réceptions qui traduisent à elles seules le déficit de confiance que l’Étoile Noire traverse dans son jeu – ont en plus été barrées par Pintaric.
Quand ce dernier s’est fendu d’une nouvelle parade miracle, cette fois devant Trudeau, la continuité de l’action a abouti à un contre de Takac sur lequel Hiadliovsky sera impuissant (0-3, 30’48). Ce dernier cédera sa place après une mauvaise relance derrière sa cage sanctionnée par Lipsberg (0-4, 33’46).
L’Étoile Noire va tout de même réduire le score, d’abord quand Pintaric sera trompé par un de ses propres défenseurs (1-4, 34’48), puis sur un rebond pris par Pisarik après un palet dévié par Cooper sur un shoot de Trudeau (2-4, 45’07). Un court espoir que va noyer Kramar d’un shoot plein axe sur lequel Goetz, irréprochable par ailleurs, ne pourra rien faire (2-5, 54’29).
Toute la différence entre une équipe en confiance et une autre qui se cherche…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 20 Jan 2017 - 21:27

Ligue Magnus (35e journée) :
Gap – Strasbourg (8-1)
Tristement prévisible

L’Étoile Noire, trop diminuée, s’est éteinte face aux Rapaces, plus que jamais leaders de la Magnus.
Daniel Bourdages avait choisi de faire confiance au but au jeune back-up, Baptiste Goetz, pour cette visite périlleuse chez le leader de la Magnus. Mis à contribution d’emblée, Goetz repoussait de l’épaule un essai de Mc Eachen.
Un jeu de puissance en faveur des Alsaciens offrait un soupçon de répit aux visiteurs, mais Gap avait décidé d’appuyer très vite sur l’accélérateur à l’instar des bolides du Rallye Monte-Carlo, présents dans la “capitale douce”. Ainsi, lancé plein axe par Bernier, Ringrose venait battre assez aisément Goetz (5e ).
Les Rapaces voulaient enchaîner mais Strasbourg pointait le bout du nez : Benoit héritait du palet seul devant Bertrand qui manœuvrait parfaitement. Entre-temps, Craige butait sur Goetz, mais Rech ne laissait pas passer sa chance dans l’enclave, de doubler la mise (12e ). Gap avait fait le plus difficile et Strasbourg manquait de réussite, quand sur un tir de la bleue entre les jambières de Bertrand, le palet stoppait sa course sur la ligne des Rapaces, et Craige évitait la réduction du score.
Dès le retour sur le glaçon, les affaires se compliquaient nettement pour les hommes de Daniel Bourdages. La ligne française des Rapaces allait frapper à trois reprises, Thillet, puis Rech et enfin Bouvet tuant tout suspense sur des jeux rapides (5-0, 34e ).

L’Étoile Noire seule dernière

D’autant que Strasbourg n’était toujours pas verni, quand Draper attrapait le poteau de Bertrand. King le centre canadien des Rapaces, rajoutait une dose supplémentaire au calvaire de Strasbourg. Décidément rien ne réussissait à l’Étoile Noire, trop diminuée et débordée par la meilleure attaque du championnat.
Le cauchemar de Goetz se poursuivait dès l’entame du 3e tiers puisque Ross et Thillet venaient fusiller au près le portier alsacien (8-0, 42e ). Strasbourg n’avait plus rien ou presque à espérer mais continuait de chercher à porter le danger dans la zone alpine. En power-play, Beattie déviait un tir de Genest et tromper enfin la vigilance de Bertrand (8-1, 54e ). Mais c’était bien maigre pour l’Étoile Noire, seule dernière, qui aura toutes les peines du monde à éviter le play-down.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 22 Jan 2017 - 21:09

Ligue Magnus (36e journée) :
Strasbourg – Angers (4-3)
Un acte qui doit être fondateur

Jamais menée, deux fois sous pression, l’Étoile Noire a, enfin, livré la prestation qu’on attend d’elle pour aller chercher hier contre Angers son premier succès en 2017.
Six matches de rang , l’Étoile Noire avait concédé l’ouverture du score. Six fois de suite, elle s’était inclinée. Hier soir, l’objectif des Strasbourgeois était déjà de ne pas retourner au vestiaire en étant en retard au tableau d’affichage. Les joueurs de Daniel Bourdages ont déjà rempli cette première mission à défaut de réussir à prendre l’avantage après vingt minutes sérieuses malgré un manque de réussite devant la cage adverse.
Ils auraient dû prendre les devants, notamment en toute fin de période sur cette reprise de Gould pas assez décroisée pour surprendre Neau (18’58). Mais au moins, ils avaient su faire les efforts défensifs pour ne pas boucler cette première période sur un air de déjà-vu.
Après un peu plus de deux minutes de jeu dans le deuxième tiers-temps, ils ont ouvert le score sur un but qui n’est pas le plus beau de la saison mais qui a sans doute servi de déclic. Après un shoot au premier poteau de T. Mathieu, Burgert a été plus prompt pour être au rebond et pousser le palet au fond des filets de Neau dans le trafic (1-0, 22'09).
Depuis la nouvelle année, c’étaient les Strasbourgeois qui encaissaient ces buts “raccrocs”. Celui-ci a permis aux joueurs de l’Étoile Noire de se mettre dans la peau du chassé. Une position oubliée depuis le 29 décembre et une victoire sans doute trop euphorique contre Épinal (7-1).
C’est sans doute ce qui change tout dans la manière dont les Strasbourgeois ont construit leur victoire hier soir. Contre Épinal, ils n’avaient pas eu à forcer leur talent pour gagner et ce succès s’est avéré être un méchant trompe-l’œil.

« Un sentiment d’appartenance à un projet »

Hier, après avoir fait le break sur cette échappée de Gould initiée par Draper (2-0, 25'27), les joueurs de Daniel Bourdages sont retombés dans leurs travers face à une équipe angevine bien plus coriace que le voisin vosgien en fin d’année dernière.
Les Strasbourgeois se sont relâchés, les Ducs en ont profité pour égaliser (2-2, 33'52). C’est à ce moment-là qu’ils ont fait preuve de caractère pour ne pas s’enfoncer. En infériorité numérique, Cooper s’est fendu d’un joli slalom pour remettre l’Étoile Noire sur orbite (3-2, 36'15) avant qu’un contre permette à Gould de redonner deux longueurs d’avance aux siens (4-2, 36'57). C’est bien plus fondateur que remporter un derby trop facilement.
« Il y a eu un sentiment d’appartenance à un projet, une volonté des gars de montrer qu’ils sont là pour le groupe », appréciait Daniel Bourdages en fin de match.
Celle-ci ne sera pas de tout repos, Angers changeant de braquet quand Épinal avait abdiqué. Les Angevins ont poussé bien plus les Strasbourgeois dans leurs retranchements que ne l’avaient fait récemment Chamonix ou Dijon à l’Iceberg. Mais l’Étoile Noire avait hier ce supplément d’âme pour éviter la déroute, même après la réduction du score sur un rush rageur de Henderson (4-3, 59'07).
Les Ducs n’ont pas réussi à arracher la prolongation, les Strasbourgeois empochent trois points. Ces trois unités, en plus de leur permettre de quitter la dernière place du classement, sont certainement bien plus importantes que les trois décrochées contre Épinal.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 24 Jan 2017 - 21:06

Ligue Magnus (37e journée) :
 Amiens – Strasbourg (2-3 a.p.)
Avec le cœur !

