Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 33865
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 10 Mar 2017 - 21:33

Ligue Magnus (poule de maintien) :
 Strasbourg – Chamonix/Mo. (5-1)
Sérieux récompensé

L’Étoile Noire a réalisé un match très solide hier soir pour dominer (5-1) une équipe de Chamonix/Morzine officiellement reléguée en Division 1.
Ils l’avaient annoncé par la voix de leur capitaine Élie Marcos (notre édition d’hier) , les Strasbourgeois ne comptaient pas galvauder leurs trois derniers matches de la saison, même s’ils sont assurés du maintien en Ligue Magnus depuis leur victoire mardi à Morzine (1-3) contre ces mêmes Pionniers qu’ils retrouvaient à l’Iceberg hier soir.

« On voyait qu’on avait une grosse envie de jouer »

Malgré l’absence de Sébastien Trudeau (dont la saison est terminée depuis une grosse contusion au bas du corps subie à Nice vendredi dernier) et en lançant Baptiste Goetz, le jeune back-up , au but pour démarrer la partie, les joueurs de l’Étoile Noire ont fait preuve d’un très grand sérieux face à un adversaire obligé de gagner (tout en espérant un faux pas de Dijon à Nice) pour croire en son maintien.
Tout de suite plus incisifs que les Pionniers, les Strasbourgeois ont pris rapidement les commandes du match. Après trois parades dans la première minute de jeu, Missiaen ne pouvait rien faire sur l’ouverture du score, signée Grabherr. Dos au but dans le slot alors que le palet finissait de voler dans les airs, le jeune attaquant reprenait du revers et mettait l’Étoile Noire sur orbite (1-0, 2'04).
Libérés, les joueurs de l’Étoile Noire se permettaient, sans en ajouter, de suivre leurs inspirations. Sur l’une d’elles, Gould trouvait, depuis la bande, Draper plein axe. Le Canadien ne manquait pas sa reprise (2-0, 6'42).
Déjà au bord du précipice avant ce match, les Pionniers tentaient bien de réagir. Mais ils se heurtaient à un mur nommé Baptiste Goetz. Impériale, la doublure de Hiadlovsky ne manquait aucune occasion de briller.
Résultat, l’Étoile Noire gérait son avance avant de l’amplifier en toute fin de première période sur un mouvement collectif de la quatrième ligne initié par Valérian Mathieu, relayé par Kevin Lorcher et conclu par Maxence Leroux (3-0, 19'24). Dans ce festival, on n’oubliera pas de signaler la part belle des joueurs formés au club avec deux buteurs, deux passeurs et un gardien en confiance.
« J’avais hâte de voir comment on allait se comporter face à une équipe qui, elle, jouait vraiment quelque chose sur ce match. Les gars ont fait preuve de beaucoup de sérieux, appréciait Daniel Bourdages en fin de rencontre. On voyait qu’on avait une grosse envie de jouer. En plus Baptiste (Goetz) a fait les bons arrêts quand il fallait. »
Le jeune gardien strasbourgeois sortait en effet un deuxième tiers-temps de la même facture (11 arrêts dans le 1er , 13 dans le 2e , 36 au total) pendant que ses coéquipiers creusaient la tombe des Pionniers avec un but chanceux de Draper (4-0, 31'58) et un tir de pénalité de Cooper (5-0, 36'04).
Il n’aura manqué qu’un blanchissage pour finir sur une note parfaite mais Goetz s’inclinait, en infériorité numérique, en fin de match (5-1, 55'03).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 14 Mar 2017 - 22:25

Ligue Magnus (poule de maintien) :
 Dijon – Strasbourg (3-5)
Strasbourg en voulait encore

Jamais menée, l’Étoile Noire s’est imposée hier soir à Dijon (3-5) et est assurée de terminer la poule de maintien en tête à une journée de la fin de la saison.
Entre deux équipes déjà assurées du maintien, il ne fallait pas s’attendre à un match d’une grande intensité, hier soir à Dijon.
Cela s’est vérifié d’entrée, tout au long d’un premier tiers guère captivant. Mais les Strasbourgeois ont su ensuite faire la différence, au fil des minutes, pour signer une victoire toujours bonne à prendre (3-5), gâchant un peu la fête dans la patinoire municipale de Trimolet.
La rencontre a au moins eu le mérite de faire briller les deux gardiens habituellement remplaçant, Pierre Pawelek et Baptiste Goy, logiquement alignés dans les cages.
Ils doivent ainsi s’employer respectivement face à Gould et Nyren (10e ). De la ligne bleue, ce dernier n’a pas plus de réussite, tout comme Silvennoinen, Stefishen tentant de profiter du rebond, sans succès (15e ). Mathieu trouve la mitaine de Pawelek… Des « Pierrot ! Pierrot » montent des travées en direction du jeune gardien qui s’en sort encore devant Marcos puis Burgert (18e ).

Deux buts en douze secondes

Il faut alors douze secondes à Strasbourg pour marquer… par deux fois. Sur deux actions consécutives signées Gould et Matthews, l’Étoile Noire a fait le break (0-2, 25e ).
Après avoir manqué un break, comme trop souvent, Mansson ne manque pas l’opportunité suivante… en infériorité (1-2, 33e ).
Un retour de courte durée, Burgert trouvant la faille sur une passe de Lorcher, avant la fin de la pénalité dijonnaise (1-3, 33e ). Rien d’autre n’est à signaler dans ce deuxième acte.
Meilleur joueur dijonnais en 2017, Edwards ravive alors la flamme, en trompant Goetz de près (2-3, 42e ). Le match s’emballe enfin, Guttig ratant de peu l’égalisation (46e ).
Puis Cooper, hyperactif, trouve Pawelek sur sa route (48e ). À la conclusion d’une belle action collective, cap’tain Marcos redonne de l’air aux siens (2-4, 56e ).
Avant un baroud d’honneur trop tardif de White et des Ducs (3-4, 58e ). Gould se charge alors de conclure, en cage vide (3-5, 59e ).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 21 Mar 2017 - 22:12

Ligue Magnus (poule de maintien, dernière journée) :
Strasbourg – Nice (3-4)
Nice, la bête noire

En tête jusqu’à la mi-match, l’Étoile Noire n’a pas réussi à vaincre hier Nice. Elle s’incline (3-4) pour la cinquième fois cette saison contre une équipe qu’elle a devancée en saison régulière et en play-down.
Dans ce match sans grand enjeu entre deux équipes assurées de leur maintien, il ne fallait pas s’attendre à voir autre chose que quelques étincelles de hockey sur glace. Pour leur dernière rencontre de la saison devant leur public, les Strasbourgeois avaient envie de soigner leur sortie.
Le problème, c’est qu’ils affrontaient leur bête noire, contre laquelle ils n’avaient remporté qu’une seule des confrontations précédentes cette saison. Et s’ils ont réussi à ouvrir rapidement le score sur un shoot en première intention de Burgert, lancé à pleine vitesse en zone offensive (1-0, 1’21), ils n’ont jamais réussi à se mettre à l’abri.
Les Aigles ont égalisé sur un shoot de Macon (1-1, 3’03). Hiadlovsky avait pourtant repoussé le palet mais le rebond de celui-ci, monté très haut pour le coup, trompait le gardien de l’Etoile Noire au rebond.

« Un match bizarre »

Les Strasbourgeois reprenaient tout de même les commandes du match avant la fin de la première période – lancé par Marcos, Pisarik ne laissait aucune chance à Khoroshun de près (2-1, 15’58) –, mais le jeu était trop brouillon pour qu’ils concrétisent leur domination.
« C’était un match bizarre. Je n’ai pas détesté la manière dont on a joué malgré l’absence de joueurs qui pouvaient faire la différence. On travaillait, on arrivait à bien contenir cette équipe de Nice. Alors oui, c’est peut-être notre bête noire cette saison. Mais vu le contexte, je ne peux pas reprocher grand-chose à mes joueurs », retiendra en fin de partie Daniel Bourdages.
Privé au coup d’envoi de quatre joueurs – Kevin Lorcher (nuque bloquée) a rejoint hier Léo Guillemain, Sébastien Trudeau et Jordan Draper à l’infirmerie –, le coach de l’Étoile Noire a voulu donner du temps de jeu à tout le monde pour cette dernière dont il manquait le piment nécessaire pour donner du goût à l’ensemble.
Les deux gardiens qui ont débuté (Hiadlovsky côté strasbourgeois, Khoroshun côté niçois) ont ainsi cédé leurs places à leurs back-up respectifs (Goetz et Charton). Il y avait presque un aspect match de préparation à l’entame des trente dernières minutes, sauf qu’il s’agissait bien d’une dernière rencontre sans enjeu où on ne cherche pas forcément à marquer les esprits et où les petits efforts en plus deviennent des devoirs de vacances qu’on fait avec moins de conviction.
L’Étoile Noire a cherché à faire main basse sur ce match dont l’issue n’allait pas changer sa première place dans la poule de maintien. Plus attentistes, les Niçois en ont profité d’abord pour égaliser quand Vondracek a subtilisé un palet en zone offensive avant de déjouer Goetz (2-2, 36'56) avant de faire le break au retour des vestiaires.

Sans conséquence

Le temps que Gould, touché au visage (40’31), se fasse soigner, Biscard exploite un rebond concédé par Goetz sur un lancer de la bleue de Slovak (2-3, 46'22) avant que Romand, bien lancé par Vondracek, se joue ensuite en deux temps du jeune gardien strasbourgeois (2-4, 47'12).
L’Etoile Noire va certes pousser pour, au moins, arracher une troisième prolongation contre sa bête noire. Goetz délaisse sa cage dans la dernière minute, Marcos exploite la “supériorité” sur une passe au second poteau de Genest (3-4, 59'24). Ça sera finalement insuffisant et les Strasbourgeois terminent leur saison sur une défaite sans conséquence.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Jeu 23 Mar 2017 - 22:13

Ligue Magnus :
retour sur la 9e place de l’Étoile Noire cette saison
 « On n’était pas loin »


À la lutte pour jouer les play-offs jusqu’à l’avant-dernière des 44 journées de saison régulière de Ligue Magnus, l’Étoile Noire a confirmé sa 9e place en remportant la poule de maintien face aux trois autres formations reversées. Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois, dresse le bilan de l’exercice écoulé.
Pour la première fois depuis qu’elle a intégré l’élite du hockey sur glace français, l’Étoile Noire a dû se résoudre à ne pas monter dans le wagon des play-offs à l’issue de la saison régulière.
Depuis sa première participation en 2006/2007 jusqu’à la saison 2014/2015, dernière sous cette formule, elle avait disputé au moins le 1er tour des play-offs évitant l’une des deux dernières places synonyme de play-down.

