Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 35765
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 25 Oct 2017 - 21:44

Une éternité.
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 27 Oct 2017 - 21:53

16e journée : Strasbourg – Gap (1-5) Comme une fatalité
Une ouverture du score, une belle résistance sur une pénalité majeure (33e ), un “but casquette” (1-3, 39e ) avant de subir le froid réalisme du champion en titre : l’Étoile Noire s’est livrée avec ses armes et sa malchance actuelles hier contre Gap (1-5).

Daniel Bourdages l’avait annoncé, cette équipe de Gap est « une machine, un peu comme un rouleau compresseur » (notre édition d’hier). Hier soir, la « machine » a mis un peu de temps à se mettre en branle, la faute avant tout à des Strasbourgeois qui ont fait ce qu’il fallait pour en enrayer les rouages.
L’Étoile Noire a ainsi pris les devants après avoir parfaitement “tué” une pénalité (2’37). C’est même sans doute leur bon travail en penalty kill qui a mis les hommes de Daniel Bourdages en confiance.
Ses joueurs vont alors prendre le jeu à leur compte, presser plus leurs adversaires pour récupérer le palet. Les Rapaces sont en retard sur les actions et partent à la faute. Sur une pénalité différée, Augstkalns lance Duras à l’assaut. Ce dernier transperce la défense gapençaise et ne laisse aucune chance à Lerg (1-0, 6'43).
Mais c’est bien trop tôt dans ce match pour croire à un exploit. Les joueurs de Luciano Basile commencent à prendre leurs aises pour récupérer le palet dans leur zone et aller mettre la pression dans celle des Strasbourgeois.
Chabera est progressivement mis à contribution mais les tentatives lointaines des Gapençais ne sont pas encore un réel danger. Ce qui l’est plus, surtout parce que c’est un mal récurrent des Strasbourgeois cette saison, c’est leur propension à se mettre en danger en se compliquant la vie sur des sorties de zone.

Perdants aussi maudits que magnifiques

Les joueurs de Daniel Bourdages manquent d’impact dans les duels contre les bandes et multiplient les revirements. Face au rouleau compresseur gapençais, ça ne pardonne pas. Sur un énième palet bloqué, les Rapaces s’installent dans le camp strasbourgeois jusqu’à ce que Thillet trouve la position et l’angle parfait pour tromper Chabera (1-1, 12'19).
L’Étoile Noire subit, peine à sortir de sa zone et forcément craque sur un nouveau revirement qui profite à Scheid servi au second poteau en fin de première période (1-2, 17'43). De quoi craindre de voir les Strasbourgeois se faire concasser par la « machine ». Le score sera lourd quelque 42 minutes plus tard mais il ne dit rien de l’héroïsme qui sied à des perdants aussi maudits que magnifiques.
« On a fait face à un rouleau compresseur durant les dix dernières minutes du premier tiers. Mais après, on a su “tuer” de fort belle manière une pénalité de cinq minutes avant de prendre un but qui nous casse les reins, résumera Daniel Bourdages en fin de match. On n’a pas reculé, on a su les pousser à la faute en troisième période et le regret, c’est de ne pas en avoir profité. Mais on a eu nos chances contre le champion de France. »
Comme la poisse n’aime pas les premiers de la classe, les Strasbourgeois vont écoper d’une pénalité majeure de cinq minutes pour un coup de tête de Deplanque qui n’avait dans les faits que simulé une maladroite intimidation certes répréhensible (32’08).
Héroïques pour la “tuer”, grâce à un Chabera impérial devant sa cage, les hommes de Daniel Bourdages vont encaisser le “but casquette” qui sied à la lanterne rouge qui éclaire un destin assez flou. Sur un lancer anodin, le palet part dans les airs, rebondit un peu partout (la transversale, le casque de Chabera, une main gapençaise) avant de se lover dans la palette de Ritt au second poteau (1-3, 38'13).
Et malgré ses efforts pour sortir de ce marasme, avec notamment quatre power play durant le 3e  tiers – « J’ai aimé notre défense en infériorité numérique », dira Luciano Basile –, l’Étoile Noire va goûter au réalisme d’un candidat à sa succession (2 buts pour 4 tirs cadrés en dernière période).
Comme si l’histoire ne pouvait que ricaner du sort d’une équipe qui s’obstine à ne pas lâcher.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 29 Oct 2017 - 22:11

Ligue Magnus (17e journée) :

Rouen – Strasbourg (7-0)
Toujours éteints !
Largement battus (7-0), les Strasbourgeois n’ont jamais pu rêver à l’exploit hier à Rouen et sont toujours dans l’attente de leur premier succès de la saison.

Ils n’ont pu y croire qu’une poignée de minutes. Six exactement. Le temps, en fait, pour Rouen de mettre la machine en route. Ce laps de temps écoulé et l’énorme occasion de Duras, seul dans le slot , anihilée par Pintaric d’une mitaine spectaculaire et très sûre (4e ), il n’y a plus vraiment eu de match, les vagues rouennaises déferlant à intervalles réguliers et, surtout, fréquents sur la cage alsacienne, gardée hier par Gilles Beck.

L’addition aurait pu être encore plus salée

L’habituelle doublure du Tchèque Jan Chabera n’a pas démérité hier, loin de là, stoppant 37 tirs, mais il a tout de même dû aller chercher le palet à sept reprises au fond de ses filets. Sans lui et ses parades face, notamment, à Stehlik (4e , 31e ), Thinel (7e , 21e ), Lampérier (24e , 50e ), Ritz (31e , 48e ) ou encore Wohlberg (49e) , dont il repoussait le tir de pénalité, l’addition aurait même pu être encore plus salée qu’elle ne l’a finalement été pour une Étoile Noire complètement dépassée, physiquement, tactiquement et techniquement.
Les Dragons, sérieux et appliqués, ont tout simplement tout mieux fait que leurs visiteurs. Ils l’ont aussi et surtout fait avec bien plus de vitesse et de justesse. Résultat, après six premières minutes qui leur ont servi à lancer la machine, les Dragons ont déroulé.
Sous l’impulsion de Loïc Lampérier, auteur hier d’un triplé et qui en est déjà à 13 buts en 17 matches, Rouen n’a d’ailleurs pas mis bien longtemps à prendre les devants. S’il devait d’abord s’y reprendre à deux fois pour ouvrir la marque (1-0, 9’53), l’attaquant international n’avait ensuite aucun mal à faire fructifier la belle passe de Marc-André Thinel (2-0, 15’18).
Totalement maîtres des événements, les Rouennais triplaient la mise juste avant la mi-match grâce à Stehlik qui, opportuniste, reprenait au deuxième poteau et dans un angle fermé une passe de Deschamps (3-0, 27’09).

Calvaire

La suite tournait au calvaire pour Strasbourg puisqu’en l’espace de même pas quatre minutes, Rouen inscrivait trois nouveaux buts signés Lampérier, qui glissait le palet entre les bottes de Beck (4-0, 33’39), Deschamps, en contre et d’un joli lancer frappé (5-0, 34’40) et, enfin, Wohlberg au terme d’un superbe échange entre Thinel et Lampérier (6-0, 37’30).
D’entrée de troisième tiers-temps, Thinel ajoutait un septième but, profitant d’un rebond laissé par le dernier rempart strasbourgeois sur un lancer de Lampérier (7-0, 40’47). Josepher tentait bien de sauver l’honneur mais il trouvait le poteau de Raphaël Garnier, entré peu après la mi-match à la place de Matija Pintaric dans les cages normandes (45e ).
L’Etoile Noire restait donc “Fanny” jusqu’au bout, repartant, sans surprise, de Rouen avec une dix-septième défaite en autant de journées de Ligue Magnus.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37680
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Lun 30 Oct 2017 - 6:49

Faudra voir en fin de sison si le club strasbourgeois ne va pas établir un triste record en nombre de défaites. ça en devient presque guignolesque.

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 31 Oct 2017 - 22:27

18e journée :

Strasbourg – Lyon (2-3 a.p.)
Maigre consolation
L’Étoile Noire, qui avait su résister en infériorité numérique en troisième période, a raté le coche hier soir en power play en début de prolongation contre Lyon. Les Lions ont marqué en mort subite et les Strasbourgeois doivent se contenter d’un point.
Face à la seule équipe qu’elle n’avait pas encore rencontrée, et donc contre laquelle elle n’avait pas perdu, l’Étoile Noire voulait, enfin, décrocher son premier succès en Ligue Magnus cette saison.
Les Lyonnais, qui ont trois matches en retard (dont celui de l’Étoile Noire à Lyon, reporté à une date encore inconnue), n’avaient pas envie d’être les premiers à s’incliner contre les Strasbourgeois.