Au terme de sa meilleure prestation en déplacement cette saison, l’Étoile Noire est allée chercher hier soir en toute fin de prolongation une victoire capitale pour la suite à Amiens (2-3). Sur la lancée de sa victoire dimanche contre Angers (4-3), qui mettait fin à une période de disette de six matches en 2017, l’Étoile Noire voulait reproduire, hier soir à Amiens, la prestation collective qui lui avait permis de sortir la tête de l’eau.

« On a dû être un obstacle fatiguant pour eux »

Quelle que soit l’issue de la saison régulière, les Strasbourgeois ont en effet intérêt à entretenir cette dynamique positive, qu’elle les mène en play-offs ou qu’elle leur serve de base pour ne pas couler en poule de maintien.
Et de ce point de vue-là, la sortie en terre picarde a de quoi rassurer, les hommes de Daniel Bourdages ayant laissé le curseur sur la même intensité d’abnégation sur la glace des Gothiques.
« C’est un match où on a montré beaucoup de courage pour accepter les nombreuses mises en échec qu’on a reçues, dira en fin de partie le coach strasbourgeois. On a bloqué beaucoup de lancers, on a su laisser passer la tempête en première période, avant de mettre de plus en plus de rythme. On a dû être un obstacle fatiguant pour eux. »
Les deux pénalités impeccablement “tuées” en début de match (0’44, 4’34) ont donné le la de la partition strasbourgeoise. Courageux, solidaires, les Alsaciens ont empêché les Amiénois d’ouvrir le score avant de les surprendre sur leur première réelle occasion, Gould déviant dans le slot un shoot de Genest (0-1, 8’36).
S’ils n’ont pas empêché Amiens d’égaliser sur une nouvelle supériorité numérique – Champagne profitant d’un cafouillage devant la cage de Hiadlovsky (1-1, 17’48) –, le retour des Gothiques n’a pas mis un frein à leur détermination.
La partie s’est ensuite équilibrée, l’intensité du jeu atteignant des sommets à mesure que les deux gardiens repoussaient les tentatives adverses. Et alors qu’on se dirigeait vers une prolongation on ne peut plus logique, Bourgeois – d’un tir depuis la bande venu d’ailleurs – pensait offrir la victoire aux siens dans le temps réglementaire (2-1, 58’32).

Cinq points pris sur les deux derniers matches

Mais l’Étoile Noire n’avait pas fait tous ces efforts pour ne rien en retenir et arrachait la prolongation dans la foulée sur un shoot ras de glace de Genest en plein trafic (2-2, 58’55). Et les Strasbourgeois n’ont pas voulu se contenter de ce point-là.
Portés par un Hiadlovsky impérial durant la mort subite (8 parades presque toutes décisives), ils vont doucher le public amiénois en toute fin de prolongation sur une échappée de Gould, qui ne laissait aucune chance à O’Keefe (2-3, 69’08).
Les Strasbourgeois – qui ont perdu Guillemain en début de 3e période – repartent du Coliséum avec deux points conquis avec le cœur. « On prend cinq points sur nos deux derniers matches contre des adversaires sur lesquels on voulait revenir. Mais on ne se focalise pas sur cela, mais plutôt sur notre jeu en prenant les matches les uns après les autres », concluait Daniel Bourdages.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 27 Jan 2017 - 21:16

Ligue Magnus (38e journée) :
Strasbourg – Grenoble (3-2 a.p.)
 De premier choix

En étant seulement la deuxième équipe à faire tomber Grenoble (3-2 a.p.) sur les 16 matches disputés sur la seconde phase de Ligue Magnus, l’Étoile Noire a signé une performance de premier choix et enchaîne un troisième succès de rang.
Prendre les devants dans un match change quand même considérablement la vie. « Il faut le croire, même si ça ne nous a pas empêchés de devoir aller chercher nos deux dernières victoires en prolongation », lâchera Daniel Bourdages hier soir à la fin des débats.
Comme mardi à Amiens, ses joueurs ont certes eu recours à une mort subite pour s’imposer. Mais comme contre Angers deux jours plus tôt (victoire 4-3), ce sont eux qui ont pris les devants et ça leur a évité de voir ressurgir le spectre des six défaites de rang concédées précédentes, en ayant à chaque fois couru après le score dès le premier tiers-temps.
Et pour cela, ils ont usé hier soir contre Grenoble des ressorts si précieux utilisés contre Angers et Amiens : solidarité défensive, détermination offensive.
Si les Brûleurs pensaient passer une soirée tranquille à l’Iceberg, le premier tiers-temps a été une sacrée piqûre de rappel. Plus incisive, l’Étoile Noire va prendre logiquement les commandes face au troisième de la Magnus.
C’est d’abord Morillon qui s’est chargé d’ouvrir le score, en déboulant comme une bombe dans le slot où Cooper l’a servi idéalement (1-0, 7’13). C’est ensuite Draper qui a permis à l’Étoile Noire de faire le break sur une passe lumineuse de Striz derrière la cage de Horak (2-0, 10’18).

Le power-play, « seul point noir »

Grenoble aurait pu réduire le score mais Hiadlovsky était sauvé par son poteau gauche (11’32). Les joueurs d’Edo Terglav auraient aussi pu se retrouver dans la panade si le power-play strasbourgeois était une arme de “destruction massive”.
Mais ni en première période (12’49, 16’05), ni lors d’une double supériorité numérique de deux minutes pleines en deuxième tiers-temps (25’01), les joueurs de Daniel Bourdages n’ont réussi à en profiter.
« On a des difficultés en power-play et les équipes le savent en nous mettant sous pression, reconnaîtra Daniel Bourdages. C’est le seul point noir en ce moment. »
Restés “en vie” dans un match où ils montraient beaucoup de nervosité, les Grenoblois vont se relancer sur deux erreurs strasbourgeoises. La première, un palet mal contrôlé à la ligne bleue, finit par profiter à Hardy (2-1, 36’04). La seconde, une relance contrée en zone neutre, est exploitée à merveille par Rodman (2-2, 39’24).
Un nouveau power-play balbutié (1’49 en début de 3e période) va empêcher les joueurs de l’Étoile Noire de “tuer” définitivement un match que les Brûleurs de loups ne semblent pas en mesure de gagner dans le temps réglementaire.
On sent même que les Grenoblois veulent refaire le coup de la 7e journée quand ils s’étaient imposés en prolongation à l’Iceberg sans avoir été une seule fois en tête avant. Mais ils n’avaient pas, hier, la même sérénité face à des Strasbourgeois déterminés à ne pas finir ce match frustrés. Cette fois, ce sont eux qui ont eu le dernier mot quand Gould a mis Draper sur orbite. Seul face à Horak, le Canadien n’a pas tremblé et offert une victoire de premier choix à l’Étoile Noire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 3 Fév 2017 - 21:26