« On ne peut pas dire qu’on n’a pas essayé »

La saison passée, alors que le contingent des clubs passait de 14 à 12 en fin d’exercice, le finaliste 2011 avait validé sa 8e place, la dernière qualificative pour les play-offs, à quatre journées de la fin de l’ultime championnat à 26 journées.
Cette fois, celle-ci s’est refusée à la bande à Daniel Bourdages, même si les Strasbourgeois ont pu y croire jusqu’à la 42e journée. Neuvième de la saison régulière, ils ont disputé, et remporté, la poule de maintien face à Nice, Dijon et Chamonix/Morzine (relégué).
« Huitième, ça aurait été bien. On n’était pas si loin. On ne peut pas dire qu’on n’a pas essayé. On avait l’impression qu’Amiens et Épinal nous attendaient. Ils ont failli avoir une mauvaise surprise, mais ça ne s’est pas produit. C’est le match de Dijon qui nous a stoppés net, malheureusement », regrette l’emblématique coach de l’Étoile Noire.
Lors de la 43e journée, les Strasbourgeois (9es ) se rendaient chez la lanterne rouge dijonnaise avec deux points de retard sur Épinal (9e ). Les Vosgiens vont battre Amiens pendant que l’Étoile Noire va balbutier son hockey à Dijon (défaite 5-1). Adieu play-offs, bonjour poule de maintien !
« On avait l’impression d’avoir fait le plus dur, notamment en battant Grenoble (3-2 après prolongation) et Bordeaux (4-1). Dijon était passé en mode play-down depuis un bon bout de temps déjà et se préparait en conséquence. Mais on aurait dû et pu faire un meilleur match ce soir-là », ne cache pas Daniel Bourdages.
Rattrapée par son irrégularité, l’Étoile Noire version 2016/2017 a donc disputé le premier play-down de son histoire en Ligue Magnus. Une inédite expérience que son coach n’est pas pressé de renouveler.

« La poule de maintien ? La seule fois où il y a eu de la joie, c’était à Morzine »

« C’est vraiment étrange, surtout avec une formule (*) qui ne donne pas la prime aux équipes qui ont lutté pour aller en play-offs. Là, tu peux tout perdre si tu te retrouves avec plein de blessés. La saison dernière, on aurait été en grande difficulté avec quatre titulaires sur le flanc. Et puis, tu joues sans joie, insiste le technicien de l’Étoile Noire. Tu gagnes mais sans avoir envie de le fêter. La seule fois où il y a eu de la joie, c’était à Morzine (l’Étoile Noire y a validé son maintien lors de la 3e journée du play-down, ndlr). Après 44 journées de championnat, je ne vois pas trop l’utilité de cette poule de maintien. »
Il s’agira donc la saison prochaine de trouver les ingrédients pour éviter de se retrouver en fâcheuse position. Cette saison, rien n’a jamais semblé se goupiller correctement pour que cette équipe développe sur la durée les espoirs nés sur certaines séquences de jeu.
Une intermittence qui ne peut être de mise dans une Ligue Magnus de plus en plus exigeante et qui trouve sans doute sa source dans l’enchaînement de blessures et la gestion des départs (Kyle Stroh remplacé par Sébastien Trudeau, Rolands Vigners remplacé par Malcolm Gould, et Arthur Coulon non remplacé).

« Le regret, c’est de n’avoir jamais pu mettre en place le plan de départ »

« Le regret, c’est de n’avoir jamais pu mettre en place le plan de départ. Chaque semaine, je me disais : “lui va revenir bientôt, lui bientôt”. À chaque fois qu’on voyait un peu de lumière au bout du tunnel, il y avait autre chose. La seule fois où on était dans la configuration parfaite, on gagne 6-0 à Chamonix et Matthew (Beattie) se blesse en fin de match, pointe Daniel Bourdages. Les changements ont aussi modifié l’alchimie dans le vestiaire. La ligne est très fine entre un bon et un moins bon état d’esprit. »
Avec l’équipe la plus jeune de la Ligue Magnus (23,76 ans d’âge moyen selon le site spécialisé Eliteprospect ), l’Étoile Noire a pâti de ses manques de maturité, de cohésion et parfois d’implication de tous. Le power-play (seulement 9,46 % de supériorités converties) a été d’ailleurs révélateur d’un certain manque d’expérience.
« On avait des travailleurs, des bons joueurs d’équipe pour certains, mais il aurait fallu plus d’alchimie, d’autres qualités », conclut Daniel Bourdages qui va trouver là une des pistes de ses réflexions pour la saison prochaine de Ligue Magnus.
(*) Les points pris entre les quatre équipes de la poule de maintien étant uniquement conservés, l’Étoile Noire a ainsi débuté le play-down à la 3e place, derrière Nice et Dijon qu’elle devançait à l’issue de la saison régulière.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 6 Mai 2017 - 21:10

mouvements à l’Étoile Noire Trois nouveaux visages
L’Étoile Noire a officialisé hier les recrutements du défenseur letton Edgars Dikis et de deux attaquants, le Suédois Linus Boström et le Tchèque Michal Duras.
Après avoir enregistré il y a une quinzaine de jours la signature de sa première recrue, l’attaquant québécois Frédéric Bergeron (notre édition du 21 avril) , l’Étoile Noire vient d’enrôler trois nouveaux joueurs pour la prochaine saison de Ligue Magnus.

Expérience et leadership

Deux de ces signatures concernent le front offensif. La première vient de République tchèque avec l’expérimenté Michal Duras (35 ans, 1,81m) et la seconde de Suède avec le solide Linus Boström (28 ans, 1,87m).
Michal Duras arrive avec un CV fort de 481 matches d’Extraliga, l’élite tchèque où il a cumulé 102 buts pour 104 assists. Pour sa première expérience à l’étranger, le natif de Jihlava va apporter toute son expérience.
« Avec les départs cumulés de Jan Pardavy et Michal Petrak en fin de saison dernière, on avait perdu en leadership et en vécu dans le vestiaire cette saison. J’ai eu de très bons échos, notamment de “Pardio” (Jan Pardavy, ndlr), sur l’expérience et le talent de Michal Duras, souligne Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. Il va nous apporter beaucoup et surtout, on a les joueurs pour jouer avec lui, comme Linus Boström. »
S’il n’a pas l’expérience du Tchèque, l’ailier suédois – natif d’Umea et formé à Björklöven où il évoluait encore la saison passée en Allsvenskan (2e division suédoise) – a séduit le technicien de l’Étoile Noire par son engagement sur la glace au-delà de ses fiches statistiques (22 points, dont 9 buts, en 124 matches d’Allsvenskan).
« C’est un joueur qui fonce sur la cage et dont le profil nous manquait la saison dernière. Il a un bon gabarit, il n’hésite pas à se placer devant la peinture et a de l’expérience en power-play, assure Daniel Bourdages. J’ai eu le directeur général de son dernier club, qui regrette de le perdre. Il était particulièrement apprécié. »
La troisième signature du week-end concerne le secteur défensif avec le recrutement du Letton Edgars Dikis (25 ans, 1,81m) qui évoluait la saison passée en Pologne à Polonia Bytom (30 matches, 10 assists ) après avoir disputé les deux précédentes en Ligue Magnus à Brest (37 matches, 2 buts, 9 assists ).
« Edgars ne marque peut-être pas beaucoup de buts mais c’est un joueur très subtil, qui fait de très bonnes relances et qui est courageux pour bloquer les lancers », résume le coach de l’Étoile Noire à propos de sa première recrue défensive.

Burgert prolonge

D’autres arrivées (dont celles de deux joueurs français) devraient prochainement être officialisées par le club qui s’est entendu pour prolonger le contrat de Julien Burgert, l’attaquant de 26 ans qui entamera une 10e saison avec son club formateur (72 points, dont 34 buts, en 237 matches de Ligue Magnus).
Côté départs, celui du Français Kévin Lorcher est acté comme devraient l’être ceux du Tchèque Pavel Pisarik et du Canadien Jordan Draper, arrivés comme Lorcher la saison dernière.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Lun 15 Mai 2017 - 21:20

Ligue Magnus :
mouvements à l’Étoile Noire Le Tchèque Chabera pour remplacer Hiadlovsky au but

Trois jours après l’officialisation de la retraite sportive de son gardien slovaque, Vladimir Hiadlovsky, l’Étoile Noire a engagé le Tchèque Jan Chabera (33 ans) pour le remplacer. L’attaquant français Paul Schmitt rejoint également Strasbourg.
Les suiveurs de l’Étoile Noire n’auront pas eu trop de temps à patienter pour connaître le nom du successeur de Vladimir Hiadlovsky (38 ans en juillet). Sans aucun doute parce que ce dernier avait prévenu suffisamment tôt ses dirigeants de la proposition du Québécois Sébastien Beaulieu pour l’engager dans sa structure suisse de perfectionnement de gardiens (notre édition de dimanche).
Mais l’emblématique gardien slovaque de l’Étoile Noire ces neuf dernières saisons – 248 matches de saison régulière, 55 de play-offs, une épopée fantastique vers la finale de la Magnus en 2011 et de mémorables et facétieuses célébrations de victoire, souvent avec Julien Burgert comme complice, au compteur – n’est pas du genre à juste quitter un club.
Il a aidé sa dernière équipe en France, où il est arrivé en 2001 à Tours, à trouver son remplaçant. « Vladimir a fait plus que jouer le jeu en nous aidant à trouver un nouveau gardien », ne cache pas Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois.
Formé au Dukla Trencin – comme un certain Jan Pardavy –, Hiadlovsky a ainsi orienté le staff de l’Étoile Noire vers le Tchèque Jan Chabera (33 ans, 1,83m) qui évoluait à Trencin en élite slovaque ces deux dernières saisons (91,7 % d’arrêts en 49 matches en 2016/2016, 90,6 % en 22 matches la saison passée).
Chabera débarque avec un CV riche de plus de 300 matches en Extraliga, le plus haut niveau tchèque, avec plusieurs saisons à plus de 93 % d’arrêts.
« Il a également remporté plusieurs titres (trois en 2e division tchèque, ndlr) et a surtout des moyennes de buts encaissés assez bas en Extraliga alors qu’il ne jouait pas forcément dans des équipes de haut de tableau et qu’on sait que c’est un championnat avec un jeu assez ouvert », résume Daniel Bourdages.

Schmitt, un « travailleur »

En plus de son dernier rempart, le club strasbourgeois a officialisé hier une recrue offensive. Il s’agit de l’attaquant français Paul Schmitt (22 ans, 1,81m). Le Montpelliérain a fini sa formation à Gap entre 2009 et 2016 (50 matches de saison régulière) et porté les couleurs de Chamonix/Morzine la saison dernière (2 buts, 3 assists en 35 matches de saison régulière).
« Paul est un travailleur, un joueur de devoir qui patine fort. Il va beaucoup nous aider sur la troisième ligne et on se rappelle qu’il a un certain sens du but », précise Daniel Bourdages à propos de l’ailier qui avait marqué trois buts contre l’Étoile Noire dans la série des quarts de finale de play-offs 2016 avec Gap.
Le club strasbourgeois devrait officialiser d’autres mouvements dans les prochains jours.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 24 Mai 2017 - 22:01

Vladimir Hiadlovsky, l’emblématique gardien de l’Étoile Noire, prend sa retraite sportive Une page se tourne
Après seize saisons passées en France, dont les neuf dernières à Strasbourg, le Slovaque Vladimir Hiadlovsky tourne, à bientôt 38 ans, la page de sa carrière de gardien de but.
 