Sous le regard du Suédois Johan Burlin, recruté en défense

C’est peut-être cela qui a expliqué les quelque cinq minutes d’observation en début de match. Un autre qui a dû observer particulièrement ce match, c’est Johan Burlin.
Le défenseur suédois (28 ans, 1,90 m), passé par Lyon en Ligue Magnus lors de la saison 2015/2016 (3 buts, 1 assist en 26 matches), est arrivé lundi à Strasbourg et a pu découvrir ses futurs coéquipiers sous le maillot de l’Étoile Noire depuis les travées de l’Iceberg.
Le club a entamé les démarches pour faire valider au plus vite son transfert par les diverses fédérations concernées. Il n’est pas impossible de le voir en action dès vendredi à Mulhouse lors du derby. « On est très content de son arrivée. C’est un défenseur avec du gabarit, droitier ce qui va nous aider à aller plus vite dans la circulation du palet de ce côté-là, souligne Daniel Bourdages à propos de sa recrue. Il sait où il arrive, il ne va pas être effrayé en regardant le classement demain (aujourd’hui) et il est déterminé à relever le défi. »
Des mouvements étaient pressentis dans l’effectif et certains devraient être conclus prochainement. En attendant, Johan Burlin a pu constater hier que sa nouvelle équipe a doublé son capital de points.
Elle aurait pu le tripler si elle avait su mieux exploiter un peu plus de trois minutes de supériorité numérique en début de prolongation. Elle aurait aussi pu ne rien prendre du tout si elle n’avait pas été héroïque quand Lyon a joué en power play pendant plus de trois minutes (52’05 à 55’07, dont près de deux minutes de double infériorité numérique strasbourgeoise).
« On rate le coche en début de prolongation mais on leur a fait le même coup en troisième période aussi. Je suis forcément déçu pour mon groupe qui a une telle soif de victoire. On prend un point contre une bonne équipe de Lyon au terme d’un match où les deux gardiens ont été costauds. On va construire là-dessus », retient Daniel Bourdages.
Mal embarquée après le temps d’observation et le “traditionnel” but cadeau – un palet perdu par Josepher derrière la cage de Chabera, revenu à la bleue sur Levesque qui signait d’un shoot puissant le premier de ses trois buts (0-1, 7'16) –, sa troupe a su revenir puis prendre les devants sur deux power play conclus respectivement par Brenton au second poteau (1-1, 10'17) et V. Mathieu d’un lancer en pleine lucarne gauche de Stojanovic (2-1, 22'17).
Malheureusement, il a manqué neuf secondes aux Strasbourgeois pour virer en tête à la fin du deuxième tiers, Levesque, laissé libre, parvenant à trouver le chemin des filets (2-2, 39'51).
Sans solution en power play pendant la prolongation, les joueurs de l’Étoile Noire se feront punir sur un contre conclu par Levesque (2-3, 64'25).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 3 Nov 2017 - 22:52

19e journée :
Mulhouse – Strasbourg (3-6)
Enfin heureux !
Le derby alsacien de Ligue Magnus entre les Scorpions de Mulhouse et l’Étoile Noire de Strasbourg a tourné à l’avantage des Strasbourgeois. Hier soir à l’Illberg, ils ont décroché leur première victoire de la saison.
Impériaux à l’Iceberg le mois dernier en décrochant une probante victoire (5-1), les Scorpions démarrent ce derby de la pire des manières.
Après Halloween, c’est un premier tiers-temps cauchemardesque, pour ne pas dire “horrifiant”, que livrent les Mulhousiens. Dès sa première attaque, l’Étoile Noire trouve le chemin des filets par Duras (0-1, 00’31) et plonge l’Illberg dans la stupeur.

« On n’a pas le droit de faire ça »

Alors que les Strasbourgeois patinent toujours après une première victoire cette saison, cette 19e journée semble être la bonne pour les hommes de Daniel Bourdages, qui se montrent très dangereux et bénéficient d’une double supériorité numérique (9e ).
Ils doublent la mise au quart d’heure de jeu avec Trudeau, qui inscrit son premier but de la saison en se montrant opportuniste. Il envoie dans les filets le palet qui avait rebondi devant la cage de Raibon (0-2, 15’26).
De quoi mettre Christer Eriksson dans une colère noire sur le banc. « On n’était pas dans le match, maugréait le technicien suédois à l’issue du match. Strasbourg a joué de façon simple et efficace. Nous, on a commis des erreurs individuelles et on n’a pas le droit de faire ça ! »
Les Scorpions tentent de piquer, mais les tentatives individuelles de Paakkolanvaara, Vigners ou Havlik ne perturbent pas Chabera. Raibon, lui, est fortement sollicité et finit par craquer une troisième fois dans le tiers initial sur une action de Bergeron (0-3, 17’47). Acculés et contraints de reculer plutôt que d’avancer, les Scorpions sont fantomatiques et se doivent de réagir.
Ils trouvent enfin le chemin des filets sur un rebond concédé par Chabera et exploité par Sevcenko (1-3, 23’04).
La vague bleue tente de déferler sur l’Étoile Noire, qui aligne sa dernière recrue, le défenseur suédois Burlin, aux côtés de Josepher. Mais si les Scorpions dominent le tiers médian, les occasions de Rubès ou d’Östman ne se traduisent pas en buts. Ils ont pourtant une opportunité en supériorité à la mi-match et installent leur jeu de puissance. Mais Chabera tient bon. Les Mulhousiens se font de plus en plus pressants et Sevcenko n’est pas loin du doublé et de réduire la marque (35e ). Hecquefeuille y parvient en lobant le gardien strasbourgeois (2-3, 35’51).

« Un match référence »

L’Étoile Noire sent le danger et Bergeron vient alerter Raibon. Mais on est plus près de l’égalisation mulhousienne, surtout quand les Scorpions terminent le tiers en supériorité.
Brenton tente de mettre tout le monde d’accord dès le début de l’ultime période, mais les Scorpions égalisent par Havlik (3-3, 45’35). Dans une bonne dynamique, les Mulhousiens voient leur élan coupé par une erreur individuelle du capitaine, Cruchandeau, qui offre quasiment sur un plateau le quatrième but de l’Étoile Noire (3-4, 48’55), qui brille encore par Trudeau et Burgert (3-6, 56’41) et tient, enfin, sa première victoire cette saison.
« Avant, c’était un peu le chat noir et pas l’Étoile Noire, mais on tient enfin cette première victoire, savourait Daniel Bourdages, le coach strasbourgeois. Que ce soit contre Mulhouse ou n’importe quelle équipe, cette victoire fait du bien et c’est un match référence. Je suis surtout heureux de voir des sourires sur les visages des joueurs. »
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37680
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 4 Nov 2017 - 3:43

Contre les autres alsaciens... ^^^ Il en faudrait davantage. Razz

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 4 Nov 2017 - 6:14

Même avec se nombre de défaite l'entraineur n'a pas été licencier . yes
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 4 Nov 2017 - 11:12

Un attaquant letton en approche à l'Etoile Noire
L'international letton Sergejs Pecura va arriver ce mardi 7 novembre à Strasbourg pour remplacer le Québécois Frédéric Bergeron dans l'effectif strasbourgeois

L'attaquant québécois Frédéric Bergeron ayant émis le souhait de retourner en Division 1 à Cholet (notre édition de ce samedi 4 novembre), l'Etoile Noire va finaliser la signature du Letton Sergejs Pecura. Agé de 30 ans, le joueur qui évolue au centre a disputé deux Mondiaux avec la Lettonie en 2010 et 2011. Il arrivera à Strasbourg ce mardi 7 novembre, une semaine avant le prochain match de l'Etoile Noire en Ligue Magnus, contre Chamonix à l'Iceberg.
"C'est un centre très bon en protection de palet et solide sur les mises en jeu. Il va nous apporter de l'expérience", souligne Daniel Bourdages, le coach de l'Etoile noire qui a remporté ce vendredi 3 novembre son premier match de la saison lors du derby sur la glace des Scorpions de Mulhouse (3-6).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 14 Nov 2017 - 21:45

Ligue Magnus (20e journée) :
Strasbourg – Chamonix (1-2)

Mauvaise affaire
L’Étoile Noire a concédé un revers (1-2) lourd de conséquence hier soir contre les Pionniers de Chamonix dans la lutte pour le maintien au terme d’un match tendu et dont le rythme a été trop souvent haché par les pénalités.
Mal embarqués pour voir les play-offs en fin de saison régulière, Strasbourg et Chamonix s’affrontaient hier avec la poule de maintien dans un coin de la tête. Ce match de l’avant-dernier chez le dernier valait donc d’autant plus cher pour les deux formations.
L’Étoile Noire, dans la foulée de sa première victoire de la saison lors du derby à Mulhouse (3-6) juste avant la trêve internationale, voulait enchaîner. Pas évident face à des Pionniers qui ne voulaient pas, eux, la voir revenir sur ses talons.
L’enjeu avait de quoi rendre le match crispant. Ce dernier ayant été haché par les pénalités, il l’a été d’autant plus. Pendant un tiers-temps, les unités spéciales n’ont pourtant pas eu d’incidence sur le score, l’Étoile Noire faisant front pendant près de quatre minutes sur deux infériorités consécutives (6’25 à 10’23) puis sur un ultime power play des Pionniers en fin de période (15’27).
Mais quand ils se sont retrouvés à leur tour en supériorité numérique, les joueurs de Daniel Bourdages n’ont pas réussi à faire sauter le verrou savoyard. Pas plus en première période (12’44, 18’35) qu’en deuxième (29’25, 33’59).