Ligue Magnus (39e journée) :
Épinal – Strasbourg (4-3 t.a.b.)
Un point de pris

Revenue au score à deux reprises, la dernière fois pour arracher la prolongation à six secondes du terme, l’Étoile Noire n’a pas réussi à forcer la décision et s’est inclinée hier après les tirs au but à Épinal (4-3).
Battus sept fois d’affilée après avoir concédé l’ouverture du score, premiers à trouver le chemin des filets lors de leurs quatre dernières victoires (dont une série en cours de trois succès avant de venir à Épinal), les Strasbourgeois savaient où se trouvait l’une des clés de ce nouveau derby de l’Est.
Alors quand, hier soir, les joueurs de Daniel Bourdages ont rejoint les vestiaires à l’issue de la première période avec deux buts de retard – tous deux concédés en infériorité numérique avec Veilleux (1-0, 10’03) puis Soudek (2-0, 14’43) à la conclusion des power-play spinaliens, il y avait de quoi craindre la répétition du triste scénario des sept premiers matches de 2017.
« On connaissait l’importance de ce début de match et on prend des pénalités qui étaient évitables. Mais je n’ai surtout pas aimé la manière dont on a défendu en désavantage numérique, ne cachait pas en fin de match le coach strasbourgeois. Par contre, j’ai aimé notre réaction en deuxième période et le fait de ne pas baisser les bras. »
La bande à Daniel Bourdages ne veut pas déjà dire au revoir aux play-offs et a eu le mérite de ne pas retourner aux vestiaires désabusée. Pisarik, d’un lancer en angle fermé qui a surpris Hocevar au premier poteau, a relancé l’Étoile Noire (2-1, 21’43), avant que T. Mathieu n’égalise après un bel effort pour “gratter” le palet devant la cage spinalienne (2-2, 27’05).
La partie va ensuite s’équilibrer entre deux formations qui ne vont pas profiter de leurs supériorités numériques respectives. Après une parade de Hocevar sur Marcos sur le dernier power-play de l’Étoile Noire (40’50), les deux équipes se sont neutralisées jusqu’au money-time.

« On veut garder le positif »

Et alors qu’Épinal pensait avoir fait le plus dur en reprenant l’avantage par Hordelalay (3-2, 55’42), les Strasbourgeois vont arracher la prolongation sur un shoot dans le trafic de Marcos à six secondes de la fin du temps réglementaire (3-3, 59’54).
Les dix minutes supplémentaires ne départageront pas les deux équipes, malgré quelques situations chaudes en faveur des Spinaliens qui vont finir par faire la différence aux tirs au but, Bouchard puis Fujerik trompant Hiadlovsky quand seul Cooper mettait le palet au fond du but de Hocevar.
« On aurait pu sortir de ce match plus heureux, mais on veut garder le positif en se disant qu’on a cherché un point qui pourra être important en fin de saison », retenait Daniel Bourdages. Hier, l’Étoile Noire a repris un point à Amiens, le huitième. Mais elle n’est pas la seule à gagner du terrain dans la quête des play-offs.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Lun 6 Fév 2017 - 8:18

Ligue Magnus (40e journée) :
 Strasbourg – Bordeaux (4-1)
 Le message est clair

Menée contre le cours du jeu à la fin du premier tiers-temps (0-1), l’Étoile Noire a logiquement battu hier les Boxers de Bordeaux (4-1) et reste en embuscade dans la course aux play-offs.
Deux jours après s’être goinfrés chez eux contre la lanterne rouge dijonnaise (11-0), les joueurs de Philippe Bozon pensaient sans doute hier qu’il allait être aussi facile de venir chercher un succès chez l’avant-dernier (au coup d’envoi) que pour une girafe d’aller grignoter les branches des plus hauts acacias.
Bien mal leur en a pris – « C’est une faute professionnelle », dira en fin de match leur coach, Philippe Bozon – face à une équipe strasbourgeoise invaincue dans le temps réglementaire de ses quatre matches précédents (dont trois victorieux) et qui n’a pas tiré un trait définitif sur ses chances de disputer les play-offs.
Les Bordelais ont certes viré en tête à la fin du premier tiers-temps mais ils le doivent autant à leur efficacité en power-play – leur première supériorité numérique étant conclue par Charland d’un missile du haut des cercles (0-1, 19'30) – qu’à l’imprécision des Strasbourgeois devant la cage d’Ylönen.

« On ne veut plus rien lâcher »

Les joueurs de l’Étoile Noire auraient dû ouvrir le score, mais quand ils n’ont pas buté sur le gardien des Boxers, ils ont manqué le cadre, à l’instar de cette reprise de Gould qui frôle la lucarne d’Ylönen (11’38) ou de ce raté de Pisarik, seul au second poteau, alors que la cage semblait grande ouverte (16’08).
Un manque d’efficacité qui a sans doute précipité la perte des Boxers. Parce qu’à rejoindre les vestiaires avec un but d’avance, ils sont revenus sur la glace avec la naïveté d’un jeune rongeur qui ne voit pas le hibou tapi au fond du trou d’un tronc.
Tant mieux pour les Strasbourgeois qui vont inverser le cours de ce match pour reprendre leur destin en main. Servi au premier poteau par Gould depuis le coin, Marcos (du revers) règle la mire strasbourgeoise (1-1, 20’23).
Deux petites minutes plus tard, Gould surgit du banc sur une relance plus que faiblarde de la défense bordelaise pour, cette fois, ajuster la lucarne gauche d’Ylönen (2-1, 22’42).
Les Boxers déjouent, se trompent dans l’engagement physique comme quand Côté vient charger dans le dos Benoit contre la bande. Corrigé par Witek – qui rejoindra les vestiaires mais dont la réaction « pour défendre son copain » (dixit Daniel Bourdages) en dit juste assez sur la cohésion qui anime le groupe strasbourgeois actuellement –, le défenseur des Boxers va laisser ses coéquipiers à quatre contre cinq pendant cinq minutes pleines (29’38).
Heureusement pour les Bordelais, le power-play strasbourgeois manque trop de confiance pour être un réel atout. Les joueurs de Daniel Bourdages ne vont pas “tuer” le match à ce moment-là et vont pouvoir compter « une nouvelle fois, sur un très bon » Hiadlovsky pour empêcher les Bordelais de revenir.
Mais il va finir par payer en troisième période. Servi par Marcos dans le slot , Draper dévie juste comme il faut le palet pour surprendre Ylönen (3-1, 48’08), avant de mettre le couvercle sur le match en trompant en deux temps le gardien bordelais (4-1, 54’42). Les Strasbourgeois vont défendre comme un seul homme pour bloquer les initiatives bordelaises qui se basent sur des talents intrinsèques supérieurs mais ne s’accompagnent pas de la même volonté de lutter.
« On est passé par des choses tellement difficiles en décembre et en janvier qu’on ne veut plus rien lâcher », résumera Daniel Bourdages. Revenus à la 9e place, ses joueurs ont envoyé hier un message sérieux.
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18602
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 14 Fév 2017 - 14:40

Chamonix Morzine0000   
Strasbourg6312
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 14 Fév 2017 - 21:16

Ligue Magnus (41e journée) :
Chamonix/Morzine – Strasbourg (0-6)
La très belle opération

En signant un blanchissage hier soir à Chamonix sur la glace des Pionniers (0-6), l’Étoile Noire a écarté un concurrent direct, tout en se relançant dans la course aux play-offs. Parfait !
En arrivant en fin d’après-midi à Chamonix, Daniel Bourdages, le coach de l’Étoile Noire, avait évoqué le plan qu’il espérait pour ce match ô combien capital contre des Pionniers à égalité de points (43) au classement général, à l’entame du sprint final de la Ligue Magnus.
Avec le retour au jeu de Trudeau, aligné aux côtés de Cooper et Pisarik, le technicien strasbourgeois espérait bien que son homologue, Stéphane Gros, y voit la nécessité de miser beaucoup pour contrer le trio. « Mais la ligne qui fonctionne vraiment bien en ce moment, ce n’est pas celle-là », glissait malicieusement Daniel Bourdages.