Au départ, son “escapade” en France ne devait durer qu’une saison. Sa carrière de gardien sur les glaces hexagonales se sera finalement étendue sur seize années.
Formé au Dukla Trencin, Vladimir Hiadlovsky s’imaginait en gardien d’un temple (quatre titres de champion, dont trois depuis l’indépendance de la Slovaquie) où a joué son père. En 2001, quand il a rejoint Tours, alors en Division 1, c’était pour avoir du temps de jeu, sans autre plan de carrière.

« Strasbourg, un club à part, ma deuxième famille »

« Pour moi, la France c’était une destination exotique par rapport au hockey sur glace. Je pensais juste faire cette saison-là parce qu’à Trencin, je savais que je n’allais jouer que quatre ou cinq matches, explique le Slovaque, 22 ans à son arrivée à Tours. La saison suivante, j’ai fait toute ma préparation à Trencin et Tours m’a rappelé pendant l’été. Après, ça s’est enchaîné. »
À Tours, il jouera quatre saisons au plus haut niveau français (de 2002 à 2008) entrecoupées d’un passage à Dijon (de 2005 à 2007). À l’été 2008, il prend la direction de Strasbourg où il va faire le bonheur des supporters à l’Iceberg durant neuf saisons.
« Avec Strasbourg, ça a tout de suite accroché. C’est un club vraiment à part, qui est devenu ma deuxième famille et envers qui je suis reconnaissant pour toujours », sourit Vladimir Hiadlovsky, qui lors de son passage à Dijon habitait… boulevard de Strasbourg. « Daniel (Bourdages) a fait des choses pour moi la première saison qui dépasse son rôle de coach, poursuit-il. Je tiens aussi à remercier le président Jean-Paul Hohnadel et sa femme Christiane qui m’ont aidé toutes ces années, comme Joseph (Cascione) quand je suis arrivé. »
L’histoire avec l’Étoile Noire aurait dû continuer une saison de plus. C’était avant que le Québécois Sébastien Beaulieu lui propose de rejoindre sa structure suisse de perfectionnement de gardien – où il allait faire des stages depuis trois saisons –, accélérant ses plans de reconversion.

« Le plus beau souvenir, c’est la finale de la Magnus »

« Ça n’a vraiment pas été une décision facile à prendre, je voulais encore jouer une saison. Mais Sébastien m’a proposé des conditions idéales. Avec ma femme Katarina et ma fille Emma, que j’embrasse et remercie pour leur soutien, on voulait rester sur Strasbourg et c’est quelque chose qui va être possible, dévoile Vladimir Hiadlovsky. Je vais alterner entre le travail à Lausanne et des missions avec des clubs en France. Et je serai toujours là pour soutenir l’Étoile Noire. »
Il ne sera donc pas rare de le croiser dans les travées de l’Iceberg les soirs de match. Les supporters auront donc le plaisir d’échanger avec celui qui a porté le maillot strasbourgeois à 303 reprises (play-offs compris) en Ligue Magnus. Ils pourront se souvenir avec l’intéressé de ses fantasques célébrations de victoire, souvent partagée avec Julien Burgert.
« Les premières saisons, Julien était juste à côté de moi dans le vestiaire et on a dû attraper le premier truc à notre portée avant de retourner voir le public », glisse celui qui a joué au tennis, simulé du saut à ski, de la pêche au gros, ou encore fait le tour de l’Iceberg à vélo, sur des skis de fond ou perché sur la surfaceuse.
Des facéties à l’opposé de ses premières célébrations, quand il s’asseyait, victorieux, sur la barre transversale de sa cage, ce qui avait le don d’énerver les supporters adverses. « J’avais une réputation d’enfant terrible, reconnaît Vladimir Hiadlovsky. Mais avec les années, ça s’est apaisé avec les supporters des autres équipes… sauf avec Épinal. »
De son passage à Strasbourg, outre les nombreux liens tissés – « avec Anne (Goetz, la médecin du club et mère de Baptiste, son dernier back-up, ndlr) , toute l’équipe des kinés, les chefs matos “Guytou” (Guy Goutorbe) , Pasquale (Di Ceglie) et Bertrand (Dill) , ou encore les chauffeurs du bus, même s’ils m’appelaient Poutine » –, Vladimir Hiadlovsky retient l’épopée fantastique de 2011.
« Le plus beau souvenir, c’est la finale de la Magnus avec tout le parcours en play-offs, l’ambiance assez dingue à l’Iceberg en demi-finale contre Angers, en pétille-t-il encore. Le gros regret, c’est de ne pas avoir réussi à aller en finale de la Coupe de France à Bercy (trois défaites en demies, ndlr). C’est peut-être une malédiction parce que j’ai gagné avec Dijon la dernière finale jouée à Méribel. »
Cet été, Vladimir Hiadlovsky ne s’équipera donc plus dans le vestiaire de l’Iceberg. Neuf saisons de rang, il y a côtoyé son capitaine Élie Marcos et Julien Burgert, une de moins le Tchèque David Striz. Il restera le souvenir ému de son regretté compatriote Michal Cesnek, les moments forts partagés avec les Dufournet, Devin, Tarantino, Cruchandeau, Cayer, Cibula, Petrilaïnen, Pardavy ou encore Trudeau.
Une page du hockey à Strasbourg se tourne...
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Lun 14 Aoû 2017 - 7:57

Renverser la vapeur
Après une saison plus que mitigée – pas de play-offs, une première depuis le retour du club dans l’élite –, l’Étoile Noire entraînée par l’éternel Daniel Bourdages s’est renouvelée. Pour espérer vivre des jours meilleurs.
L’intersaison a été animée du côté de l’Étoile Noire. Beaucoup de changements, des départs de joueurs emblématiques… Le capitaine Elie Marcos, neuf saisons au club, est retourné à Amiens, le club de ses débuts. Le Slovaque Vladimir Hiadlovski, qui intègre une structure suisse d’entraînement de gardien, et le défenseur tchèque David Striz ont mis fin à leur carrière.
Mais à la tête du club, toujours la même figure depuis 1990, l’inamovible Daniel Bourdages qui va fêter ses 60 ans. « J’ai de bonnes raisons de rester. J’aime la ville, j’aime ce que je fais : essayer d’amener mes joueurs le plus haut possible. Je ne vais pas mentir, c’est aussi un plaisir qu’on associe Étoile Noire et Bourdages. Et puis j’ai encore de l’énergie », prévient-il.
Le dernier exercice n’a pas convaincu. Avec la nouvelle formule de Ligue Magnus (passage de 26 à 44 matches de saison régulière et de 14 à 12 clubs), Strasbourg a raté les play-offs (9e ). Une première depuis son retour dans l’élite (saison 2006/07).
« La saison a été compliquée. On a eu un beau sursaut à la fin du championnat, mais c’était trop tard. On s’est vite rendu compte de la nécessité d’avoir de la profondeur de banc avec ce nouveau modèle. Et, on peut voir que ça a creusé l’écart entre les grosses cylindrées de notre championnat qui peuvent compter sur des effectifs pléthoriques et les clubs moins bien dotés financièrement comme nous », rage le technicien québécois. Cette saison encore, l’Étoile Noire sera la lanterne rouge de la Ligue Magnus en termes de budget.

« On a composé une équipe avec beaucoup de sérieux »

Un avis partagé par Julien Burgert qui attaque sa 10e saison avec le club. « On a eu des hauts surtout en fin de saison, mais beaucoup trop de bas. »
À seulement 26 ans, le natif de Colmar est un ancien de l’Étoile Noire. « Ça fait bizarre de ne plus voir Elie (Marcos) , Vladimir (Hiadlovski) ou David (Striz). Ça change. Mais on peut compter sur un bon groupe, on a du “fun” à l’entraînement et c’est l’essentiel », explique-t-il.
Devenu l’un des cadres, Julien Burgert n’a pas hésité à intégrer les nouveaux. « J’ai créé un groupe Facebook à l’intersaison pour qu’on puisse échanger. Je leur explique les règles du vestiaire. C’est dans mon tempérament. » Un tempérament qui pourrait faire de lui le prochain capitaine ? Affaire à suivre…
Et, qu’en est-il du nouvel effectif ? « Je suis content. On a plus de maturité que la saison dernière où on avait misé sur des jeunes joueurs américains qui n’étaient pas totalement concernés par le projet, qui manquaient de sérieux et de sentiment d’appartenance. Cette année, on a composé une équipe avec beaucoup de sérieux et avec davantage de joueurs qui évoluaient en Europe », annonce le coach.
L’attaquant Frédéric Bergeron en est un parfait exemple. Ce Québécois vient de passer deux saisons à Cholet (2e division), avant de faire le saut en Ligue Magnus à l’intersaison. Fraîchement arrivé en Alsace en début de semaine, le joueur de 23 ans est excité. « L’adaptation est superbe, j’ai été vraiment bien accueilli. Ici, le niveau d’habileté est bien supérieur. À nous maintenant de chercher la victoire à chaque match. » Une envie et une exigence qui ne seront pas de trop pour accrocher les play-offs en fin de saison.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 12 Sep 2017 - 21:08

ligue Magnus - (1re journée) :
Nice – Strasbourg (5-2)

Les détails qui comptent
L’Etoile Noire s’est inclinée hier soir sur la glace des Aigles de Nice (5-2). Les Strasbourgeois peuvent regretter leurs défaillances dans les unités spéciales alors que dans le jeu, ils ont connu de bonnes séquences.
Trois buts concédés sur les trois premières infériorités numériques, un autre alors que l’Etoile Noire se devait d’exploiter une pénalité niçoise, aucun but inscrit en power-play malgré quatre temps de jeu favorables… quand on s’incline 5-2, l’addition est salée dans le jeu en unité spéciale.

Belle entame

«Quand on est en power-play, on essaie mais on ne lance pas assez à la cage pour marquer… et quand on ne le fait pas, il faut essayer de ne pas en prendre. Or ce soir (hier) , on en donne quand même des faciles», résume Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois.
Ses joueurs avaient pourtant pris ce match par le bon bout, rivalisant aisément dans le jeu avec des Aigles avant de trouver la faille en premier.
Après un bel effort de Boström pour gêner la relance niçoise, Brenton bloquait le palet dans le slot, là où surgissait Duras pour tromper Khoroshun à mi-hauteur (0-1, 18’59).
Mais la première réalisation en Magnus du vétéran tchèque de l’Etoile Noire va être balayée au retour des vestiaires. Les Strasbourgeois partent deux fois à la faute et les Aigles, eux, vont les punir par Vondracek (1-1, 23’25), seul au second poteau, puis par Thomas (2-1, 29’40), d’une belle déviation devant Chabera.