Manque de précision

Les Strasbourgeois vont d’autant plus regretter leur manque de précision devant la cage de Sabol qu’ils vont se retrouver à trois contre cinq en fin de deuxième période pendant plus d’une minute trente (38’06) et que les Pionniers vont profiter de l’aubaine pour tromper, sur un lancer de Andersen (0-1, 38’43), un Chabera infranchissable jusque-là !
« On a eu des opportunités de marquer, malheureusement, ils ont réussi à le faire en premier, regrette le Canadien Matt Brenton. On savait que c’était un match très important pour les deux équipes, qui voulaient ces points-là. C’est dommage que ça se soit autant joué sur les pénalités, surtout que de notre côté le power play n’était pas top top ce soir (hier). »
Une fois aux commandes, les Pionniers ont verrouillé l’accès à leur zone et les Strasbourgeois ont peiné pour réussir à s’y installer. Mais alors qu’ils venaient d’alerter le but de Sabol, qui s’en sortait bien sur deux cafouillages, les joueurs de l’Étoile Noire vont se faire piéger sur le contre, conclu par Rundgren (0-2, 48'22).
Les Strasbourgeois vont alors pousser pour revenir dans ce match. Après une grosse faute non sanctionnée sur Schmitt, groggy sur le coup (52e ), les Pionniers vont jouer presque tout le money time en infériorité numérique. À cinq contre trois, Dikis relance le match d’un lancer en pleine lucarne (1-2, 54'35).
Malheureusement, les Pionniers vont se regrouper autour de leur cage sur la dernière pénalité (58’29). Les trois points sont pour eux et l’Étoile Noire va devoir cravacher sur la deuxième phase de matches aller/retour pour effacer le retard concédé sur un adversaire direct.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 28 Nov 2017 - 21:42

24e journée :
Mulhouse – Strasbourg (3-2 a.p.)
Par un trou de souris
Pas vraiment à l’aise dans leurs patins, hier à l’Illberg, les Scorpions de Mulhouse ont dû attendre la fin de la prolongation pour prendre le meilleur sur Strasbourg, lanterne rouge de la Ligue Magnus, qui méritait sans doute mieux (3-2).

Il faut parfois se contenter du minimum. Hier soir, pour le 3e derby de la saison, les Scorpions de Mulhouse ne pouvaient espérer mieux qu’une victoire tirée par les cheveux. Ce fut le cas, au bout de la prolongation, sur un but de l’homme en forme du moment Rolands Vigners.
Si ce résultat n’a pas franchement donné le sourire à l’entraîneur Christer Eriksson, il a sérieusement miné le moral de son homologue strasbourgeois Daniel Bourdages: «C’est un match qu’on doit gagner. Duras a même été à deux centimètres de nous offrir les trois points. On ne peut avoir que des regrets.»

Pecura voit double

Des regrets parce que ses joueurs prennent le match par le bon bout et s’installent confortablement en zone offensive. En supériorité, Augstkalns teste Raibon de loin (5e ) et Nikkila vient défier le gardien mulhousien, de près cette fois (6e ). Pecura (8e ) et V. Mathieu (9e ) tentent encore leur chance.
C’en est trop pour Mulhouse qui décide alors d’enclencher le turbo et Jurik, en power-play, ouvre le score en déviant au fond des filets un tir de Rubes (9’21). Si Havlik est tout près de doubler la mise trois minutes plus tard (13e ), ce n’est que partie remise puisque Martin inscrit le 2-0 dans la foulée (12’38). «On était bien jusque-là, mais on a commencé à se disperser», maugrée Eriksson.
On pensait Strasbourg déjà K-O, mais Augstkalns délivre un amour de passe à Pecura qui réduit le score (2-1, 15’57). Et il ne manque que quelques centimètres à Deplanque pour reprendre un palet qui traînait devant la cage de Raibon (23e ).
Ce premier avertissement sans frais est cependant suivi d’effet puisque Pecura glisse le puck entre les jambières de Raibon (2-2, 26’48). «On a rapidement retrouvé nos marques, précise Bourdages. J’ai vraiment aimé la performance de mon équipe.»
Si l’Etoile Noire est parvenue à recoller au score, elle le doit aussi à son gardien Chabera qui réalise un tiers médian de très haute tenue. Impérial face à Rubes (27e ), Östman (30e ), sur une double tentative d’Esipov (33e ) ou le lancer de Jurik (36e ), et auteur d’une sortie kamikaze devant Havlik qui filait seul au but (38e ), le Tchèque écœure à lui tout seul les artificiers mulhousiens.

L’exploit de Vigners

Les Scorpions sont fébriles, sur leurs patins et dans leurs têtes : «On manque de travail collectif avec les nouveaux joueurs, poursuit Eriksson. Et la sortie de Rubes (luxation de l’épaule) a foutu un sacré bordel dans notre organisation. »
Pecura rate le triplé d’un cheveu (41e ) tandis que Jyrkkiö perd ses nerfs devant Burgert et rejoint la prison (44e ). Bref, c’est la lanterne rouge qui dicte sa loi et Raibon est solide sur ce puissant lancer de Sulc (50e ).
Mulhouse remet enfin le nez à la fenêtre, timidement néanmoins puisque Chabera n’a aucun problème pour repousser la tentative de Jurik (52e ). L’Etoile Noire aurait même pu remporter la totalité de l’enjeu si Duras, au sortir d’un slalom étourdissant, n’avait pas trouvé le poteau d’un Raibon archi battu (59e ).
S’ils dominent copieusement la prolongation, Östman trouvant même le montant, les Scorpions ne parviennent pas à faire la différence. Il fallait un exploit pour l’emporter et c’est Vigners, déjà héros du dernier match à Angers, qui contourne la cage pour tromper Chabera.
Histoire de conclure de la meilleure des façons un match «moche», comme le soulignait Eriksson qui avait du mal à choisir entre le verre à moitié vide ou à moitié plein: «Le jeu qu’on produit en ce moment ne me convient pas. Au moins, on a été fidèles à nous-mêmes en se battant jusqu’au bout.» C’est toujours ça de pris aurait pu dire un Daniel Bourdages qui quittait l’Illberg dépité…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 1 Déc 2017 - 22:06

Ligue Magnus (25e journée) :

Strasbourg – Rouen (2-3)

Encourageant !
Si elle n’a pas réussi l’exploit hier soir contre Rouen (2-3), l’Étoile Noire a posé des problèmes aux Dragons et doit s’appuyer sur cette prestation pour la suite.

L’Étoile Noire, bien mieux en place défensivement sur ses quatre derniers matches, passait hier soir au révélateur de l’attaque des Dragons, la deuxième la plus prolifique du championnat qui lui avait inscrit onze buts lors des deux premières confrontations cette saison (4-2 à l’Iceberg, 7-0 à Rouen).
Mais si les hommes de Fabrice Lhenry ont ouvert assez rapidement le score, grâce au talent de Thinel à la reprise d’une passe dans le slot (0-1, 6’49), ils se sont rendu compte que les Strasbourgeois ne courbent plus l’échine aussi facilement qu’en début de saison.
Petit à petit, les joueurs de Daniel Bourdages ont ainsi pris confiance dans leur jeu. Et si Rouen a bien verrouillé l’accès à la cage de Pintaric pendant les quinze premières minutes, ce dernier a tout de même dû s’employer en deux temps pour empêcher Burgert d’égaliser (15e ) avant d’être sauvé par son poteau gauche sur une reprise de Chapuis après un bon travail des frères Mathieu (17e ).
Les Strasbourgeois ne vont pas profiter d’une supériorité numérique à cheval sur les deux premières périodes (18’53) pour recoller au score. Mais ils vont le faire juste après. Sulc bloque bien la bande en zone défensive des Dragons, ce qui permet à Trudeau de remettre derrière la cage à Valérian Mathieu. Avec sang-froid, le top scorer de l’Étoile Noire repique à la cage et ajuste la lucarne gauche de Pintaric (1-1, 21’13).
Une égalisation on ne peut plus méritée tant l’écart au classement entre les deux formations ne se fait pas sentir sur la glace.