Impérial trio Gould, Marcos, Draper

Déjà impériale contre Bordeaux juste avant la trêve internationale (victoire 4-1 à l’Iceberg le 5 février), la ligne Gould/Marcos/Draper a continué sur sa lancée, hier soir dans une patinoire Richard-Bozon où l’Étoile Noire n’avait plus gagné depuis le 23 janvier 2010.
Le trident offensif strasbourgeois a justifié tous les espoirs de leur coach en mystifiant la défense des Pionniers, complètement débordée par l’activité du moteur actuel de l’Étoile Noire. En un peu plus de trois minutes de jeu, les Strasbourgeois avaient fait le break après des buts de Marcos (0’23) et Gould (0-2, 3’10).
Le temps mort pris dans la foulée par Stéphane Gros rééquilibrait quelque peu la partie, sans que les locaux en profitent, notamment en power-play (14’36). En feu, Draper assommait les Pionniers en trouvant, de près, la lucarne gauche de Missiaen (0-3, 18’41).
Les Strasbourgeois ont ensuite su faire le dos rond, portés par un Hiadlovsky des grands soirs – le gardien de l’Étoile Noire va multiplier les parades à bout portant notamment sur deux infériorités numériques (32’00, 34’43) –, avant que Gould ne plante une quatrième banderille, glissant le palet entre les jambières de Missiaen après un gros travail de Miner-Barron pour garder le palet en zone offensive (0-4, 38’43).

La fin de sept ans de disette à Chamonix

Les Pionniers – après un tir de pénalité de Moffat repoussé par Hiadlovsky (39’34) – vont définitivement couler dès l’entame de la troisième période. En toute fin de power-play , Pisarik surprend Missiaen, masqué par Burgert (0-5, 42’53). Libre de tout marquage au second poteau, Draper imite Gould et signe un doublé juste après (0-6, 45’09) et l’Étoile Noire n’a plus qu’à gérer le dernier quart d’heure pour offrir un blanchissage à Hiadlovsky.
Strasbourg met fin, avec la manière, à sept ans de disette à Chamonix, écarte un concurrent direct et revient, à trois journées de la fin de la saison régulière, à deux points de la 8e place (la dernière qualificative pour les play-offs), détenue par Épinal, qui compte un match en plus
.
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18602
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 17 Fév 2017 - 15:53

Strasbourg0000   
Rouen3201
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 17 Fév 2017 - 21:31

Ligue Magnus (42e journée) :
Strasbourg – Rouen (0-3)
 La loi des Dragons

Obligée de courir rapidement après le score face à une équipe rouennaise qui n’était pas venue faire de la figuration, l’Étoile Noire s’est inclinée hier soir à l’Iceberg (0-3).
Alertés par les récents résultats de l’Étoile Noire – « On ne bat pas Bordeaux ou Grenoble par hasard. Même leur victoire 6-0 à Chamonix (mardi) m’a impressionné », dira en fin de match Fabrice Lhenry, le coach rouennais –, les Dragons savaient qu’ils devaient se faciliter la tâche hier soir, histoire aussi de ne pas revivre la déroute d’il y a cinq ans.

« Rouen nous a fait progresser »

Le 23 janvier 2012, Rouen s’était en effet incliné 5-1 à Strasbourg, trois jours avant d’échouer en finale de la Coupe de France contre Dijon. Deux jours avant le remake de la finale 2016 contre Grenoble, ils ont évacué ce spectre en ouvrant le score après huit petites secondes de jeu, Guénette trompant Hiadlovsky entre les jambières sur le premier shoot cadré de la partie.
Mais ce n’est pas pour autant que les Strasbourgeois leur ont facilité le travail hier soir. Malheureusement, ils ne trouvent pas la clé en power-play en ce moment et vont gâcher deux occasions de revenir rapidement au score (1’01, 6’52) avant d’être punis sur un mauvais contrôle dans la zone neutre qui profite à Guénette en échappée (0-2, 10’46).
« C’est vraiment le regret ce soir, parce que si on parvient à égaliser, je suis persuadé que ça change tout le match », ne pourra que constater à la fin Daniel Bourdages, le coach de l’Étoile Noire.
Par la suite, ses joueurs ont poussé Rouen à livrer un vrai match de hockey, en défendant chaque palet avec une intensité parfois débordante. Avec un Dany Sabourin des grands soirs dans sa cage – pas seulement pour repouser un tir de pénalité de Trudeau (30’06) qui aurait pu modifier bien des choses –, Rouen n’a pas laissé grand-chose à son adversaire.
« Ce que je retiens, c’est que Rouen n’est pas venu faire une apparition hier soir et qu’ils nous ont vraiment pris au sérieux, développera Daniel Bourdages. Rouen nous a fait progresser. On sait ce qu’il nous manque pour battre une équipe de ce calibre. »
Dans le magasin des lacunes, outre le power-play , il y a certainement encore un surplus d’impatience à sortir du stock. Sur une pénalité sévère sifflée contre Marcos, Gould écope ainsi de dix minutes de méconduite pour avoir osé exprimer son mécontentement (43’59). Une réaction aussi compréhensible qu’inutile et énergivore à ce moment du match.
L’Étoile Noire va tenir bon sur cette infériorité numérique comme sur la suivante (47’24), mais elle a perdu en lucidité dans la foulée, laissant Sacha Treille partir clore le score du revers sur un rush qui ne laisse aucune chance à Hiadlovsky (0-3, 50’14).
En imposant sa loi, Rouen a respecté l’Étoile Noire et préparé au mieux sa finale dominicale. Les Strasbourgeois, eux, n’ont pas réussi à forcer leur destin et restent dépendants des prochains résultats d’Épinal tout en n’ayant pas le droit de se planter en déplacement la semaine prochaine à Dijon (mardi) et à Nice (vendredi) s’ils veulent disputer les play-offs de la Ligue Magnus.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 21 Fév 2017 - 21:45

Ligue Magnus :
Dijon – Strasbourg (5-1)
Mauvaise affaire

Incapable de trouver la faille en power-play pour ouvrir le score, l’Étoile Noire a fini par perdre pied (5-1) chez des Ducs de Dijon qu’elle retrouvera en poule de maintien.
Soirée noire pour les Strasbourgeois. Battus à Dijon (5-1), ils n’iront pas en playoffs. Après avoir tenu tête aux Ducs jusqu’à la mi-match, les hommes de Daniel Bourdages se sont écroulés et laissent filer trois points précieux dans la lutte pour le maintien…
Après un round d’observation tonique mais assez brouillon, Dijon se crée une première occasion. Bien trouvé par Goncalves, Guttig est accroché par Morillon au moment de tenter sa chance. Mais il manque son tir de pénalité face à Hiadlovsky (7e ). Frustré et fautif sur l’engagement suivant, l’attaquant international est envoyé en prison.