Rousseau, buteur historique

Touché au moral, les Strasbourgeois laissent ensuite Vrielynck faire un numéro de soliste dans leur zone (3-1, 31’05). Mais quand ils avaient sombré en deuxième période lors des deux derniers matches de préparation, les joueurs de l’Etoile Noire vont se reprendre en fin de tiers. « J’ai trouvé qu’on finissait plus fort la période et je pensais qu’on avait pris l’ascendant avec un but historique pour revenir à trois buts à deux », souffle Bourdages.
D’histoire, il en a bien été question quand Samuel Rousseau, 17 ans en novembre prochain, va loger le palet au ras du poteau droit de Khoroshun (3-2, 36’48), devenant ainsi, pour son premier match en Magnus, le plus jeune buteur français à ce niveau-là, un an (à un jour près) après le Grenoblois Alexandre Texier qui avait la même le jour de ses 17 ans.
Mais ce culot de Rousseau n’a pas boosté l’Etoile Noire sanctionnée sur sa troisième faute du match par Belisle, seul à l’entrée du cercle opposé (4-2, 45’45). Pire, alors qu’ils jouent en supériorité numérique, les Strasbourgeois se font contrer et Kubus convertit l’offrande (5-2, 48’22).

Fin de match tendue

La fin de la rencontre sera tendue et marquée par le vilain geste de Hampl, expulsé pour le coup, pour une charge à la tête sur Josepher qui rejoindra les vestiaires pour suivre le protocole commotion cérébrale (51’27).
Les hommes de Daniel Bourdages n’avaient dès lors plus vraiment les jambes et l’esprit pour initier une folle révolte. L’Etoile Noire s’incline donc en ouverture de la saison à Nice pour la deuxième fois de suite et ne peut que regretter de ne pas avoir maîtrisé les détails qui comptent.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 15 Sep 2017 - 21:53

Ligue Magnus (2e journée) :
Strasbourg – Bordeaux (1-7)

Beaucoup trop tendres
Une nouvelle fois en difficultés sur les infériorités numériques, l’Étoile Noire a facilité la tâche d’une équipe bordelaise bien plus réaliste et efficace dans ces situations de jeu. Au final, l’addition est salée (1-7)
Taillés pour jouer les premiers rôles cette saison en Ligue Magnus, les Boxers de Bordeaux n’ont pas besoin qu’on leur facilite la vie. Déjà punie trois fois en infériorité numérique mardi soir à Nice, l’Étoile Noire a donné le bâton pour se faire battre hier soir aux hommes de Philippe Bozon.
Et comme mardi à Nice, les errements défensifs strasbourgeois en infériorité numérique sont venus effacer une prestation à cinq contre cinq prometteuse à défaut de le concrétiser d’avantage au tableau d’affichage.
« Franchement, ce score est particulièrement sévère au regard de ce qu’on arrive à produire sur la glace, plaide d’ailleurs Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. Quand on regarde le score on se demande : “7-1, mais qu’est-ce qui a bien pu se passer ?”. Notre grand problème, c’est qu’on est trop tendre en défense, notamment en infériorité numérique. »
Hier soir, Bordeaux n’aura eu besoin que de deux power-play pour mettre la main sur la partie après moins de dix minutes de jeu. C’est d’abord Labelle, à la réception au second poteau d’une passe de Hughesman, qui va trouver en premier le chemin des filets de Chabera (0-1, 2’14). Les Strasbourgeois, qui font plus que rivaliser à cinq contre cinq, partent de nouveau à la faute (8’15, 9’14). Une aubaine pour Edwards qui convertit cette double supériorité numérique d’un lancer plein axe (0-2, 9'26).

Bordeaux profite des aubaines

De l’autre côté de la glace, les hommes de Daniel Bourdages ne sont pas récompensés comme quand Boström réussit à gratter un palet dans la crosse de Giovannini sans réussir à repiquer vers la cage déserte (11’10) ou quand ce lancer puissant de Burgert est légèrement dévié du casque par le gardien bordelais (17’50).
Les Boxers, eux, sont bien plus efficaces. Oublié au marquage à l’entrée du slot , Desrosiers ne laisse aucune chance à Chabera (0-3, 19’04).
« On se prend un trois à zéro en pleine face après vingt minutes de jeu. Ils (les Bordelais, ndlr) se créent quatre occasions et marquent trois fois. Nous, on s’en crée trois mais on ne les met pas au fond », regrette également le technicien de l’Étoile Noire.
Et au lieu de se relancer sur leur premier power-play en début de deuxième période, les Strasbourgeois se font contrer et offrent un but à Valier (0-4, 22’33). Bergeron sera à la conclusion d’un mouvement initié par Duras et relayé par Burgert pour réduire le score sur la supériorité numérique suivante (1-4, 24’02), l’espoir sera de (très) courte durée.
Sur un missile de la bleue de Labelle dévié par Hughesman, les Boxers replongent la tête de l’Étoile Noire sous l’eau (1-5, 24’42). Chabera cède sa place à Beck dans le but strasbourgeois. Ce dernier s’inclinera à deux reprises, la première fois sur une reprise de Hughesman au milieu du cercle opposé sur un nouveau power-play girondin (1-6, 34’39) puis sur une déviation de près imparable de Sauvé en début de troisième période (1-7, 41’16).
Les Strasbourgeois vont avoir quelques occasions en fin de match d’adoucir l’addition, mais quand il n’est pas sauvé par son poteau droit sur un shoot de Burgert (52’56), Giovannini va s’interposer devant Dikis (43’55), Duras (53’49) ou encore Nikkilä (57’28).
L’Étoile Noire s’incline pour la deuxième fois en autant de journées de Magnus et va devoir rapidement hausser le ton en défense.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 17 Sep 2017 - 21:08

Ligue Magnus :

Défaite 4-1 de l’Etoile Noire à Amiens

Strasbourg a cédé
Nettement battus lors des deux premières journées les Strasbourgeois ont longtemps résisté hier à Amiens avant de céder dans le dernier tiers-temps et de s’incliner 4-1.
Sans Elie Marcos , strasbourgeois pendant neuf saisons et reparti cet été dans son club formateur où il soigne encore une blessure à l’épaule, les Gothiques ont gagné hier sur leur glace. Logique au vu du classement, des ambitions et des budgets des deux équipes. Mais l’Etoile Noire, toujours avec un effectif incomplet, a résisté et même fait douter le public du Coliseum picard. Celui-ci a peut-être cru assister au même genre de scénario que deux jours plus tôt, quand son équipes est allée perdre 1-0 à Epinal en ayant plus tiré au but que les Vosgiens. Car, là aussi, les Gothiques ont dominé au nombre de shoots sur la cage de Chabera et on même bénéficié de deux supériorités numériques infructueuses.
« On peut lancer plus souvent et avoir moins de tirs dangereux, rappelait Daniel Bourdages. Ce qui prime, ce sont les occasions données. Ceci dit, on s’en sortait bien après la première période en finissant à 0-0. »
Une parité que les Amiénois brisaient seulement à l’approche de la seconde pause. Juste avant, Morillon avait perdu un palet devant son propre gardien mais Bault, à l’affût, n’avait pas cadré son tir. West, en revanche, ne laissait aucune chance à Chabera pour le 1-0. Et pourtant, d’un revers qui surprenait Buysse, Nikkila remettait les compteurs à zéro en toute fin de tiers. Las, l’entame de la troisième période voyait Amiens prendre très vite l’avantage puis faire le break grâce à l’opportuniste Giroux, sur un rebond puis en supériorité numérique. Strasbourg, notamment par Schmitt et encore Nikkilä, butait sur Buysse et repartait de Picardie avec une troisième défaite en trois journées.
« Quand tous les blessés seront revenus, on verra un petit changement et on aura plus de profondeur, veut croire le coach québécois de l’Etoile Noire. Après le premier tiers, on a pris notre rythme. On a même pris le dessus par moments mais notre mauvais départ de troisième tiers nous a coûté cher. Il y a peut-être eu une forme de peur de gagner. On est l’équipe la plus jeune et avec le plus petit budget : Personne ne s’attend à ce que l’on fasse des miracles mais on veut quand même gagner ! »
Néanmoins, Bourdages et ses joueurs n’étaient pas seulement « venus pour tenir » : « On était venus pour gagner. J’imagine qu’avec nos deux défaites subies, l’adversaire nous a peut-être un peu pris de haut. » Et Amiens pendant 40 minutes, a bien failli tomber de haut.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 19 Sep 2017 - 21:18

Ligue Magnus (4e journée) :

Strasbourg – Épinal (1-4)

Ils n’y arrivent toujours pas
Disciplinée, bien en place pendant les deux premiers tiers-temps, revenue à 1-2 à moins de trois minutes de la fin du temps réglementaire, l’Étoile Noire a payé au prix fort ses erreurs hier soir contre Épinal (1-4).
Plombée par son jeu en infériorité numérique lors de ses deux premiers matches, à Nice (5-2) et contre Bordeaux (1-7), l’Etoile Noire a avant tout cherché à ne pas partir à la faute hier soir. Mais il faut croire que les Spinaliens ne sont pas plus en confiance sur leur capacité à “tuer” des pénalités, tant ils ont aussi montré des velléités à défendre proprement pendant les vingt premières minutes.
Mais si les Strasbourgeois sur l’ensemble du match peuvent se satisfaire d’avoir bien négocié leur seule infériorité numérique (26’40) – Chabera a certes été sauvé par son poteau gauche sur un missile de Baldwin (27’05) –, ils peuvent aussi nourrir des regrets de ne pas avoir négocié les quatre power-play (dont l’un de 23 secondes à cinq contre trois entre 35’33 et 39’11) obtenus après un premier tiers-temps vierge de pénalité (et de but aussi).
« On avait insisté sur le fait de bien défendre en infériorité numérique et on a été très discipliné. Ça, c’est une vraie satisfaction sur ce match. Par contre, notre power-play reste le souci de notre début de saison, même si par séquences, j’ai trouvé que c’était un peu mieux ce soir (hier) », relève Daniel Bourdages, le coach de l’Étoile Noire.
Ses joueurs n’ont pas su profiter des quelques opportunités en jeu de puissance. C’est dommage, parce que ça leur aurait peut-être permis de revenir plus rapidement à hauteur des Spinaliens quand ces derniers ont pris les commandes de la partie à la mi-match.
Impérial jusque-là – tout comme son homologue Hocevar –, Chabera s’est incliné sur un mouvement malin de Baldwin, qui a contourné la cage avant de repiquer devant le gardien strasbourgeois pour le tromper à ras de glace (0-1, 33'25). « Sur le coup, on a quatre attaquants pour un défenseur sur la glace, ce qui montre un manque de communication sur cette action », pointe également Daniel Bourdages.
C’est dans la foulée de l’ouverture du score que les Strasbourgeois ont eu leur plus long temps de jeu en supériorité numérique (près de quatre minutes à partir de 35’33), mais ils ne vont pas réussir à réellement mettre le danger devant la cage spinalienne.
Et comme dimanche à Amiens, ils vont se mettre seuls en difficulté à l’entame de la troisième période, concédant un revirement en sortie de zone qui profite à Nikiforuk pour trouver J. Gratton, le frère du coach spinalien, seul au second poteau (0-2, 45'29).