« On a rivalisé jusque la dernière minute »

« Je n’ai pas été surpris par cette équipe de Strasbourg, on savait qu’elle est mieux actuellement, avouait d’ailleurs Fabrice Lhenry en fin de match. Mais ce n’est pas normal qu’ils (les Strasbourgeois, ndlr) aient été plus intenses et plus rapides que nous, notamment dans la deuxième période. »
C’est certain que cette équipe strasbourgeoise n’a plus rien à voir avec celle qui a organisé tant de soirées portes ouvertes dans sa défense en septembre et octobre. Quand elle se résignait à la moindre contrariété, elle regarde maintenant ses adversaires droit dans les yeux.
« Ça n’a plus rien à voir, le banc est beaucoup plus serein, reconnaissait un Daniel Bourdages qui ne peut pas reprocher grand-chose à ses joueurs hier soir. On jouait quand même contre Rouen. On a concédé quelques occasions franches mais beaucoup moins que les deux autres fois, et on s’en est créé. On les a maintenus beaucoup plus en périphérie et on a fait preuve de beaucoup d’abnégation des deux côtés de la glace. »
Rouen a fini par reprendre les devants en troisième période, d’abord sur une déviation de Deschamps sur un lancer dans le trafic de Dusseau (1-2, 48'40) puis sur un power play généreux converti par Guttig (1-3, 51'45). On est tout de même loin de la domination outrageuse du deuxième chez la lanterne rouge.
Les Strasbourgeois peuvent même nourrir des regrets. Le premier est de n’avoir qu’un seul de leurs cinq power play. Paradoxalement, ce lancer bien voilé d’Augstkalns a relancé tous les espoirs d’arracher une prolongation (2-3, 52'04).
L’autre regret, c’est le tir de pénalité que n’a pas mis au fond Nikkilä à trente secondes de la fin du temps réglementaire, Pintaric se couchant bien sur la tentative du Finlandais.
L’Étoile Noire s’incline donc d’un but contre Rouen. Une défaite encourageante ? « Bien sûr que c’est encourageant… on a rivalisé jusque la dernière minute contre Rouen », conclut Daniel Bourdages.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 5 Déc 2017 - 21:45

Ligue Magnus :
Grenoble – Strasbourg (6-1)

Un monde d’écart
L’Étoile Noire s’est logiquement, mais lourdement, inclinée hier soir sur la glace du leader grenoblois (6-1).
51. Comme le nombre de points qui séparait, au coup d’envoi, les Brûleurs de Loups, en tête du championnat, à la lanterne rouge strasbourgeoise, une victoire au compteur. Un profond fossé.
On voyait mal comment les visiteurs allaient pouvoir réduire l’écart au classement un soir de déplacement sur la patinoire Pôle Sud de Grenoble. Surtout après avoir déjà subi deux défaites face aux Isérois (4-0 à Grenoble, 4-6 à l’Iceberg après avoir mené 4-0).
D’autant plus quand l’attaquant local Vincent Kara ouvrait le score sans attendre la fin de la deuxième minute de jeu (1-0, 1'52). En supériorité numérique, le Canadien Joël Champagne doublait la mise en profitant du déficit de puissance de la défense alsacienne pour tromper Chabera de près (2-0, 9'34).
Il faisait un premier écart en faveur des siens sans que rien d’autre ne se passe jusqu’à la fin du premier tiers-temps. L’attaquant finlandais de l’Étoile Noire, Roope Nikkilä tentait bien un des cinq tirs cadrés de sa formation, dans la dernière minute de cette période initiale, mais il était détourné par la jambière de Lukas Horak, le gardien grenoblois.
De retour sur la glace, les Strasbourgeois élevaient leur niveau d’intensité et passaient beaucoup régulièrement la ligne bleue adverse. Ils se créaient leur meilleure occasion à la 24e minute quand Duras voyait son tir prendre la direction de la lucarne avant d’être sorti in extremis par le portier alpin.

Deuxième tiers débridé, des assauts des deux côtés

Profitant d’une supériorité numérique, Strasbourg faisait le siège du camp grenoblois mais manquait, à plusieurs reprises, l’occasion de relancer les débats. De l’autre côté de la glace, Chabera devait s’employer pour éviter d’être puni par Champagne (28e ).
Le match se débridait pour le plus grand plaisir des 3500 spectateurs présents à la patinoire Pôle Sud. Les assauts, eux, se multipliaient des deux côtés. Grenoble reprenait alors les choses en mains. Golicic réalisait un festival pour remonter la glace le long de la balustrade et offrait sur un plateau le troisième but grenoblois à l’attaquant québécois Alexandre Giroux (3-0, 33'06). La fin de la deuxième période était même agitée entre une altercation et une nouvelle réalisation de Champagne pour Grenoble (4-0, 38'12).
Malgré l’ampleur du score – aggravé par l’international français de Grenoble, Olivier Dame-Malka (5-0, 44'40) –, l’Étoile Noire n’abdiquait pas et sauvait l’honneur. Servi parfaitement dans sa course au second poteau par Duras, Valérian Mathieu n’avait plus qu’à pousser le palet au fond des filets (5-1, 45'55).
La réaction iséroise ne faisait pas attendre avec un sixième but marqué par le slovène Bostjan Golicic (6-1, 49'44). L’addition n’allait plus se corser. L’Étoile Noire compte désormais dix fois moins de points que son adversaire du soir au classement. Un monde.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 8 Déc 2017 - 21:57

Ligue Magnus - 27e journée :
Strasbourg – Angers (2-4)

Encore raté !
Alors qu’elle semblait avoir fait le plus dur en égalisant en début de troisième période (2-2, 45'35), l’Étoile Noire a craqué dans la foulée (2-3, 45'54) avant d’encaisser un but entaché d’un hors jeu flagrant (2-4, 46'52) hier contre Angers.

L’Étoile Noire avait la difficile tâche de mettre un frein hier à un moteur angevin en pleine carburation sur ses quatre derniers matches. Une série de quatre victoires (dont deux en prolongation en déplacement) qui a permis aux Ducs de sortir de la zone rouge.
Les hommes de Brennan Sonne ne voulaient donc pas être les premiers à trébucher sur la glace de la lanterne rouge d’où tout le monde jusque-là – dont eux lors de leur première virée alsacienne le 20 octobre dernier avec un succès 3-1 – est reparti victorieux depuis le début de la saison.

« On égalise et on donne le troisième but dans la foulée »

Mais les Strasbourgeois, pour ce dernier match avant la deuxième trêve internationale, voulaient rééditer leur performance de début novembre juste avant la précédente.
Ce soir-là, ils avaient décroché leur premier (et unique) succès avant cette 27e journée en allant gagner à Mulhouse (6-3).
Et les joueurs de Daniel Bourdages ont montré beaucoup d’envie et de détermination dès leurs premiers coups de patin. Débordés durant les premières minutes, les Ducs s’en sont remis à la vista de Florian Hardy. L’international tricolore, qui avait tenu en échec les attaquants russes un soir de Mondial 2013 (victoire de la France 2-1), a maintenu son équipe à flot.
Pecura (2e ), Chipaux, servi par Trudeau en contre sur la seule infériorité numérique concédée hier par les Strasbourgeois (6e ), Nikkilä (7e ) ont ainsi vu leurs tentatives être repoussées par le gardien des Ducs pas malheureux non plus quand Burgert, idéalement lancé par Burlin, a manqué de peu le cadre (3e ).
Mais au lieu de prendre logiquement les commandes de la partie, les Strasbourgeois vont se faire subtiliser les clés du bolide. Contre le cours du jeu, Frécon est juste suffisamment bien placé pour reprendre un palet repoussé à ses pieds par… le casque de Chabera après un lancer de Lacroix (0-1, 11'32).
Un relâchement plus tard, Arrossamena n’étant pas assez pressé au moment d’armer un shoot qui passera entre les jambières de Chabera (0-2, 17'07), l’Étoile Noire se retrouve en fâcheuse posture.
Mais loin d’abdiquer, elle va réussir à réduire le score avant de rejoindre les vestiaires grâce à un bon travail de Pecura derrière la cage pour servir Nikkilä dans le slot. La reprise rageuse du Finlandais fait mouche, les Strasbourgeois sont justement récompensés de leurs envies de créer du jeu (1-2, 19'55).
Après un deuxième tiers-temps équilibré, mais durant lequel les Strasbourgeois ne vont pas réussir à exploiter deux power play (29e , 35e ), les joueurs de Daniel Bourdages vont parvenir à égaliser sur une nouvelle supériorité numérique conclue par une reprise parfaite de Valérian Mathieu sur une passe de Dikis dans le cercle droit (2-2, 45'35).
Mais la balance ne va pas rester bien longtemps à l’équilibre. Sur l’action suivante, la défense de l’Étoile Noire est trop laxiste et se fait punir par Lacroix (2-3, 45'54).
À peine le temps de s’en remettre qu’Angers reprend deux longueurs d’avance grâce à un Henderson qui a profité d’un hors jeu flagrant au départ de l’action pour tromper Chabera quelque trente secondes d’apnée strasbourgeoise plus tard (2-4, 46'52).
« On fait le plus dur, on égalise et on donne le troisième but dans la foulée. On ne peut plus répéter ces erreurs, pestait en fin de match Daniel Bourdages. Le quatrième, il y a hors jeu plus punition, donc je ne préfère pas en parler. Mais le troisième est clairement évitable de notre part. »
L’Étoile Noire ne comblera pas son retard une deuxième fois et rate, sans démériter, une nouvelle occasion de s’offrir un peu de bonheur à la maison.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 19 Déc 2017 - 21:37