Trois minutes de folie

Solide en infériorité numérique, le DHC se montre même dangereux. À la conclusion d’un joli contre joué à deux, Mansson ne trouve pas la faille (8e ). À peine la pénalité tuée, les Ducs sont de nouveau sanctionnés. Ils font néanmoins bloc devant Buysse qui stoppe deux tentatives de Cooper (9e , 14e ).
De retour au complet, les hommes de Jonathan Paredes tentent de déployer leurs ailes. Mais ils font surtout des tours de cage adverse, sans succès. Tout peut alors basculer dans la dernière minute du tiers. Sur un palet récupéré par Fallon, Mansson trouve la botte de Hiadlovsky. Dans la foulée, Buysse se montre décisif face à Pisarik.
L’intensité monte d’un ton dans le deuxième acte. Le DHC s’installe dans le camp alsacien. Après avoir gratté un palet, Métais bute sur Hiadlovsky (25e ). Puis Nyren allume l’ancien portier dijonnais de la ligne bleue. Lancé à la limite du hors-jeu, Gould ne trompe pas Buysse, vigilant. C’est la seule réelle occasion strasbourgeoise du second tiers.
Car Nyren continue d’allumer Hiadlovsky, de loin. Avant de servir parfaitement Edwards, qui n’a plus qu’à pousser la rondelle au fond des filets (1-0, 28e ). Le momentum est clairement dijonnais. Stefishen manque le cadre puis ne peut profiter d’un rebond pour doubler la mise.
Auteur d’une grosse charge contre la bande sur Melin qui peine à se relever, Marcos va en prison, vite rejoint par Benoit. À cinq contre trois, le DHC profite de l’offrande grâce à l’intenable Edwards, plein axe, qui trouve la lucarne (2-0, 33e ).
Si les Côte-d’Oriens doivent à leur tour débuter le dernier acte en double infériorité, ils ont fait le plus dur. D’autant que la première ligne Edwards, Guttig et White surnage, le dernier nommé trouvant la faille (3-0, 42'35, imité peu après la remise en jeu par Stefishen qui trompe Hiadlovsky au premier poteau (4-0, 43'12).
Si Burgert réduit l’écart (4-1, 43'37), Fallon en remet une couche (5-1, 45'35) au terme de trois minutes de folie. Dès lors, la messe est dite. L’expulsion de Kolba – pour une vilaine faute sur Cooper (56e ) –, qui laisse les siens à quatre jusqu’au bout du match, ne change rien. La mauvaise opération est pour l’Étoile Noire…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 24 Fév 2017 - 21:25

Ligue Magnus :
Nice – Strasbourg (3-2 a.p.)
 Mieux que rien

Dans une rencontre importante pour le play-down, Strasbourg a mené par deux fois à Nice avant de céder en prolongation (3-2) et se contente d’un point dans la lutte pour le maintien.
D’entrée, on sentait que les Niçois voulaient marquer leur territoire en investissant la moitié de terrain strasbourgeoise. Les locaux se signalaient les premiers, mais le tir à bout portant de Kubus était parfaitement écarté par Vladimir Hiadlovsky.
L’Étoile Noire se projetait vite à l’attaque à la récupération du palet. Et après une première tentative de Mitchell Witek repoussée, ce dernier se voyait offrir une seconde chance. À la bleue, l’Américain décochait un tir précis qui se logeait dans le petit filet de Khoroshun, masqué (0-1, 6’26). Secoués, les Aigles voyaient Carson Cooper semait la pagaille en slalomant dans leur défense, mais ils parvenaient à se dégager.
Mené, Nice reprenait les choses en main. Spelda, de loin, chauffait les mitaines de Hiadlovsky (11’39). Sur une belle combinaison, Kurali sollicitait à nouveau le portier alsacien, parfaitement sur ses appuis (16’34). À force d’insister, les Azuréens faisaient craquer le verrou. Derrière la cage, Lacheny trouvait Carpentier qui égalisait de près (1-1, 18’33).
Les hommes de Daniel Bourdages se rebiffaient sur un tir de Cooper qui prenait la direction de la lucarne d’un Khoroshun vigilant, suivi d’un tir de Witek sur le poteau (19’33).
Le deuxième tiers-temps redémarrait sur la même lancée : bien trouvé par Cooper, Jordan Draper se heurtait au portier niçois (21’14). Romand répliquait sans plus de succès pour les locaux (22’20). Le palet allait d’un but à l’autre, et l’on sentait qu’un but risquait d’être inscrit à tout moment.

Cooper touche du bois

Celui-ci était inscrit par Deplanque, qui trouvait la lucarne malgré l’angle restreint (1-2, 27’36) et donnait ainsi l’avantage à l’Étoile Noire. Le rythme allait crescendo, et Roman Vondracek voyait à deux reprises Hiadlovsky s’interposer pour empêcher les Aigles d’égaliser avant la deuxième pause d’abord sur un bon tir (32’05) puis sur un face-à-face après un bon service de Jérémie Romand (37’36).
Au retour des vestiaires, Nice poussait. Les locaux prenaient le dessus dans l’impact et faisaient le jeu, mais manquaient de précision dans le dernier geste. C’est finalement sur une faute de Witek sanctionnée d’un tir de pénalité que les Aigles allaient égaliser, par leur buteur vedette, Romand (2-2, 47’29). Les hommes de Stan Sutor finissaient forts. Moins percutants, les Alsaciens étaient sous pression mais ne rompaient pas pour emmener leur adversaire en prolongation, avec un power-play à jouer.
Après seulement vingt secondes dans le temps supplémentaire, Cooper trouvait le poteau azuréen. La chance de l’Étoile Noire était passée. Quelques minutes plus tard, Kurali suivait bien un tir de Quinn repoussé par Hiadlovsky pour offrir la victoire aux siens (3-2, 62’14).
Malgré ce revers, Strasbourg grappille et débutera la poule de maintien avec un petit matelas (6 points d’avance et l’avantage particulier) sur Chamonix/Morzine, actuel relégable.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 25 Fév 2017 - 21:24

Le point en Ligue Magnus à la fin de la saison régulière Carré serré
Neuvième de la saison régulière de Ligue Magnus au terme des 44 journées de championnat, l’Étoile Noire dispute à partir de mardi la poule de maintien. Les Strasbourgeois doivent sauver leur tête dans un championnat à quatre serré.
On le savait depuis mardi soir et la défaite strasbourgeoise à Dijon (5-1) – combinée au succès d’Épinal contre Amiens (5-2) –, l’Étoile Noire va devoir passer par la case “poule de maintien” pour conserver sa place au sein de l’élite du hockey sur glace français.
Il aura manqué quatre points au terme des 44 journées de saison régulière de Ligue Magnus à la bande à Daniel Bourdages pour décrocher son billet pour les play-offs concernant les huit premiers.
Au terme d’un championnat qui s’est rapidement scindé en deux – Angers (6e ) a, au final, 21 points de retard sur Lyon (5e ) et 19 points d’avance sur Chamonix/Morzine, 12e et dernier –, l’Étoile Noire a terminé neuvième avec 47 points.