Espoir de courte durée

Si les Vosgiens ont semblé contrôler ce dernier tiers, ils ne vont pas empêcher la maigre assistance à l’Iceberg hier soir de croire à un retour. Boström a en effet réduit le score à moins de trois minutes de la fin du temps réglementaire en reprenant un rebond concédé par Hocevar sur un shoot de Duras (1-2, 57'33). L’espoir sera vite mouché : alors que Chabera est sorti pour tenter le coup à six contre cinq, Bergeron va trébucher devant la cage désertée juste devant Mosienko qui n’a plus qu’à pousser le palet dedans (1-3, 58'51). Les Strasbourgeois vont même encaisser un quatrième but, signé Soudek (1-4, 59'34), qui ne soigne pas leur goal-average.
« Encore une fois, on paie cash nos erreurs », souffle Daniel Bourdages. Il serait temps que ça s’arrête.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 26 Sep 2017 - 21:12

Ligue magnus - Sixième journée :

Gap – Strasbourg (7-4)

Agaçante fébrilité
Alors qu’elle avait réussi à mener de trois buts (0-3, 22'44) sur la glace du leader gapençais, l’Étoile Noire s’est une nouvelle fois écroulée en fin de match hier (7-4).
Le choc des extrêmes occupait l’affiche de l’Alp’Arena entre des Rapaces, certes battus dimanche à Mulhouse en prolongation, mais toujours confortables leaders de la ligue et une Étoile Noire de Strasbourg, bien terne, en ce début de championnat, pour n’avoir connu, que la défaite. Mais les Strasbourgeois sont souvent difficiles à manœuvrer et ils l’ont rappelé hier sur la glace du champion de France en titre.
Et c’est l’Alsacien Duras qui ouvrait les hostilités après moins de dix secondes mais Lerg veillait. Dans la seconde, le Rapace Lewis, fauché plein axe, obtenait un tir de pénalité que Chabera repoussait brillamment. Le ton était donné.
S’en suivait un pilonnage en règle de la zone strasbourgeoise, mais Chabera en mode “Hiadlovsky” débutait une série de dix arrêts solides. Gap butait, et s’entêtait. Et comme souvent, le premier contre allait être bénéfique à l’équipe dominée. Josepher grattait un palet dans la zone bleue, et Leroux à l’affût, prenait un tir au ras de la glace qui surprenait Lerg (0-1, 11'23).
Strasbourg ouvrait la marque et se retrouvait sous l’emprise des Rapaces, de nouveau à l’action, mais coupait par une pénalité sévère à l’encontre de Colomban. Une supériorité qui profitait à Strasbourg, Brenton venant contourner Lerg (0-2, 18'09). Strasbourg menait le bal chez le leader.

Difficile pour Gap et cruel pour Strasbourg

Et avait même l’opportunité, dès le retour sur la glace de creuser l’écart, mais Dikis voyait lui aussi, son tir de pénalité, stoppé. Qu’à cela ne tienne, Schmitt, se rappelait aux bons souvenirs des Gapençais, en débordant côté droit, pour adresser un missile dans la lucarne opposée de Lerg (0-3, 22'44).
Gap, était assommé, sa vitesse d’exécution trop pénalisée par de nombreux déchets techniques. Pourtant Glen, isolé dans l’enclave, redonnait un souffle d’espoir au champion de France (1-3, 26'13). Plus tard, en supériorité numérique, Bouvet se présentait face à Chabera, qui sauvait le filet alsacien. Strasbourg tenait le score jusqu’à la seconde pause, et croyait, à juste titre, à sa première victoire.
Pourtant, les Rapaces ne paraissaient pas résigner, si bien que Campbell, s’approchant dangereusement de l’enclave, réussissait à loger le palet au-dessus de l’épaule de Chabera (2-3, 41'35). Puis malgré l’infériorité qu’ils subissaient, les Rapaces partaient en contre par l’intermédiaire de Di Dio Balsamo, qui servait Raux pour l’égalisation (3-3, 43'43).
Tout était à refaire et Strasbourg profitait des dernières secondes de supériorité pour reprendre l’avantage sur une inspiration de Brenton (3-4, 44'40). Le jeu était complètement débridé, au placard les consignes, puisque Ritt, transperçait la défense alsacienne, pour venir tromper au près Chabera (4-4, 45'29).
Schmitt était tout près de refaire trembler le filet local, mais c’était encore d’un maître revers qu’Evan Ritt donnait pour la première fois de la rencontre l’avantage aux Rapaces (5-4, 52'53). Il restait sept minutes, la tension battait son plein, et Gap cherchait à faire le break sans tarder.
Damien Raux en supériorité numérique, trouvait la cage de Chabera, qui à l’inverse des deux premières périodes, n’était plus du tout en réussite (6-4, 55'15). Strasbourg venait de céder mais il lui restait du temps. Malgré une dernière poussée alsacienne, Gap gérait son acquis, et Serer en cage vide, clôturait la marque (7-4, 59'33). Mais que ce fut difficile pour Gap, et cruel pour Strasbourg.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 29 Sep 2017 - 21:27

Ligue Magnus (7e journée) :
Strasbourg – Rouen (5-4)
L’histoire se répète
Au contact après les deux premières périodes (2-2), l’Étoile Noire a de nouveau cédé dès l’entame du troisième tiers-temps et s’incline contre Rouen (2-4)
Encore une fois les joueurs de l’Étoile Noire ont rejoint leur vestiaire en ayant le sentiment de ne pas être si loin que ça d’un des cadors du championnat. Encore une fois ils ont fait plus que résister pendant les deux premières périodes. Encore une fois l’entame de la dernière les a plombés.

« Il faut qu’on cherche des points »

« C’est un scénario qu’on a déjà vu, souffle Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. On encaisse deux buts très rapidement en début de troisième période et ça balaie le bon travail effectué jusque-là. Le positif, c’est que même mené de deux buts, on n’a pas abandonné, on a continué à pousser. On est capable de rivaliser mais on veut plus que cela. Il faut qu’on cherche des points. »
S’ils peuvent nourrir moins de regrets qu’à Gap mardi ou à Angers vendredi dernier, puisque hier soir ils n’ont jamais mené, les Strasbourgeois avaient su se remettre d’une entame délicate.
Les Dragons les ont en effet punis dès leur première supériorité numérique, Lampérier surgissant dans le slot pour reprendre un palet repoussé de la botte par Chabera (0-1, 2’17). Puis Nesa, oublié plein axe, a doublé la mise sur une passe de Colotti (0-2, 5’54).
Il y avait de quoi craindre une soirée bien triste mais les joueurs de Daniel Bourdages vont montrer qu’ils ont du caractère.
Le jeune Chausserie-Laprée intercepte dans sa zone et lance Chapuis qui part tromper Pintaric en puissance (1-2, 10’59). Revigorés, ils poussent les Rouennais à la faute et égalisent sur leur deuxième power-play de la partie sur cette reprise au second poteau de Duras (2-2, 16’02).
Les Dragons n’ont plus leur superbe de début de match. Ils multiplient les fautes mais l’Étoile Noire ne profite d’une minute de double supériorité numérique au retour des vestiaires pour prendre les commandes de la partie (20’03).
Rouen est fébrile, gâche des occasions nettes – missile non cadré de Colotti (21’20), double tentative de près sans conviction de Thinel au poteau de Chabera (23’10) ou encore un deux contre mal exploité en fin de contre par Ritz (39’04) – mais peut compter sur Pintaric. Solide devant Boström (29’50) et Brenton (39’34), il est tout de même heureux de voir une reprise au second poteau de Chapuis passer juste au-dessus de sa cage (31’20).
Bien dans son match jusqu’à l’entame du 3e tiers-temps, l’Étoile Noire va donc retomber dans ses travers. Rouen a certes eu de la réussite en marquant sur deux déviations – l’une de Deschamps dans le trafic (2-3, 41’07), l’autre de Ritrz sur un power-play généreusement accordé (2-4, 43’22) – mais le mal est fait.
Les Strasbourgeois ne reviendront plus dans ce match et leur compteur est toujours bloqué à zéro.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37564
Age : 51
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 30 Sep 2017 - 1:40

Erreur dans l'énoncé du résultat (5-4).

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18602
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 30 Sep 2017 - 3:32

Le Grand Est est mal barré

1.Gap8701034:2122      
2.Rouen7510130:1817      
3.Bordeaux7500232:1915      
4.Grenoble7400326:1912      
5.Nice7400317:1512      
6.Lyon6310224:1411      
7.Amiens7301315:1310      
8.Angers7301325:2910      
9.Epinal6200413:206      
10.Chamonix Mont-Blanc7200511:306      
11.Mulhouse8021517:255      
12.Strasbourg7000715:360
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37564
Age : 51
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 30 Sep 2017 - 12:21

Au foot aussi.
Le sport est à l'image du dynamisme des grandes régions à ce jeu-là, l'avantage est à Paris et au région du sud ou de l'ouest.

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 3 Oct 2017 - 21:35

Ligue Magnus - 9ejournée :
Strasbourg – Mulhouse (1-5)
À sens unique !
L’Étoile Noire a fait preuve d’une incroyable fébrilité hier soir dans le premier derby de Ligue Magnus cette saison contre les Scorpions. Les Mulhousiens en ont profité pour décrocher leur première victoire dans le temps réglementaire (1-5) et enfoncer des Strasbourgeois de plus en plus à la peine.
L’Étoile Noire a innové hier soir à l’Iceberg. Ces derniers temps, c’est à l’entame du troisième tiers-temps qu’elle craquait. Mais dans ce premier derby d’Alsace en Ligue Magnus cette saison, c’est en revenant des vestiaires après une première période vierge de but que les joueurs de Daniel Bourdages ont volé en éclat.
En moins de trois minutes, la défense strasbourgeoise a coulé et l’Étoile Noire a perdu toutes chances de décrocher, enfin, sa première victoire de la saison. Et si les Scorpions avaient bien plus souvent alerté Chabera en première période (17 tirs cadrés à 5), rien ne laissait envisager une telle déconfiture à l’entame de la deuxième.
En trois minutes, les joueurs de Christer Eriksson vont profiter des largesses défensives strasbourgeoises et faire basculer le sort de ce derby jusque-là indécis. Après avoir chipé le palet dans la crosse de Duras derrière la cage de Chabera, Havlik sert Treille, qui seul dans le slot ne manque pas l’offrande (0-1, 20’34).