Ligue Magnus (8e journée, match en retard) :
Lyon – Strasbourg (3-2)

Revenue trop tard
En manque de réussite offensive pendant deux périodes, l’Étoile Noire a montré ses nouvelles qualités au 3e  tiers-temps pour entretenir l’espoir d’un retour à Lyon.
Au moment de débuter ce qu’il appelait la veille la « deuxième saison » de son équipe (notre édition d’hier) , Daniel Bourdages n’avait pas l’intention de dévoiler tout de suite à son adversaire lyonnais les contours de son équipe “2.0”. Alors le coach de l’Étoile Noire a décidé durant l’échauffement de mixer ses lignes pour en garder la saveur au moment du coup d’envoi.
« On a changé pas mal de choses durant la trêve, Markus (Korkiakoski) n’était pas là avant et Lyon ne pouvait pas se baser sur les vidéos de nos derniers matches. Donc autant mélanger les lignes durant l’échauffement pour essayer de gagner trois ou quatre minutes de surprises en début de match », glissait le technicien strasbourgeois avant l’entame.
La nouveauté était de mettre Korkiakoski au centre d’une ligne avec V. Mathieu et Duras, Brenton complétant du coup, à l’aile, un trio avec Chapuis et Leroux. La première ligne d’attaque lancée n’a, elle, pas changé avec une association Nikkilä/Pecura/Trudeau.

L’effet de surprise a manqué d’explosivité au début

Mais pour l’effet de surprise, on repassera. Un soir de reprise après dix jours de coupure pour cause de trêve internationale, l’explosivité n’était pas au rendez-vous dans les premières minutes.
Le problème, c’est qu’il aurait fallu que les Strasbourgeois réussissent à en mettre pour surprendre leurs hôtes façon cotillons de Noël. Au lieu de cela, les Lions ont profité de ce rythme de sénateurs pour prendre confiance en leur jeu, eux qui restaient sur huit victoires de rang en Magnus avant la trêve.
Une confiance qui va se traduire par deux buts dans le premier tiers-temps : un premier signé de près dans le slot par Takac (1-0, 11’44), un deuxième sur un power play conclu par Chernook, trop libre au second poteau pour ne pas manquer d’ajuster la cage de Chabera (2-0, 18’12).
Les Strasbourgeois, qui n’avaient pas été en réussite – on pense à cette transversale touchée par T. Mathieu alors que Jucers était battu (13e ) –, vont mettre plus d’intensité dans leur jeu au retour des vestiaires. Ils poussent les Lions à la faute, mais leurs supériorités numériques (20’28, 28’14, 37’52) ne pèsent pas assez sur la défense lyonnaise, heureuse de voir Augstklans toucher le poteau droit de Jucers (30e ).
Et la différence entre une équipe en confiance et une en reconstruction va prendre tout son sens sur le deuxième power play lyonnais quand Takac va reprendre un palet d’abord repoussé par Chabera (3-0, 45'38).
“L’effet kiss cool” de la surprise strasbourgeoise va tout de même avoir lieu. On a espéré qu’il ne serait pas trop tardif après le doublé de Duras (3-1, 40'38 ; 3-2, 44'32), mais Lyon va parvenir à verrouiller l’accès à son but dans les quinze dernières minutes.
Il reste certes un goût d’inachevé mais aussi des raisons de croire en cette “nouvelle Étoile Noire”.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 22 Déc 2017 - 22:14

Ligue Magnus (28e journée) :

Strasbourg – Bordeaux (1-3)

Sans puissance…
Inefficace en power play , l’Étoile Noire n’a pas su bonifier son ouverture du score hier soir (2’30). Bordeaux en a profité pour revenir dans le match et punir les Strasbourgeois sur deux supériorités numériques.
Pour leur dernière sortie avant les fêtes de Noël, les joueurs de l’Étoile Noire voulaient offrir une première victoire à leurs supporters, privés de réjouissances à l’Iceberg depuis le début de la saison. Et la soirée a plutôt bien commencé pour les Strasbourgeois.
Sur leur première action conclue par un tir cadré, ils ont en effet trouvé le chemin des filets. Lancé par Benoit, le jeune Rousseau – plus jeune buteur de l’histoire de la Ligue Magnus depuis son but lors de la première journée de championnat à Nice, à 16 ans et un peu plus de 9 mois – s’est faufilé dans la défense bordelaise avant de tromper le gardien international français d’un lancer du revers entre les jambières (1-0, 2’30).
Plutôt nerveux, les joueurs de Philippe Bozon – après avoir été tenus en échec en supériorité numérique (2’48) – vont multiplier les pénalités en première période. Mais l’Étoile Noire ne va pas en profiter pour donner du relief à la deuxième réalisation en carrière de sa jeune pépite.

Power play stériles

Sur son premier power play (6’21), Nikkilä bute sur un impeccable Quemener qui repousse de la botte le puissant lancer masqué du Strasbourgeois (8e ). Le deuxième sera plutôt stérile (13’21), mais ce sont les deux suivants, qui vont se chevaucher offrant un peu plus d’une minute (1’09 pour être précis) de double supériorité numérique aux joueurs de Daniel Bourdages (17’04), qui auraient dû leur permettre de faire le break.
L’Étoile Noire ne va malheureusement pas trouver la faille, ses tentatives lointaines ne trouvant pas grand monde au rebond quand Quemener en concédait. Et elle va le payer au retour des vestiaires quand les Boxers vont, eux, exploiter parfaitement leur deuxième power play pour égaliser sur cette reprise de Labelle au second poteau d’un Chabera impuissant (1-1, 21'10).
« Les unités spéciales (jeu en supériorité et infériorité numériques, ndlr) font clairement la différence ce soir (hier) , soufflera en fin de match le coach strasbourgeois. Il y a des “power play” sur lesquels on a été plutôt bien en place et où on s’est créé des opportunités. Mais il y en a eu d’autres complètement ratés. »
« Ce sont surtout les pénalités “tuées” en première période qui nous font du bien. C’est une situation qu’on avait besoin d’améliorer et là, on le fait très bien alors qu’on était mené, pointera de son côté son homologue Philippe Bozon. Après, on a bien géré les deuxième et troisième périodes. On aurait dû faire le break plus vite, mais Strasbourg est une équipe bien différente et elle va poser des problèmes à bien d’autres équipes par la suite. »
Faute d’avoir grand-chose à se mettre sous la dent depuis le début de saison, les Strasbourgeois pourront apprécier le compliment. Il ne vaudra toutefois pas une victoire qui a fini par les fuir inexorablement.
Bordeaux a pris les devants grâce à Valier alors que les joueurs de l’Étoile Noire reculaient trop dans leur zone (1-2, 34'02). Et restés muets en power play (31’24, 38’06, 50’19, 58’17) – on n’oublie pas aussi la parade miracle de Quemener de la mitaine devant Pecura enchaînée avec un double arrêt au sol (33e ) –, ils n’ont jamais pu recoller au score avant de se faire punir sur une ultime supériorité bordelaise conclue par Lessard (1-3, 56'25).
« On ne donne pas trop de buts à Bordeaux, c’est peut-être la seule satisfaction. Mais j’ai aussi l’impression qu’on a manqué de fuel au fur et à mesure », retient Daniel Bourdages. Sans puissance sur son jeu en supériorité numérique, l’Étoile Noire ne pouvait faire basculer ce match dans son sens. On oublie du coup que cette soirée avait pourtant bien commencé.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 30 Déc 2017 - 3:16