Six matches pour rester en Ligue Magnus

Elle doit maintenant se concentrer sur les six matches du play-down qu’elle va disputer contre les trois autres non-qualifiés pour les play-offs, à savoir Dijon (10e , 44 pts), Nice (11e , 44 pts) et Chamonix/Morzine (12e , 43 pts).
❏ LA FORMULE DE LA POULE DE MAINTIEN. – Les quatre derniers vont s’affronter dans un mini-championnat en aller/retour, débuté avec les points pris entre eux pendant la saison régulière (disputée pour la première fois en double aller/retour). Le dernier à l’issue de la poule de maintien sera relégué en Division 1.
Au jeu des rencontres particulières, les Ducs de Dijon ont été les plus performants des quatre “infortunés” et vont débuter la poule de maintien en tête (voir repères).
❏ LE BILAN DE L’ÉTOILE NOIRE CONTRE DIJON. – Vainqueurs des deux matches de la première phase de championnat – 6-4 à Dijon (8e journée), 6-2 à l’Iceberg (18e j.) –, les Strasbourgeois n’ont pas réussi à conserver cette dynamique sur la seconde. Ils se sont inclinés à domicile (1-2, 33e j.) puis en Bourgogne (5-1, 43e j.).
Les deux formations ont donc pris chacune six points avec un goal-average de +1 en faveur de l’Étoile Noire. Les deux équipes s’affrontent mardi à l’Iceberg (20h) et le 14 mars à Dijon.
❏ LE BILAN DE L’ÉTOILE NOIRE CONTRE NICE. – Les Aigles, promus en Magnus cette saison, sont les seuls à avoir l’avantage particulier sur les Strasbourgeois au terme des quatre rencontres de saison régulière (7 pts à 5).
Nice s’est imposé deux fois à domicile – 2-0 lors de la 1re journée, 3-2 (a.p.) vendredi lors la 44e et dernière journée –, a gagné après tirs au but à l’Iceberg (4-3, 23e j.), quatre jours après la seule victoire de l’Étoile Noire, déjà à domicile (5-3, 22e j.).
Strasbourg ira à Nice le vendredi 3 mars et bouclera la poule de maintien à l’Iceberg contre les Aigles le mardi 21 mars.
❏ LE BILAN DE L’ÉTOILE NOIRE CONTRE CHAMONIX/MORZINE. – C’est contre les Pionniers que les Strasbourgeois présentent le meilleur bilan (9 pts à 3). Ils comptent en effet trois victoires – 5-1 à l’Iceberg (5e j.), 5-4 (a.p.) à Morzine (15e j.), 6-0 à Chamonix (41e j.) – pour une défaite à domicile (2-3, 31e j.).
L’Étoile Noire ira chez les Pionniers le mardi 7 mars et les recevra le vendredi 10 mars.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37564
Age : 51
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 26 Fév 2017 - 2:39

Il n'y a que le dernier qui tombe au terme de ce mini-championnat?

EDIT: oui, ai lu insuffisamment l'article plus haut.

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM


Dernière édition par Allmen67 MrEnigme le Sam 4 Mar 2017 - 4:50, édité 1 fois
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 28 Fév 2017 - 21:14

Ligue Magnus (poule de maintien) :
 Strasbourg – Dijon (3-0)
Solidité rassurante

En blanchissant les Ducs de Dijon hier soir (3-0), l’Étoile Noire a repris la main dans la poule de maintien et envoyé un message clair à ses adversaires. Elle s’est mise en mode play-down, conforte son avance sur Chamonix/Morzine et il sera difficile de venir l’empêcher d’assurer son maintien en Ligue Magnus
Battue il y a une semaine en Bourgogne (5-1), l’Étoile Noire avait alors laissé filer ses espoirs de play-offs. C’est donc pour jouer son maintien en Ligue Magnus que la bande à Daniel Bourdages retrouvait Dijon hier soir.

Le power-play dijonnais éteint

En tête pour entamer la poule de maintien, les Dijonnais arrivaient à l’Iceberg sur une bonne dynamique avec notamment un succès probant à Lyon vendredi en clôture de la saison régulière.
Pour reprendre la main, les Strasbourgeois – neuvièmes de la saison régulière mais troisièmes avant ce premier match de poule maintien – se devaient de retrouver de la solidité défensive, notamment face à l’un des power-play les plus performants de la Ligue Magnus.
En signant un blanchissage, ils ont envoyé un signal fort. Mais surtout, ils ne se sont pas découragés en début de match quand le sort a semblé choisir le camp d’en face.
Battu sur une déviation de Marcos dans le slot sur un shoot de Morillon, Buysse était en effet sauvé par son poteau gauche (5’57). Hiadlovsky ne se faisait pas surprendre au rebond après un gros shoot de la bleue de Nyren (9’49) juste avant que l’Étoile Noire prenne son destin en main.
Après avoir repoussé de la botte une déviation de près de Trudeau, Buysse s’inclinait dans la continuité de la possession strasbourgeoise sur une reprise à bout portant de Pisarik (1-0, 10’37). Un but de retard que les Dijonnais ne comblaient pas en supériorité numérique (16’50, 21’45, 24’13), l’Étoile Noire éteignant leur power-play.
« Toute la défense a livré un très gros match. On se méfiait de leur power-play surtout sur notre grande glace. Mais on l’avait bien étudié aussi et on a trouvé les solutions pour l’empêcher de fonctionner », retenait en fin de partie Daniel Bourdages.
Bien dans son match, la défense strasbourgeoise montrait la voie juste avant que la quatrième ligne signe le break. Une interception de V. Mathieu en zone neutre permettait à Lorcher de partir en contre. D’un lancer en haut des cercles, il ne laissait aucune chance à Buysse (2-0, 32’20).
Après une dernière pénalité “tuée”, sur laquelle Hiadlovsky s’illustrait en arrêtant un missile d’Edwards (43’29), les Dijonnais partaient à la faute (44’37). Pas souvent décisive cette saison en power-play , l’Étoile Noire se mettait à l’abri quand Cooper temporisait en entrée de zone suite à un revirement pour trouver Burgert, lancé à pleine vitesse, qui trompait Buysse en force (3-0, 45’53).
Hiadlovsky était sauvé par sa transversale sur un shoot d’Edwards (47’13) avant que Buysse repousse un tir de pénalité de Trudeau obtenu après une faute de Quessandier (52’13). Ce seront les derniers faits marquants d’une fin de match où les Strasbourgeois ne cédaient pas à quelques provocations.
« Tout peut encore aller très vite. On a été rigoureux dans les endroits où il fallait. On finit ce match en disant : “contre Dijon, c’est bon !” et on se concentre sur le prochain match », résumait Daniel Bourdages.
La suite, ça sera un déplacement à Nice vendredi, face à des Aigles qui n’ont pas fait de quartier à Chamonix/Morzine hier (5-1).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 3 Mar 2017 - 21:39

Ligue Magnus (poule de maintien) :
Nice – Strasbourg (4-0)
Pas le bon visage

Pas assez mordante offensivement, trop empruntée ensuite pour sortir de sa zone, l’Étoile Noire s’est inclinée hier soir à Nice (4-0) pour la troisième fois de la saison.
Battue deux fois cette saison à la patinoire Jean-Bouin, le nid des Aigles de Nice, l’Étoile Noire livrait hier sa dernière prestation sur les bords de la Méditerranée avec la ferme intention de ne pas y subir le même sort.
La première excursion, en ouverture de cette Ligue Magnus nouvelle formule, s’était soldée par un revers sec (2-0). La deuxième, vendredi dernier en clôture de la saison régulière, s’était conclue en prolongation (3-2) sans que les Strasbourgeois aient été menés dans le temps réglementaire.
Alors, pour ce deuxième match de poule de maintien, débutée mardi par un blanchissage à domicile contre Dijon (3-0), les joueurs de Daniel Bourdages voulaient inverser la tendance pour conforter leur avance sur Chamonix/Morzine avant la double confrontation la semaine prochaine contre les Pionniers.