Bourdages : « Notre plus mauvais match »

Un but qui va complètement anesthésier les joueurs de l’Étoile Noire. Ils perdent l’engagement suivant ainsi que leurs moyens, laissant Jurik allumer Chabera depuis l’enclave (0-2, 20’45). Et comme cela ne suffit pas, ils laissent Hecquefeuille slalomer dans leur défense et partir tromper Chabera de près (0-3, 23’12).
« C’est à peine croyable. Que ça soit en deuxième ou en troisième tiers-temps, ça doit faire six matches sur huit qu’on craque complètement en début de période, peste Daniel Bourdages. Le pire, ce n’est pas comme si j’avais envoyé ma quatrième ligne. Là, il s’agit de mes première et deuxième lignes et c’est particulièrement inquiétant. »
Le navire strasbourgeois coule mais peut remercier son gardien tchèque qui va l’empêcher de sombrer encore plus vite. Les joueurs de Christer Eriksson vont multiplier les assauts sur la cage strasbourgeoise (21 tirs cadrés sur cette deuxième période) et Chabera va repousser les différentes tentatives avec un brin d’héroïsme tellement ses coéquipiers semblent le laisser à son triste sort.
Il s’interpose ainsi devant Rehus (24’52), multiplie les doubles parades dans le trafic, bloque un shoot puissant de Ten Braak qui se présentait seul. Son vis-à-vis, Sébastien Raibon n’a pas grand-chose à faire mais il le fait bien (lire ci-dessous), comme quand il bloque une tentative de Duras de près (32’25).
« Je ne sais même pas si leur gardien est bon tellement il n’a rien eu à faire. C’est le derby contre Mulhouse, on n’a pas joué dimanche et on fait notre plus mauvais match », lâche après la débâcle Daniel Bourdages. Son homologue mulhousien a la réponse.

Eriksson : « notre gardien aussi a fait un très bon match »

« Je trouve que notre gardien aussi a fait un très bon match alors que ce n’est pas évident d’intervenir sur quelques contres. Il a pris un but sur un shoot qui est contré je pense dans le trafic et après il a été très solide pour ne pas laisser à Strasbourg l’espoir de revenir », analyse ainsi Christer Eriksson.
En trompant Raibon d’un shoot depuis la ligne bleue, sans doute légèrement dévié et qui finit dans la lucarne gauche (1-3, 48'18), Augstkalns a redonné un peu d’espoir aux Strasbourgeois.
Las, celui-ci a été balayé par un power-play mulhousien conclu avec chance par Havlik (1-4, 50'12) puis par un but de Rubes alors que les Scorpions étaient en infériorité numérique (1-5, 54'05).
Le derby était plié et l’Étoile Noire ne méritait pas beaucoup mieux que cette sèche défaite hier soir.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 6 Oct 2017 - 21:44

Ligue Magnus (10e journée) :

Chamonix – Strasbourg (4-3)
Juste un petit point !
Jamais en tête dans cette partie mais toujours au contact, l’Étoile Noire a réussi à arracher la prolongation hier à Chamonix mais s’incline après tirs au but (4-3).
C’était soirée alsacienne hier soir à la patinoire Richard-Bozon, un plat et une boisson étant offerts à tous détenteurs d’un billet pour le match des Pionniers contre l’Étoile Noire. Le plat en question s’étant réduit à une knack sans tous les autres ingrédients d’une choucroute, Pierre Pousse – le Strasbourgeois entraîneur-adjoint de l’équipe de France installé dans les Alpes et présent hier à Chamonix – n’a pas dû avoir le mal du pays s’il s’est essayé à croquer dans l’une des saucisses solitaires.

Solidité en infériorité numérique

Mais la finalité des débats à Richard-Bozon n’était pas de savoir si les knacks se dégustent avec de la moutarde ou du raifort. Non, hier, c’est d’un match entre mal classés dont il était question, l’Étoile Noire étant dans la position la moins favorable des deux protagonistes.
Et les Strasbourgeois vont être les premiers à céder. Sur un palet mal dégagé devant leur but, Andersen sert Johnston au second poteau : Chabera ne peut rien faire pour éviter l’ouverture du score (1-0, 4’06). Mais les hommes de Daniel Bourdages ne veulent, heureusement, pas se laisser faire. Ils profitent de leur deuxième power-play du match pour revenir à niveau, Dikis expédiant un missile au fond de la cage de Sabol (1-1, 8’59).
Mais les Pionniers sont à leur tour en supériorité numérique et reprennent l’avantage sur un shoot puissant de Fujerik, plus prompt à reprendre le palet qui venait de rebondir derrière la cage de Chabera (2-1, 9’58). Pas de quoi assommer les Strasbourgeois qui égalisent rapidement sur cette reprise de V. Mathieu sur une passe de Bergeron (2-2, 12’20).
Mais l’Étoile Noire va céder une troisième fois peu après le retour des vestiaires : trouvé plein axe par Erdugan, Johnston ajuste la cage de Chabera (3-2, 23’22). Les joueurs de Daniel Bourdages vont alors enchaîner les passages en prison (trois entre les 24e et 30e minutes, un quatrième à la 35e ) et vont avoir le mérite de toutes les ‘‘tuer’’ pour rester au contact des Pionniers.
Cette solidité en infériorité numérique va leur permettre de croire en leurs chances de revenir dans un troisième tiers-temps qu’ils vont globalement dominer tout en butant à de nombreuses reprises (13) sur un Sabol parfois impérial, comme pour repousser une reprise de près de Burgert (51e ). Mais à force de pousser, les Strasbourgeois égalisent une troisième fois sur un palet dévié ras de glace par Leroux devant Sabol (3-3, 54’23).
C’est amplement mérité au regard de la troisième période. L’Étoile Noire va avoir l’occasion de plier le match avant la fin du temps réglementaire (56’16) puis en prolongation (67’35) en jouant en supériorité numérique mais ne va pas trouver la solution en power-play.
C’est donc par une séance de tirs au but que le sort de cette rencontre allait se décider. Les Strasbourgeois tirent les premiers mais ni Duras, ni Thomas Mathieu ne trompe Sabol à l’inverse de Johnston et Fujerik devant Chabera.
L’Étoile Noire s’incline au bout du suspense (4-3) et va devoir se consoler avec le petit point ramener de Chamonix avant d’affronter Grenoble ce soir (20h).
Grenoble – Strasbourg, coup d’envoi ce soir à 20h (à suivre sur dna.fr)
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 10 Oct 2017 - 21:28

Magnus - 11e journée :

Strasbourg – Grenoble (4-6)

Triste antienne !
Alors qu’elle avait réussi à prendre le large en début de deuxième période (4-0, 26'11), l’Étoile Noire a craqué hier contre Grenoble et s’incline 4-6. Pénible !

Trois jours après s’être affrontées à Grenoble, où le réalisme des Brûleurs de loups avait donné de l’ampleur au nouveau revers strasbourgeois (4-0), les deux parties se retrouvaient hier soir à l’Iceberg. Contrairement au match en Isère, ce sont Chabera et Bonvalot qui gardaient les cages respectives.
Chabera, le gardien titulaire de l’Étoile Noire, a été bien plus sollicité en première période que son vis-à-vis (16 shoots cadrés grenoblois à 5 !) mais il a été un rempart particulièrement efficace alors que les Brûleurs de loups ont joué plus de six minutes consécutives en supériorité numérique.
Et après ce premier tiers-temps vierge de but, le match va devenir complètement fou en deuxième période. Les Strasbourgeois ouvrent le score dès le retour des vestiaires sur une reprise au second poteau de V. Mathieu après un shoot ras de glace de Sulc dévié dans le trafic (20’54).
Les Grenoblois vont alors perdre totalement leurs nerfs et enchaîner les pénalités. En double supériorité numérique, Boström permet à l’Étoile Noire de doubler la mise (2-0, 24’22). Le power play strasbourgeois se sent pousser des ailes et coup sur coup Nikkilä (3-0, 25’55) et Burgert (4-0, 26’11) font vibrer l’Iceberg.

« On sait qu’il y allait avoir une tornade. On peut prendre un but, mais pas six ! »

Terglav change son gardien dans la foulée. Mais ce sont avant tout les Strasbourgeois qui vont perdre totalement pied dans ce match. Sans doute ont-ils cru que leur première victoire de la saison leur tendait les bras. Bien mal leur en a pris et ils sont retombés dans leurs travers paniquant à la moindre offensive grenobloise dans leur zone.
« Si mes joueurs ont cru qu’ils avaient déjà gagné ? Je ne sais pas mais il y avait de l’excitation sur le banc alors qu’il restait trente-cinq minutes à jouer ! On savait qu’il y allait avoir une tornade en face, que Grenoble allait réagir. C’était un beau challenge de montrer qu’on ne menait pas quatre à zéro par hasard. Alors on peut prendre un but mais pas six ! », ne décolérait pas en fin de match Daniel Bourdages après ses joueurs.
C’est pourtant bien ce qu’il s’est passé hier soir. Hardy a d’abord trompé en force Chabera (4-1, 27’50). Pas de quoi paniquer dans l’absolu, sauf que les Strasbourgeois vont prendre le bouillon, multipliant les fautes sur lesquelles Grenoble ne va pas manquer de les sanctionner.
Tartari à deux reprises (4-2, 31’14 ; 4-3, 32'52), Hardy (4-4, 35'44) puis Golicic (4-5, 45'19) maximisent le power play grenoblois. Les méconduites de Benoit (45’00) et Boström (51’30) résument la frustration strasbourgeoise.
Une fois de plus, l’Étoile Noire laisse filer une victoire, Grenoble pliant la partie en cage vide (4-6, 59'53). Une antienne qui devient franchement pénible !
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 13 Oct 2017 - 22:08

Ligue Magnus (12e journée) :
Bordeaux – Strasbourg (6-3)

Vaine résistance
Alors qu’elle était parvenue à effacer un retard de deux buts en fin de deuxième période (3-3, 37'45), l’Étoile Noire a fini par craquer dans les cinq dernières minutes et s’est inclinée 6-3 hier sur la glace des Boxers de Bordeaux.
Ils y ont cru. Mais la belle prestation alsacienne aura tourné au vinaigre en toute fin de match. Dommage mais cette rencontre à Bordeaux, ponctué par 55 minutes de résistance pourrait donner confiance au groupe. De quoi donner une bonne base de travail à coach Bourdages.
Ce déplacement s’annonçait délicat pour l’Étoile Noire qui avait été défaite chez elle par les Boxers de Bordeaux (1-7) en tout début de saison. Face à une équipe bordelaise revancharde après sa défaite en prolongation à Amiens mardi, les Alsaciens espéraient résister le plus possible et faire douter les Boxers.
Peine perdue, les locaux font la différence dès les toutes premières minutes de la rencontre. Il faut à peine cinq minutes aux Bordelais pour prendre en défaut Jan Chabera. En infériorité numérique depuis seulement neuf secondes, les Strasbourgeois cèdent ainsi devant Kramar (1-0, 4'48).
Une entame compliquée pour des visiteurs qui ont du mal à se dépêtrer de la pression des Boxers. Des coups de boutoir qui vont porter leurs fruits. L’arrière-garde de l’Étoile Noire ne peut rien faire devant André qui, esseulé, double la mise (2-0, 9'00). Une entame catastrophique pour les hommes de Daniel Bourdages.
Reste à vite réagir. Objectif atteint sur la fin de première période avec des offensives plus tranchantes côté alsacien. Du mieux donc à l’entame du deuxième tiers-temps. Et le retour sur la glace va confirmer ce renouveau strasbourgeois.