Ligue Magnus (29e journée) :
Amiens – Strasbourg (7-1)
Pas de miracle

En déplacement chez une équipe d’Amiens en forme, les Strasbourgeois y ont subi une lourde défaite hier soir (7-1).
Une opposition avec Amiens en ce moment ? C’est se frotter à une équipe en pleine forme qui a pris des points sur ses cinq dernières sorties, avec notamment des succès probants face à Grenoble ou à Angers.
L’Etoile Noire ouvre le score…
Autant dire que la tâche des Strasbourgeois s’annonçait compliquée. Les premières minutes semblent devoir le confirmer, les Picards partant à l’assaut du but de Chabera.
Mais une mauvaise inspiration de Favarin lui faisait perdre le palet à la ligne bleue. Profitant du rebond favorable, V. Mathieu partait défier Buysse, le gardien gothique, et remportait son duel pour l’ouverture du score (0-1, 5e ).
S’ensuivait alors une période où l’Étoile Noire, ayant repris un petit surplus de confiance face à des Amiénois beaucoup plus prudents, se montrait plus pressante. Sans toutefois reprendre à défaut Buysse. À l’inverse, Matima, de la pointe, envoyait le palet dans les filets de Chabera (1-1, 10e ). Romand était tout près de doubler la mise en fin de tiers mais, à bout portant, Chabera préservait l’égalité (16e ).
La deuxième période devait être beaucoup plus délicate pour Strasbourg, souvent pénalisé. Au sortir du deuxième power-play, Amiens menaçait encore par Matima puis Halley ou Da Costa, mais Chabera était encore bien présent avant d’être sauvé par son poteau sur une tentative de Romand.
Réduit à trois contre cinq, Strasbourg pliait face à Giroux qui s’enfonçait dans la défense pour ajuster la mire à mi-distance, plein axe (2-1). Dans la foulée, Sulc étant renvoyé en prison à peine sorti, Halley donnait deux longueurs d’avance aux siens sur un palet décollé de la glace, qu’il envoyait au-dessus de la botte de Chabera (3-1).
Avant les deux pénalités infligées coup sur coup à Guillemain puis Prissaint, Buysse avait passé une soirée plutôt tranquille avec neuf lancers alsaciens à négocier. Peu mis en danger, le “penalty killing” gothique ne concède que deux tirs et Amiens rentre aux vestiaires avec deux longueurs d’avance.
De quoi aborder sereinement une troisième période où Romand transforme une troisième pénalité contre Sulc (qui reçoit en plus dix minutes de méconduite) en quatrième but (4-1, 44e ). Le quart d’heure de jeu restant semble alors devoir se muer en calvaire pour l’Étoile Noire.
Brenton rejoint la prison… où Nikkila le précède sur une nouvelle méconduite. De quoi amener le cinquième but gothique, un “one timer” de Romand plein axe à mi-distance sur un service de Kuralt (5-1). Chabera jette l’éponge, faisant signe à son banc qu’il veut sortir. À peine sur la glace, Beck encaisse le sixième but, un trois contre deux, par Bault (6-1). Le septième sera signé Laakkonen. Le calvaire alsacien s’arrêtera là. En Picardie, du moins.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Sam 30 Déc 2017 - 3:17

Ligue Magnus (30e journée) :
Strasbourg – Gap (4-9)
Complètement débridé

L’Étoile Noire, trop vite la tête sous l’eau (0-4, 10'39), a terminé l’année 2017 par une nouvelle défaite (4-9) au terme d’un match totalement débridé en troisième période hier soir contre les Rapaces de Gap.
À la peine depuis le début de la saison, l’Étoile Noire n’a besoin d’aucun grain de sable dans ses plans de jeu pour espérer rivaliser avec ses adversaires. Mais il faut croire que c’est le propre des équipes en difficulté de subir les contrariétés.
Déjà privé de Burgert (bas du corps) et Schmitt (commotion), Daniel Bourdages a dû se passer au dernier moment en attaque de Trudeau (malade) tandis qu’en défense Augstkalns et Sulc, touchés mercredi lors de la défaite à Amiens (7-1), ont également rejoint les tribunes.
Avec les jeunes Mouchrif (né en 1999) et Vinals (né en 2000) à la rescousse en défense et des lignes d’attaque complètement remodelées, l’Étoile Noire a été une proie trop facile en début de match pour des Rapaces venus chercher les trois points de la victoire à l’Iceberg pour conserver leur place dans le top 4 de la Magnus.
« Essayer de sauver les meubles »
Dès leur première incursion réellement dangereuse, après un palet certes dévié en zone neutre par un patin strasbourgeois, les Gapençais ont ouvert le score par Glen (0-1, 2'59).
Le début d’un premier quart d’heure où Chabera sera trop livré à lui-même pour empêcher les Rapaces de déborder sa défense et de “plier” le match en moins de onze minutes après des buts de Linsmayer (0-2, 8'30), McDonald (0-3, 8'50) et Serer (0-4, 10'39).
Sérieusement touchée, l’Étoile Noire ne sera pas définitivement coulée par cette entame. Elle n’arrivera pas à se redresser malgré une réaction d’orgueil et un Chabera dont il faut souligner l’abnégation de conserver le plus longtemps son poste malgré la mitraille (48 tirs essuyés avant de céder sa place à Beck en fin de match).
« On savait à l’avance que c’était un match où on allait avant tout essayer de sauver les meubles. Malheureusement, ces quatre buts encaissés trop facilement nous ont empêchés de le faire alors qu’après cela, on a proposé plus de résistance », retenait Daniel Bourdages au terme d’un match qui va se boucler sur un troisième tiers-temps Complètement débridé.
« On s’est facilité le match en étant concentré dès l’entame alors qu’on a du mal à le faire régulièrement depuis le début de saison, appréciait avant tout Luciano Basile, le coach des Rapaces en fin de match. Ça nous évite sans doute des frayeurs sur la fin de match parce qu’on ne joue pas soixante minutes à fond. »
L’Étoile Noire va revenir à trois longueurs à deux reprises grâce à Duras (1-4, 14'21) et un power play enfin efficace et conclu par V. Mathieu d’un lancer dans la lucarne gauche de Lerg (2-5, 32'58) juste après le cinquième but gapençais signé Raux (32’33).
Les champions de France en titre vont accélérer en début de troisième période et compter jusqu’à six longueurs d’avance après les buts de Lewis en supériorité numérique (2-6, 44'53), Puhakka (2-7, 48'33) et Tringale (2-8, 51'01), après une explication musclée entre Korkiakoski et Lacheny (5Oe ).
L’entrée des deux back-up (Beck à Strasbourg, Bertrand à Gap) devant les filets va provoquer un certain relâchement d’un côté comme de l’autre, comme si le score autorisait à jouer façon All Star Game. Dans un hockey “tout pour le but, rien pour la défense”, Leroux (3-8, 51'42), Gutierrez (3-9, 52'00) et Nikkilä (4-9, 54'02) offraient un peu plus de spectacle offensif à l’Iceberg.
Ce ne sont pas ces vingt dernières minutes qui vont offrir quelques certitudes aux deux coaches pour le reste de la saison : « Notre avenir, il se joue sérieusement dès la semaine prochaine avec les matches à Chamonix et contre Mulhouse », concluait d’ailleurs Daniel Bourdages.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 3 Jan 2018 - 21:16

31e journée :

Chamonix – Strasbourg (3-2 a.p.)
Un vain espoir !
Alors qu’elle avait réussi à arracher la prolongation à un peu plus d’une minute de la fin du temps réglementaire (2-2, 58'55), l’Étoile Noire a cédé après quinze secondes de mort subite. Une défaite qui complique encore plus sa mission maintien !
Pour espérer pouvoir peser, ou au moins relancer les dés, dans la poule de maintien qu’elle ne pourra pas éviter à la fin de la saison régulière, l’Étoile Noire devait absolument aller chercher hier soir un résultat positif à Chamonix. « Et si possible en gagnant dans le temps réglementaire », rappelait Daniel Bourdages avant le déplacement de sa troupe dans la cité olympique.
Les quinze points de retard accusés au classement général de la Ligue Magnus par la lanterne rouge strasbourgeoise sur les Pionniers avant cette 31e journée étaient presque anecdotiques (à part pour rappeler que Chamonix a su grappiller ici ou là des points qui font au moins du bien au moral au jour le jour).
Ce sont les huit unités à commencer à combler au classement ‘’virtuel’’ de la poule de maintien contre leurs hôtes qui avaient un vrai sens. En retrancher trois d’un coup relançait le suspense contre un adversaire victorieux de la première manche à Richard-Bozon (4-3 après tirs au but lors de la 10e journée le 6 octobre) avant de faire une bonne affaire à l’Iceberg le 14 novembre (victoire 2-1 dans le temps réglementaire).