« Une entame catastrophique »

Mais voilà, il y a des destinations qui semblent ne jamais vouloir vous réussir. Dans un passé proche, c’était le cas de Brest d’où l’Étoile Noire rentrait toujours bredouille. Nice – où l’on retrouve quelques anciens Brestois – aura été une terre toute aussi inhospitalière pour Daniel Bourdages et ses joueurs.
Le problème, c’est qu’ils peuvent regretter de ne pas avoir pris offensivement ce match par le bon bout. « On fait une entame catastrophique pour un match de play-down. On ne peut pas se contenter de bien défendre et de regarder comment ça se passe, pestait le coach strasbourgeois en fin de match. On récupérait la rondelle, mais on la rendait aussitôt. On n’avançait pas dans leur zone. On est presque heureux de n’être menés que 2-0 à l’entame de la troisième période. »
S’ils ont eu le mérite de “tuer” deux pénalités dans le premier tiers-temps, Burgert butant même sur Khoroshun en échappée sur la deuxième (15’30), les Strasbourgeois ont cédé sur le troisième power-play niçois, conclu par Kurali d’un shoot dans le trafic (1-0, 21’43).
Le doute s’est alors ajouté à la frilosité et Nice a profité d’une boulette de l’Étoile Noire en zone défensive pour doubler la marque, Kubus surgissant pour mettre le palet au fond du but de Hiadlovsky qui avait d’abord repoussé un shoot de Bajarus (2-0, 29’25).
Le gardien de l’Étoile Noire va maintenir les siens à distance raisonnable. Mais si les Strasbourgeois vont entamer la troisième période avec de toutes autres intentions offensives – malgré la sortie prématurée de Trudeau, après avoir mal bloqué un palet –, ils ne vont jamais trouver la solution pour faire sauter le verrou niçois.
Tour à tour, Cooper (41’04), Draper (43’30) ou encore T. Mathieu (44’43) vont buter sur Khoroshun et Nice ne va jamais douter. Jusqu’à plier la rencontre sur un nouveau power-play conclu en deux temps par Romand (3-0, 55’12), puis sur une reprise au second poteau d’un Carpentier bien trop seul (4-0, 58’49).
« Même si on n’a pas marqué, on doit commencer le match comme on entame la troisième période. On doit avoir plus confiance en nous pour bousculer nos adversaires », retenait encore Daniel Bourdages.
Chamonix/Morzine, son prochain adversaire (mardi à Morzine, vendredi à Strasbourg), ayant gagné à Dijon (2-7), l’Étoile Noire va devoir montrer un autre visage pour valider son maintien en Ligue Magnus.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 4 Mar 2017 - 22:09

Piqûre de rappel
Battus sèchement vendredi à Nice (4-0) lors du deuxième match de la poule de maintien, les joueurs de l’Étoile Noire doivent en tirer une seule leçon à quatre journées du dénouement : assurer leur place en Magnus n’aura rien d’une sinécure.
La route vers le maintien en Ligue Magnus sera semée d’embûches. Si les Strasbourgeois pensaient, après leur solide victoire contre Dijon mardi à l’Iceberg (3-0), que la voie s’était dégagée, le deuxième virage de ce play-down est venu leur rappeler qu’ils n’avaient pas le droit de lâcher le volant.
Leur déplacement à Nice s’est soldé par une sortie de route (4-0) pendant que Chamonix/Morzine – après s’être crashé trois jours plus tôt à domicile contre Nice (1-5) – a appuyé sur l’accélérateur à Dijon (2-7).
Résultat, les joueurs de l’Étoile Noire n’ont, de nouveau, plus que six points d’avance sur les Pionniers avant de se rendre chez eux mardi et de les recevoir vendredi (20h).

« Inconsciemment, on a un peu trop calculé »

S’ils ont abordé cette poule de maintien avec ce même matelas d’avance (plus l’avantage particulier) sur le dernier et seul relégué en bout de piste, celui-ci peut fondre drastiquement dans un format particulier.
Pour l’avoir disputé l’an passé avec Lyon – 12es (sur 14) à l’issue de la saison régulière, les Lions avaient été relégués (5e /6) avant d’être repêchés suite au désistement de Brest –, Loup Benoit en sait quelque chose.
« La situation était différente, on n’avait pas réellement un projet de jeu comme cette saison à Strasbourg. Mais une poule de maintien, ce n’est pas évident, pointe l’attaquant de l’Étoile Noire. On considère souvent les play-offs comme le début d’une nouvelle saison. Là, on joue la survie du club. Ce n’est pas le même stress et il faut être prêt à tout donner à chaque match. »
S’ils n’ont pas hypothéqué l’avenir de l’Étoile Noire en Ligue Magnus sur ce seul déplacement à Nice, les Strasbourgeois peuvent regretter une entame de match des plus timorées. Sans être réellement au-dessus du lot, les Aigles en ont profité pour se mettre à l’abri et se ménager une marge de manœuvre plus confortable pour la suite de cette poule de maintien.

« Se concentrer sur chaque match qui vient »

« Hier (vendredi) , c’était un match à notre portée mais on n’a pas eu la bonne attitude, ne cache pas Loup Benoit. Inconsciemment, on a un peu trop calculé. Or, on ne peut pas se le permettre parce qu’on ne sait pas ce qu’il va se passer lors de la double confrontation contre Chamonix/Morzine. La seule certitude, c’est qu’on devra mieux aborder ces deux matches. »
Plombée par son inconstance chronique et ses difficultés à imposer son jeu sur la route, la bande à Daniel Bourdages n’a plus le droit de laisser ronronner son moteur. Il est trop fragile pour réagir à quart de tour quand il ne parvient pas à exprimer sa puissance. L’Étoile Noire ne se serait pas retrouvée sinon, comme ses trois compagnons d’infortune, en poule de maintien.
À quatre journées du terme de cette saison 2016/2017, elle doit maintenant trouver le bon réglage pour garder un rythme élevé sans craindre un surrégime.
« Il reste un peu plus de deux semaines de compétition, ce n’est pas grand-chose sur une saison et on doit se concentrer sur chaque match qui vient, insiste Loup Benoit. On va tout faire pour chercher la victoire mardi (en cas de succès dans le temps réglementaire, l’Étoile Noire ne pourra plus être dépassée par Chamonix/Morzine, ndlr). À nous d’être très sérieux. Si malgré tout, ça ne se suffit pas, il ne faudra pas paniquer mais tout de suite se mobiliser pour le match suivant. »
Chamonix/Morzine va désormais jouer chaque match pour rester en vie dans cette poule de maintien. Si la piqûre de rappel niçoise reste sans effets, les Strasbourgeois se rendront vite compte que la leur peut encore être mise en danger.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 7 Mar 2017 - 21:34

Chamonix/Morzine – Strasbourg (1-3)
 Le maintien en poche

En allant s’imposer hier à Morzine contre les Pionniers (1-3), l’Étoile Noire a validé son maintien en Ligue Magnus à trois journées de la fin du play-down.
 