Rouleau compresseur

C’est au tour des avants visiteurs d’aller inquiéter Goy sur des tirs de Bergeron ou Thomas Mathieu. Une pression qui va trouver son aboutissement, en supériorité numérique, par l’intermédiaire d’un but de Valérian Mathieu (2-1, 33'02) dans la cage désertée.
Mais sur un nouveau power play , les Bordelais vont eux aussi trouver la faille très rapidement et se redonner de l’air au tableau d’affichage par Jaatinen (3-1, 29'40). De quoi emballer ce deuxième acte débridé. Et c’est Chapuis qui va redonner de l’espoir à l’Étoile Noire en réduisant le score sur une nouvelle supériorité numérique (3-2, 33'02).
Bergeron, très remuant, et Nikkilä continuent à tenter leurs chances en pilonnant le but bordelais. Les Alsaciens sont désormais bien en place et font déjouer des Boxers qui concèdent l’égalisation sur un nouveau coup de boutoir de Bergeron peu avant la fin du deuxième tiers-temps (3-3, 37'45).
Le retour des joueurs de Bourdages vexe les Bordelais qui entament pied au plancher les vingt dernières minutes de la rencontre. La défense de l’Étoile Noire résiste aux cinq tirs au but bordelais durant les cinq premières minutes de ce troisième acte. Les Girondins ne désarment pas, chauffant les gants de Chabera à intervalles réguliers.
Passée la tempête et profitant d’une supériorité, les Alsaciens s’extirpent enfin de l’étau bordelais pour inquiéter Giovannini, entré à la 41e , par Bergeron et Schmitt. Mais le rouleau compresseur des Boxers va finalement faire des dégâts en fin de match avec trois réalisations – signées André (4-3, 55'02), Edwards (5-3, 56'55) et Sauvé (6-3, 58'16) – qui mettent à terre tous les espoirs strasbourgeois de première victoire cette saison. Il faudra pour cela encore patienter.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37564
Age : 51
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 14 Oct 2017 - 5:38

La descente semble inévitable, c'est comme Sélestat au hand la saison dernière.
Bientôt plus que le basket masculin dans l'élite à Strasbourg?

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 14 Oct 2017 - 6:44

L'étoile manque aussi de moyen pour faire un bon recrutement.
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 15 Oct 2017 - 21:16

Ligue Magnus (13e journée) :
Strasbourg – Amiens (3-4)

Encore raté !
En tête contre le cours du jeu en deuxième période (3-2, 34'29), l’Étoile Noire n’a tenu les commandes du match qu’un peu plus de cinq minutes hier face à Amiens (3-4, 39'23). Incapable d’arracher la prolongation, elle s’incline une 13e fois.
À croire que cette équipe strasbourgeoise est bipolaire. À moins qu’elle souffre d’une forme rare de phobie : la peur de gagner ou de pousser ses adversaires dans leurs ultimes retranchements.
Vendredi à Bordeaux, sur la glace de Boxers installés à la 3e place de la Ligue Magnus, les Strasbourgeois avaient fait preuve de caractère en effaçant deux buts de retard dans le deuxième tiers-temps (3-3) avant de capituler en encaissant trois buts dans les cinq dernières minutes (6-3).
Hier soir contre les Gothiques, les joueurs de Daniel Bourdages ont d’abord fait jeu égal pendant les vingt premières minutes. L’intensité n’était certes pas extrême, l’ouverture du score amiénoise était évitable – un palet qui ne sort pas contre la bande en zone défensive et permet à Da Costa de servir trop facilement Bault (0-1, 7'15) – mais Dikis avait remis les deux équipes à égalité d’un lancer puissant dans la lucarne gauche de Savoye (1-1, 17'50).
Rien d’alarmant jusque-là. Mais la deuxième période allait offrir un condensé du double visage de l’Étoile Noire.

« Il va falloir un électrochoc ! »

Amiens va d’abord se heurter à un excellent Chabera, parfait notamment sur un revers de près de Laakkonen (26e ), avant de reprendre les commandes de la partie sur un power play , généreux pour le coup (25’53) mais révélateur aussi des difficultés strasbourgeoises à maîtriser le palet et sortir de leur zone à ce moment-là. La sanction est immédiate et signée Matima d’une imparable déviation dans le slot (1-2, 26'05).
Et c’est au plus fort de la domination amiénoise, alors que Chabera maintient le navire au-dessus de la ligne de flottaison, que les Strasbourgeois vont montrer le visage qu’on aimerait qu’ils affichent pendant tout un match.
Valérian Mathieu intercepte en zone neutre et s’échappe pour servir au second Bergeron qui l’avait bien suivi (2-2, 33'17). Les Gothiques partent ensuite à la faute et Chapuis convertit le power play de l’Étoile Noire en déviant au premier poteau une offrande de Nikkilä (3-2, 34'29).
Et là, les joueurs de Daniel Bourdages vont être rattrapés par leur phobie. Trabucco n’a personne sur le râble l’empêcher de dévier un lancer de la bleue de Smach (3-3, 38'52). Quarante secondes plus tard, Amiens repasse aux commandes de la partie sur un contre conclu par Kuralt alors que les Strasbourgeois s’étaient rués sans protéger leurs arrières à l’assaut du camp picard (3-4, 39'32).
« C’est surtout ce quatrième but, aussi vite après le troisième, qui est difficile à accepter, lâchera en fin de match Daniel Bourdages. Alors oui, on a de bonnes séquences, mais tout ce dont a besoin, c’est de gagner un match. Ça devient psychologique et il va falloir un électrochoc. »
Hier, ses joueurs ont eu de la détermination pour ne pas couler ensuite, une prolongation n’aurait d’ailleurs pas été imméritée. En d’autres circonstances, ça serait presque un motif de satisfaction. Ça ne peut malheureusement pas être le cas…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 17 Oct 2017 - 21:50

Magnus - 14e journée :

Épinal – Strasbourg (11-4)

Submergés !
Les Strasbourgeois ont vécu un calvaire défensivement hier sur la glace du voisin spinalien. Malgré une réaction dans le deuxième tiers quand le mal était déjà fait, ils s’inclinent lourdement et, malheureusement, logiquement 11-4 dans le derby !
Complètement dépassée collectivement et défensivement pendant près de la première moitié du match, l’Étoile Noire ne s’est pas donné les moyens de chercher un résultat hier sur la glace de Spinaliens poussés par le bouillant public.
Les joueurs de Daniel Bourdages ont eu une lueur d’espoir dans la moitié du deuxième tiers-temps en trouvant trois fois le chemin des filets. Mais le mal était déjà fait avant la mi-match (6-1, 26'56).
Le staff spinalien avait visiblement prévenu ses joueurs qu’ils ne devaient pas prendre ce match à la légère en dépit du classement et de l’ahurissante série de défaites (13 avant le coup d’envoi) de leurs adversaires.
Le message est visiblement passé. Les Strasbourgeois ont été totalement dépassés dans l’engagement dès les premières minutes. Ils vont multiplier les revirements, laisser des espaces énormes aux Spinaliens en entrée de zone.

Treize secondes d’espoir

Chabera va retarder l’inévitable pendant un peu plus de dix minutes. Et juste après avoir “tué” une pénalité plus qu’évitable de Josh Gratton, le frère du coach (8’17), les Spinaliens vont ouvrir logiquement le score sur un missile de Soudek devant le cercle droit sur lequel le gardien de l’Étoile Noire ne peut rien faire (1-0,11'35).
C’est au tour des Strasbourgeois de museler le power play de leur adversaire (13’00). Une efficacité en penalty kill qui les maintient dans le match juste avant que Benoit remette les deux équipes à égalité. Sur un lancer pourtant anodin dans un angle fermé, le palet tapait sous une des bottes de Hocevar et finissait au fond des filets spinaliens (1-1, 17'27).
Mais l’espoir d’en profiter pour enfin prendre ce match par le bon bout va être douché… treize secondes plus tard.
Les Strasbourgeois perdent l’engagement et leur combativité pour le plus grand bonheur de Sabatier (2-1, 17'40). Et pour couronner le tout, Épinal va corser l’addition par Mulle (3-1, 19'17) alors qu’il y avait un hors-jeu flagrant au départ de l’action. Ce qui n’excuse pas le fait que les joueurs de Daniel Bourdages soient restés engluer dans leur zone sans parvenir à se dégager.
Épinal va ensuite assommer les Strasbourgeois au retour des vestiaires.
Ces derniers peinent à trouver des solutions mais surtout à prendre le contrôle du palet. Inévitablement, les solutions s’offrent aux Spinaliens. Farina (4-1, 24'06) et Nikiforuk (5-1, 26'35) précipitent le retour sur le banc de Chabera. Beck n’a pas le temps de prendre ses marques qu’il se fait allumer de près par Soudek (6-1, 26'56).
C’est après que les joueurs de Daniel Bourdages ont eu un peu plus qu’un soupçon de révolte. Leroux l’initie en étant à la conclusion d’une pénalité différée (6-2, 29'07). Ils mettent le danger devant la cage de Hocevar mais n’oublient pas d’encaisser un 7e but, signé Sabatier (36’21). Malgré tout, Schmitt (7-3, 36'37) puis Nikkilä en supériorité numérique (7-4, 39'09) relancent un semblant de suspense.
Celui-ci sera balayé dès l’entame du dernier tiers et ce gros shoot de Soudek entre les jambières de Beck (8-4, 40'47). Épinal ne va pas vouloir s’en contenter alors que les Strasbourgeois ne trouvent plus de solutions offensives et vont abdiquer dans les dernières minutes, offrant trois buts supplémentaires à leur hôte. Triste derby !
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Jeu 19 Oct 2017 - 21:48