Duras avait montré la voie

Duras, l’expérimenté attaquant tchèque de l’Étoile Noire, a montré la marche à suivre dès l’entame de match en allant ‘’gratter’’ le palet dans la crosse d’un défenseur en zone offensive avant de partir tromper Sabol de près (0-1, 1’02). Une entame idéale. Trop ?
Si les Strasbourgeois vont être plutôt bien en place des deux côtés de la glace pendant les sept minutes suivantes, la première pénalité concédée (8’22) va fragiliser leur frêle esquif.
Et parce qu’il n’est rien épargné aux équipes qui vivent une saison galère, c’est après une partie de flipper entre les patins strasbourgeois et chamoniards dans le slot que le palet revient sur Pulliainen, tout heureux de pouvoir ajuster Chabera de près (1-1, 9'46).
Les Strasbourgeois vont ensuite être plus solides en penalty kill sur deux supériorités numériques des Pionniers (11’24, 15’06), mais comme ils seront particulièrement stériles sur leur premier power play (17’06), ils doivent se contenter de rejoindre les vestiaires sur ce score de parité.
Une égalité qui n’est pas du goût de Biscard. Alors que le jeu ronronne en début de deuxième période, l’attaquant des Pionniers part dans un rush le long de la balustrade, déborde la défense strasbourgeoise sur le flanc gauche avant de repiquer au centre et d’envoyer un shoot puissant en première intention. Celle-ci est bonne, Chabera est battu (2-1, 25'06) !
L’indigence du jeu en supériorité numérique de l’Étoile Noire – si ce n’est ce sauvetage assez miraculeux de Sabol sur une reprise à bout portant de Duras après un shoot de Dikis (33e ) – ne va pas lui permettre de refaire son retard sur les deux occasions supplémentaires qui lui seront accordées (30’58, 49’44).
Chamonix va pousser pour faire le break, mais les Strasbourgeois vont rester “en vie” dans ce match grâce à un très bon Chabera dans les dix dernières minutes. Et quand ce dernier quittera sa cage pour forcer la décision avec un joueur de champ supplémentaire (58’44), il en sera récompensé une dizaine de secondes plus tard, Trudeau arrachant la prolongation en trompant Sabol dans la mêlée devant son but (2-2, 58'55).
Malheureusement, l’espoir de revenir avec le gain de la victoire, même si elle ne vaut que deux points sera vain, Johnston mettant fin au suspense après moins de quinze secondes de mort subite (3-2, 60'14).
Déjà compliqué, l’objectif maintien de l’Étoile Noire en Magnus se corse un peu plus !
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37680
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Jeu 4 Jan 2018 - 9:24

Je ne connais pas trop ce système de play-down mais sérieusement qui peut encore croire en un possible maintien avec une seule victoire en tellement de rencontres?

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM


Dernière édition par Allmen67 MrEnigme le Lun 8 Jan 2018 - 5:20, édité 1 fois
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 5 Jan 2018 - 21:14

32e journée :
Strasbourg – Nice (3-2)

Un moment de joie !
L’Étoile Noire, rejointe en début de troisième période (2-2, 42'24), a su reprendre l’avantage et le conserver jusqu’au bout du temps réglementaire pour s’offrir contre les Aigles de Nice sa première victoire de la saison à domicile (3-2), hier soir. Enfin !
Après avoir encaissé un but après quatorze petites secondes de mort subite lors de la défaite en prolongation mercredi à Chamonix (3-2), l’Étoile Noire s’est illustrée dans la célérité à trouver le chemin des filets hier soir à l’Iceberg.
Il ne faut en effet que douze secondes aux Strasbourgeois pour ouvrir le score. Une mise en échec de Korkiakoski, un palet récupéré par Duras qui trouve Nikkilä dans le slot , une reprise en première intention et Khoroshun, le gardien des Aigles de Nice, doit s’avouer vaincu (1-0, 0’12).
Mais tout, dans ce match ô combien capital entre deux (plus que probables depuis le coup de sifflet final hier soir) futurs adversaires en poule de maintien, ne pouvait pas être aussi limpide que cette action.
D’abord parce que les Strasbourgeois sont incorrigibles quand il s’agit d’enfoncer le clou et de concrétiser une domination. Anesthésiés par l’ouverture du score, les Aigles n’ont en effet absolument rien proposé de réellement dangereux avant les trois dernières minutes de la première période. Mais les joueurs de Daniel Bourdages, toujours dans le bon timing pour récupérer le palet, ne vont pas réussir à faire le break. La faute, une nouvelle fois à un power play qu’ils n’arrivent pas à mettre en place. À part un gros shoot de V. Mathieu bloqué par Khoroshun (9e ), la première supériorité numérique (6’33) a été bien stérile.

« On voulait juste que ce moment arrive enfin »

La deuxième (14’39) va permettre à Khoroshun de s’illustrer sur un lancer puissant dans le slot de Korkiakoski (16e ) et aurait même pu jeter un sacré coup de froid sur l’Iceberg.
Alors que Hrehorcak profite d’un palet perdu en zone neutre pour s’échapper, Chabera gagne heureusement son face-à-face avec l’attaquant niçois (17e ).
Le gardien tchèque de l’Étoile Noire, à peine sollicité durant le premier tiers-temps (6 arrêts), va par contre avoir beaucoup plus de travail ensuite. Récompensé une seule fois depuis le début de la saison (lors de la victoire 6-3 à Mulhouse), Chabera va être l’un des grands artisans du succès strasbourgeois quarante minutes plus tard.
La physionomie du match va en effet totalement s’inverser en deuxième période et les Strasbourgeois peuvent remercier leur gardien d’avoir tenu la baraque quand les Niçois vont pousser.
« On a fait une bonne première période, mais on a compris en deuxième période pourquoi Nice est une équipe aussi dangereuse offensivement. Heureusement, “Chabi” a sorti un très, très grand match », louera en fin de partie Daniel Bourdages.
Alors que sa défense écope comme elle peut, Chabera baisse le rideau devant sa cage. Et au plus fort de la domination niçoise, Duras réussit à lancer Nikkilä vers le doublé (2-0, 27'36).
Un break de courte durée. Sur un power play conclu par Andres dans la confusion, Chabera doit s’avouer vaincu (2-1, 27'36) avant que Draper profite d’un cafouillage devant sa cage pour égaliser en début de 3e  période (2-2, 42'24).
Le scénario d’une nouvelle désillusion se dessine. Mais après une pénalité “tuée” – avec un énorme arrêt devant Belisle 46e ) –, le quatrième power play strasbourgeois est celui de la délivrance, signée V. Mathieu (3-2, 53'28). Nice, malgré une dernière supériorité (57’53), ne reviendra plus au score et les Strasbourgeois pouvaient fêter une victoire avec leur public.
« On voulait juste que ce moment arrive enfin », soufflait Daniel Bourdages en goûtant à ce moment de joie. C’est arrivé au meilleur moment pour relancer les dés dans la lutte pour le maintien.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 7 Jan 2018 - 21:23

33e journée : Lyon – Strasbourg (6-0) Croquée par les Lions !
Deux jours après sa victoire à l’Iceberg contre (3-2), l’Étoile Noire n’a pas pesé bien lourd hier à Lyon. Trop imprécis, dépassés dans la conquête du palet, les Strasbourgeois n’ont pas rendu service à Gilles Beck, qui a dû s’incliner six fois.
L’Étoile Noire avait retrouvé quelques couleurs en l’emportant enfin à l’Iceberg, devant Nice (3-2), vendredi soir. Un précieux succès en vue de la poule de maintien pour les hommes de Daniel Bourdages (nos éditions d’hier et de samedi).
Hier soir, les Strasbourgeois avaient l’occasion de remporter pour la première fois cette saison deux succès de rang face à des Lyonnais en perdition depuis trois sorties et cent quatre-vingts minutes stériles.