Si l’affiche déployée dans la rue principale de Morzine indiquait qu’il y avait hockey hier soir à la Skoda Arena avec encore le logo de feu les Pingouins, c’est bien les Pionniers nés de l’entente Chamonix/Morzine que l’Étoile Noire défiait dans la station de sports d’hiver.
De quoi bien garnir les travées de la Skoda Arena pour ce match ô combien important pour le maintien en Ligue Magnus. En cas de victoire dans le temps réglementaire, les Strasbourgeois assuraient l’avenir de leur club dans l’élite du hockey français quand les Savoyards jouaient leur survie.
Très bien en place en début de match, incisifs en zone offensive, les joueurs de Daniel Bourdages ne tremblaient pas quand retentissait la Marche impériale de Star Wars, synonyme ici de power-play local (8’00).

« On a été bon pour tenir ce score »

Mais quand ils bénéficiaient à leur tour d’une supériorité numérique – majeure pour le coup après cette charge à la tête de Hudson sur Leroux (12’25) –, ils ne trouvaient pas dans leur rang un Dark Vador capable de transformer les Pionniers en Ewoks pendant le power-play de cinq minutes consécutifs. Les Savoyards en profitaient pour se rebiffer. Heureusement, Homjakovs ne cadrait pas sa frappe sur un turnover strasbourgeois (14’50).
Cela aurait été rageant pour des Strasbourgeois qui maîtrisaient plutôt bien leur sujet par ailleurs, à défaut de tromper la vigilance de Missiaen. Mais le gardien des Pionniers finissait par céder en début de deuxième période.
Lancé à pleine vitesse en zone offensive, Cooper décalait parfaitement sur Draper au second poteau. L’Étoile Noire ouvrait le score (25’53) avant de faire le break une minute plus tard sur un lancer masqué en entrée de zone de Benoit qui ne laissait aucune chance à Missiaen (0-2, 26’54).
L’affaire était bien embarquée. Mais dans le même temps, Dijon prenait la mesure de Nice (4-3 au final). Les Pionniers, dos au mur, en ont-ils eu écho ?
Si ce n’est le cas, ce sont les Strasbourgeois qui les remettaient en confiance en fin de deuxième tiers-temps sur une mésentente en zone défensive qui profitait à Masson, lequel trompait Hiadlovsky de près (1-2, 36’20).
« Le but qu’on leur donne nous met un peu plus de pression. On a été obligé de “couper” le banc en troisième période, Sébastien (Trudeau) ne pouvant plus jouer. On a défendu plus que je ne l’aurais souhaité, mais on a été bon pour tenir ce score face à une équipe qui jouait sa survie », retenait en fin de match Daniel Bourdages.
Revigorés, les Pionniers ont en effet poussé pendant la troisième période pour, au moins, arracher la prolongation. Hiadlovsky et sa défense se montraient toutefois intraitables. Les Pionniers sortaient leur gardien dans la dernière minute, mais ne trouvaient pas la faille et Lorcher “tuait” tout suspense en cage vide (1-3, 59’55).
Un but qui offrait les trois points synonymes de maintien en Ligue Magnus pour l’Étoile Noire à trois journées de la fin du play-down.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 10 Mar 2017 - 21:33

Ligue Magnus (poule de maintien) :
 Strasbourg – Chamonix/Mo. (5-1)
Sérieux récompensé

L’Étoile Noire a réalisé un match très solide hier soir pour dominer (5-1) une équipe de Chamonix/Morzine officiellement reléguée en Division 1.
Ils l’avaient annoncé par la voix de leur capitaine Élie Marcos (notre édition d’hier) , les Strasbourgeois ne comptaient pas galvauder leurs trois derniers matches de la saison, même s’ils sont assurés du maintien en Ligue Magnus depuis leur victoire mardi à Morzine (1-3) contre ces mêmes Pionniers qu’ils retrouvaient à l’Iceberg hier soir.

« On voyait qu’on avait une grosse envie de jouer »

Malgré l’absence de Sébastien Trudeau (dont la saison est terminée depuis une grosse contusion au bas du corps subie à Nice vendredi dernier) et en lançant Baptiste Goetz, le jeune back-up , au but pour démarrer la partie, les joueurs de l’Étoile Noire ont fait preuve d’un très grand sérieux face à un adversaire obligé de gagner (tout en espérant un faux pas de Dijon à Nice) pour croire en son maintien.
Tout de suite plus incisifs que les Pionniers, les Strasbourgeois ont pris rapidement les commandes du match. Après trois parades dans la première minute de jeu, Missiaen ne pouvait rien faire sur l’ouverture du score, signée Grabherr. Dos au but dans le slot alors que le palet finissait de voler dans les airs, le jeune attaquant reprenait du revers et mettait l’Étoile Noire sur orbite (1-0, 2'04).
Libérés, les joueurs de l’Étoile Noire se permettaient, sans en ajouter, de suivre leurs inspirations. Sur l’une d’elles, Gould trouvait, depuis la bande, Draper plein axe. Le Canadien ne manquait pas sa reprise (2-0, 6'42).
Déjà au bord du précipice avant ce match, les Pionniers tentaient bien de réagir. Mais ils se heurtaient à un mur nommé Baptiste Goetz. Impériale, la doublure de Hiadlovsky ne manquait aucune occasion de briller.
Résultat, l’Étoile Noire gérait son avance avant de l’amplifier en toute fin de première période sur un mouvement collectif de la quatrième ligne initié par Valérian Mathieu, relayé par Kevin Lorcher et conclu par Maxence Leroux (3-0, 19'24). Dans ce festival, on n’oubliera pas de signaler la part belle des joueurs formés au club avec deux buteurs, deux passeurs et un gardien en confiance.
« J’avais hâte de voir comment on allait se comporter face à une équipe qui, elle, jouait vraiment quelque chose sur ce match. Les gars ont fait preuve de beaucoup de sérieux, appréciait Daniel Bourdages en fin de rencontre. On voyait qu’on avait une grosse envie de jouer. En plus Baptiste (Goetz) a fait les bons arrêts quand il fallait. »
Le jeune gardien strasbourgeois sortait en effet un deuxième tiers-temps de la même facture (11 arrêts dans le 1er , 13 dans le 2e , 36 au total) pendant que ses coéquipiers creusaient la tombe des Pionniers avec un but chanceux de Draper (4-0, 31'58) et un tir de pénalité de Cooper (5-0, 36'04).
Il n’aura manqué qu’un blanchissage pour finir sur une note parfaite mais Goetz s’inclinait, en infériorité numérique, en fin de match (5-1, 55'03).
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   

 

Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-