Sortir de l’impasse


Les joueurs de l’Étoile Noire sont dans le flou défensivement et Daniel Bourdages s’évertue à trouver les moyens de colmater les brèches dans le jeu de son équipe.
Alors qu’elle enregistre le retour au jeu de l’attaquant québécois Sébastien Trudeau ce soir pour la réception d’Angers, l’Étoile Noire doit avant tout trouver des solutions pour régler les lacunes défensives à la base de sa situation pour le moins périlleuse.
Dominés dans les grandes largeurs mardi à Épinal dans le défi physique, à la peine pour sortir de leur zone et laissant leurs adversaires cadrer 52 shoots (!), les Strasbourgeois ont coulé dans les Vosges. Bilan : un 11-4 du plus mauvais effet qui a mis en avant les lacunes défensives des joueurs de Daniel Bourdages.
« On perd quasiment tous les duels dans les coins et le long de la bande et fatalement le palet ressort proprement pour l’adversaire, soufflait le coach de l’Étoile Noire quelques instants après la déconvenue vosgienne. Offensivement, on arrive à se créer des occasions, mais on ne peut pas continuer à subir comme cela le jeu dans notre zone. »

« La première fois que nous allons être au complet »

L’entraîneur strasbourgeois souhaitait « un électrochoc » après la défaite dimanche contre Amiens (4-3). Le moins que l’on puisse constater, c’est qu’il n’y en a pas eu avant le déplacement à Épinal. Ou alors, il a eu le don d’anesthésier ses joueurs.
Ce soir, le retour au jeu du Québécois Sébastien Trudeau (*) sera peut-être ce petit plus qui va débloquer ses coéquipiers. Il n’y a pas si longtemps, Daniel Bourdages souhaitait que son équipe gagne avant qu’elle soit au complet pour que les absents d’alors ne soient pas considérés comme « des sauveurs » une fois installés sur le banc.
Mais il n’y a pas eu de miracle entre-temps et s’il ne faut pas attendre de Sébastien Trudeau qu’il soit déjà à 100 % ce soir, son retour va au moins mettre du baume au cœur à un groupe qui en a grandement besoin.
« Déjà, c’est la première fois que nous allons être au complet, ce n’est pas rien, glisse le technicien de l’Étoile Noire. Le retour de Sébastien, ça donne globalement du poids à l’attaque, ça répartit les forces. »
Même si l’attaque n’est pas le point faible actuel des Strasbourgeois – 33 buts inscrits, soit un de plus que l’an dernier au même stade, ou encore huit de plus que Chamonix (11e ) et cinq de moins qu’Amiens (5e ) –, la bonifier ne fera pas de mal. À condition de régler les problèmes défensifs.
Les chiffres dans ce secteur sont pour le moins accablants. L’Étoile Noire a ainsi encaissé 76 buts, soit 20 de plus qu’Angers, son adversaire du soir qui n’a que la onzième (et avant-dernière) défense du championnat. Et il ne s’agit pas ici de pointer des défaillances des gardiens, ceux-ci étant trop souvent sous la mitraille adverse pour ne pas finir par craquer.
« On travaille fort pour combler nos lacunes en défense, ne cache pas un Daniel Bourdages qui garde la confiance de ses dirigeants pour sortir de l’impasse. Avec cette série de quatorze défaites, on traîne un boulet et il faut requinquer les troupes. Il faut qu’on gagne, qu’on commence notre remontée dès demain (ce soir) contre Angers. »
L’Étoile Noire a suffisamment fait fausse route. Elle doit maintenant rebrousser chemin.
(*) Opéré en fin de saison dernière (bas du corps), l’attaquant est avec le groupe depuis la reprise, peaufinant sa préparation
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18602
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 20 Oct 2017 - 4:01

1.Grenoble151110364:3935      
2.Rouen141010362:3932      
3.Bordeaux14901470:4428      
4.Gap11711240:3824      
5.Amiens14613438:3423      
6.Epinal13700648:4021      
7.Nice14610737:4620      
8.Lyon11511441:3118      
9.Angers14413646:5617      
10.Mulhouse15241843:5115      
11.Chamonix Mont-Blanc13211925:539      
12.Strasbourg140011333:761
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 20 Oct 2017 - 21:57

Ligue Magnus (15e journée) :

Strasbourg – Angers (1-3)

L’histoire sans fin
Aux commandes du match à l’entame de la dernière période (1-0), l’Étoile Noire n’a pas réussi à préserver sa maigre avance contre Angers hier soir (1-3). Redondant !
Trois jours après sa déculottée à Épinal (11-4), l’Étoile Noire se devait de réagir hier soir devant son public face à Angers, neuvième au coup d’envoi et donc potentiel adversaire en poule de maintien contre lequel il faut prendre des points qui resteront pris en compte.
Les Strasbourgeois espéraient le retour au jeu de Sébastien Trudeau pour cette rencontre (notre édition d’hier) mais comme rien n’est évident depuis le début de saison, le Québécois n’a pas pu être qualifié pour un complexe retard de validation de sa licence dans les temps !
Mais c’est avant tout dans le secteur défensif que les Strasbourgeois étaient attendus. Obligés d’écoper à la va-vite mardi à Épinal avant de prendre l’eau, ils ont verrouillé hier l’accès à leur cage pendant deux périodes.
Il y a bien eu des frayeurs, mais au moins les Strasbourgeois ont su faire barrage pendant les quarante premières minutes. Ils le doivent aussi à un Chabera impeccable, à l’instar de cette parade de la mitaine devant Brett Sonne (5e ).
Les Ducs ont aussi été brouillons dans la construction de leur jeu, laissant progressivement les hommes de Daniel Bourdages prendre des initiatives, notamment en power play. Maid Hardy, l’international tricolore, arrête un shoot de Valérian Mathieu (16e ).
Mais c’est à l’entame de la deuxième période que les Strasbourgeois vont mettre le plus en danger la défense angevine. Plus conquérants dans les duels, ils vont finir par être récompensés de ces meilleures intentions sur une nouvelle supériorité numérique (25'27).

«Mauvais rêve»

Bien décalé par Augstkalns après un bon travail de conservation de son frère Thomas, Valérian Mathieu expédie un missile qui touche l’épaule gauche de Hardy avant de filer sous la transversale (1-0, 26'13).
Les joueurs de l’Étoile Noire vont alors reculer. Chabera est très solide devant Masson (23e ) ou encore Brett Sonne (40e ) quand Gaborit touche sa transversale (32e ). Bergeron, en bout de contre, touche le poteau droit de Hardy (34e ) et l’Étoile Noire bascule en tête à l’entame de la 3e  période.
On n’ose voir la première victoire se dessiner. On fait bien ! Seize secondes après la reprise, Lévêque égalise, totalement libre de décocher une praline depuis la ligne bleue (1-1, 40'16).
Les Strasbourgeois vont subir et Angers va en profiter sur un lancer dévié par Campbell (1-2, 45'53). L’Étoile Noire n’emballera pas la fin de match avant de plier définitivement en cage vide (1-3, 58'54).
« À chaque fois que tu crois que tu vas t’en sortir, les mêmes erreurs se reproduisent comme dans un mauvais rêve», lâchera Daniel Bourdages. Malheureusement, c’est la réalité!
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 24 Oct 2017 - 21:27

Coupe de France (16es de finale) :

Strasbourg – Épinal (4-5 a.p.)

Ils méritaient mieux !
L’Étoile Noire aurait mérité d’être bien mieux récompensée de ses efforts hier mais s’est fait sortir en prolongation par le rival spinalien (4-5). Vraiment rageant !
Comme l’an dernier, Strasbourgeois et Spinaliens faisaient hier soir leur entrée en lice en Coupe de France à l’Iceberg. Comme il y a un an, c’est avec un maillot “spécial Coupe” que les Vosgiens se rendaient en Alsace. Cela ne leur avait pourtant pas porté chance, l’Étoile Noire les ayant éliminés aux tirs au but (5-4).
Sauf que la réalité de cette saison n’offre pas du tout la même photographie au coup d’envoi. Les rangs de l’Étoile Noire étaient certes décimés en octobre dernier mais les Strasbourgeois ne courraient pas alors après leur premier succès.
Après quinze journées de disette en championnat et une semaine après un vilain 11-4 encaissé sur la glace spinalienne, ce derby de l’Est n’avait rien de gagné d’avance pour les joueurs de Daniel Bourdages. D’autant plus que l’entame de match n’a pas été idéale. Dès leurs premières occasions, les Spinaliens ouvrent en effet le score, Mulle réussissant à se présenter seul devant Beck et le tromper du revers (0-1, 2'05).

« Plus de solidité dans le jeu »

Et alors que Hocevar et sa défense font front pour “tuer” une pénalité (4’00), les Strasbourgeois vont se faire punir dans la foulée sur un décalage plein axe de Mosienko pour Soudek (0-2, 6'42).
La soirée pouvait de nouveau prendre un triste tour mais les joueurs de Daniel Bourdages vont faire preuve de caractère pour rester dans ce match. Ils n’en seront pas récompensés au final, mais ce qu’ils ont alors montré en termes d’envie, de détermination et d’intention de jeu hier soir doit leur servir pour la suite.
« Il y a eu beaucoup de courage parce qu’il y a eu beaucoup plus de solidité dans notre jeu ce soir (hier), lâchera en fin de partie le coach strasbourgeois. On concède encore quelques revirements de trop mais il y en a eu beaucoup moins. C’est un match qu’on doit pouvoir gagner. Ça n’a malheureusement pas été le cas, mais il doit servir aux gars pour comprendre qu’ils sont capables de le faire. »
Les Strasbourgeois ont d’abord réduit le score rapidement grâce à Brenton qui trompait enfin un Hocevar en feu (1-2, 7'14). Juste avant la mi-match, Dikis reprenait à la perfection une passe de Bergeron au second poteau (2-2, 29'20). Si Hocevar avait repoussé l’égalisation, Beck avait aussi muselé les attaques spinaliennes avant que J. Gratton pousse dans ses filets un palet relâché sur un shoot de Nikiforuk (2-3, 34'03). En première période, Burgert n’avait pas eu la même clémence arbitrale…
Bref, les Strasbourgeois n’ont pas voulu se laisser abattre. Ils ont continué à pousser jusqu’à ce que Chapuis soit récompensé de son audace en voyant un lancer être dévié ras de glace dans la cage spinalienne (3-3, 43'32). Même la boulette de Beck derrière sa cage qui a profité à Mulle (3-4, 51'22) ne les a pas éteints, Duras arrachant la prolongation dans le money-time (4-4, 58'44).
Voir Mc Donough offrir la qualification à Épinal alors que l’Étoile Noire a dominé la prolongation sera encore plus cruel (4-5, 66'17) pour des joueurs qui méritaient mieux que cela hier soir.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37564
Age : 51
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 25 Oct 2017 - 5:40

Dernière victoire en compétition officielle: le 15 mars dernier...

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 33865
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 25 Oct 2017 - 21:44

Une éternité.
.
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   

 

Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-