Un deuxième tiers à regarder Lyon réciter un bon hockey

Battu à Rouen (1-0), laminé à Charlemagne par Grenoble (0-11) et blanchi une nouvelle fois par Angers (4-0) il y a trois jours, le Lyon Hockey Club vit une passe délicate, lui qui lorgnait encore il y a quelques semaines une bonne place sur le podium.
Sauf que les hommes de Sivic ont choisi les Strasbourgeois pour stopper l’hémorragie. Après quinze premières minutes équilibrées et sans grand rythme, marquées par un duel manqué de Brenton devant Stojanovic suivi d’un but annulé de Demiters pour crosse haute côté local, les Lions ont fini par forcer le verrou de Beck – le back-up de Chabera gardait le but strasbourgeois hier – par Kazarine de près, idéalement servi par le revenant Lamirault (1-0, 15'43).
Puis, l’Étoile Noire a commencé à souffrir le martyre. Elle va même passer le deuxième tiers-temps à regarder son homologue réciter un bon hockey. Après avoir touché le poteau juste après le coup d’envoi de cette deuxième période, Correia – le meilleur pointeur rhodanien – Correia trouva bien la cible dans la foulée (2-0, 20'57).
La bande à Bourdages prend un troisième coup sur le casque trois minutes plus tard en infériorité numérique avec Takac à la conclusion du power play des Lions. Lancé par ce diable de Correia, l’ailier slovaque s’en alla conter fleurette à un Beck livré à lui-même (3-0, 23'20).
Puis, à moins de cinq minutes de la fin du deuxième acte, Kazarine s’offre un doublé suite à une merveille de jeu à trois avec Abramov et Tomko (4-0, 35'46). Les quelques miettes laissées par les Lyonnais permettent à Stojanovic de rester impliqué, devant Valérian Mathieu notamment, alors que Beck multipliait les miracles pour éviter à ses couleurs de vivre une nouvelle humiliation.
Hélas, le troisième tiers n’a pas été franchement plus réjouissant et les occasions pour les Strasbourgeois de trouver les filets lyonnais ont été réduites à la portion congrue (14 tirs cadrés sur tout le match), avec des tentatives sans grand danger de Burlin et Pecura…

Les 49 parades de Beck n’ont pas suffi

Malgré un Beck en grande forme (49 parades au total), l’Étoile Noire va baisser encore deux fois pavillon sur des réalisations du poison Sims (5-0, 53'55) et de l’orfèvre Correia (6-0, 59'08). Mais le plus important pour Daniel Bourdages et sa bande reste la réception à l’Iceberg des Scorpions ce vendredi (20h). Et là il ne faudra pas se rater…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 12 Jan 2018 - 21:55

Ligue Magnus (34e journée) :
Strasbourg – Mulhouse (1-3)

Du plomb dans l’aile
Le quatrième derby de la saison a tourné en faveur des Scorpions hier soir à l’Iceberg sur la glace de l’Étoile Noire (1-3). Un succès qui permet aux Mulhousiens de viser encore les play-offs et plombe un peu plus les affaires des Strasbourgeois.
Un match tient parfois à peu de chose. Une passe mal ajustée, un palet qui tape à l’arrière d’un patin et provoque un revirement. Hier soir, les Strasbourgeois ont subi cette succession de faits défavorables alors qu’ils avaient un trois contre deux à négocier. La passe de Brenton pour Trudeau n’a trouvé que l’arrière du patin de son coéquipier et les Mulhousiens ont bénéficié d’un contre conclu en force par Vigners (0-1, 11’35).

« On le paye cash »

Une ouverture du score cruelle pour l’Étoile Noire qui ne s’en remettra pas alors qu’elle faisait largement jeu égal avec les Scorpions jusque-là, se créant des situations favorables devant la cage de Raibon, sauvé par le retour in extremis d’un défenseur devant T. Mathieu (6e ) ou heureux de voir Duras ne pas redresser suffisamment son palet (10e ).
« Ce but nous fait vraiment mal, d’autant plus c’est sur un revirement alors qu’on allait avoir une situation pour nous. On le paye cash et on a mis du temps à s’en remettre », regrette Daniel Bourdages, le coach de l’Étoile Noire.
Chabera s’était certes employé sur un shoot lointain de Hecquefeuille (7e ) mais n’avait pas trop été alerté avant le but de Vigners. Dans la foulée, il doit se fendre d’une double parade de près (12e ) avant d’être battu sur cette reprise dans le slot de Paakkolanvaara (0-2, 13’32), idéalement servi de derrière la cage par Rehus.
Pas verni sur leur premier power play avec ce poteau touché par Augstkalns sur un lancer plein axe (18’50), les joueurs de Daniel Bourdages vont boire la tasse au retour des vestiaires, personne n’étant présent pour empêcher Rehus de reprendre un palet une première fois repoussé par Chabera devant Havlik (0-3, 20’43).
Sauvé par sa transversale (23e ), bien en place pour fermer l’angle devant Rehus (24e ), Chabera évite la noyade strasbourgeoise avant que le reste du deuxième tiers-temps soit haché par les pénalités (deux contre l’Étoile Noire, quatre contre les Scorpions).
« On a fait un assez bon début de match en saisissant nos opportunités de marquer. Après, on a donné beaucoup trop de pénalités mais heureusement, on a été très bon en penalty killing, souligne Christer Eriksson, le coach des Scorpions. Et Sébastien (Raibon) a été très solide dans sa cage. Sur le but, il ne peut rien faire. »
Le gardien mulhousien va en effet être décisif en gagnant deux duels sur des échappées de Duras (29e ) et Burgert (33e ) ou repoussant de l’épaule un gros shoot de Trudeau (35e ) puis une reprise à bout portant de Chapuis (38e ).
Dura va finir par trouver la faille en convertissant un tir de pénalité (1-3, 44'17). Le suspense s’amenuisera au fil des minutes, les Scorpions restant très bien placés défensivement pour remporter ces trois points décisifs. L’Étoile Noire, elle, n’a pas réussi à rebattre les cartes au classement provisoire de la poule de maintien.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 16 Jan 2018 - 21:43

Ligue Magnus (35e journée) :
Rouen – Strasbourg (7-0)

Bis repetita
Comme le 29 octobre dernier, les Strasbourgeois sont repartis hier de Rouen avec une lourde défaite et sept buts dans les valises sans trouver la faille (7-0). L’Étoile Noire tentera de relever la tête vendredi à l’Iceberg (20h) contre Grenoble.
Les chiffres leur promettait une soirée tranquille. Le souvenir de la première venue de l’Étoile Noire à l’Île Lacroix aussi (7-0). Elle l’a bel et bien été. C’est sans forcer et sans trembler mais avec, au contraire beaucoup de sérieux, que les Dragons de Rouen ont pris hier le meilleur sur l’Étoile Noire de Strasbourg (7-0). En toute logique.
Entre des Rouennais, leaders provisoires de la Ligue Magnus depuis leur succès en match avancé face à Epinal (6-2) dimanche, et des Strasbourgeois solides lanternes rouges de celui-ci avec, au coup d’envoi, huit fois moins de points que leur hôte (10 contre 80), il n’y a pas eu match hier.

Entrés dans le match avec culot

Si les visiteurs, bien décidés à ne pas subir le sort qu’on leur promettait, sont entrés dans le match avec culot, Burgert (2e ), T. Mathieu (2e ), Burlin (3e ), Korkiakowski (3e ) et V. Mathieu (4e ) sollicitant d’entrée Garnier, aligné hier dans la cage normande, les protégés du président Chaix n’ont, ensuite, pas tardé à prendre la mesure de leurs adversaires.
Après une première grosse occasion signée Guttig (4e ), les Dragons ouvraient la marque peu avant la mi-tiers grâce à Lampérier qui, du revers, trompait Chabera après avoir récupéré le rebond laissé par ce dernier sur une tentative de Wohlberg (1-0, 8’01).
Dépassés, les visiteurs se mettaient à la faute et, sur sa deuxième supériorité numérique de la soirée, le Rouen Hockey Élite doublait la mise grâce à Ritz qui, bien trouvé par Aleardi face au but, ne laissait aucune chance au gardien tchèque de l’Étoile Noire (2-0, 10’16).
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le troisième but normand intervenait lui-aussi en situation de cinq contre quatre, Wohlberg se montrant le plus prompt pour reprendre un palet qui traînait devant la cage alsacienne (3-0, 17’12).
Evidente, la supériorité des Dragons s’accentuait encore au fil de la rencontre et, rapidement étouffés par les incessantes vagues offensives rouennaises, les Strasbourgeois se retrouvaient, dès lors, la plupart du temps cantonnés à leur zone défensive (22 tirs à 7 pour le RHE lors des quarante dernières minutes).

Chabera a écopé comme il pouvait

Les hommes entraînés par Fabrice Lhenry inscrivaient logiquement deux nouveaux buts juste avant la mi-match. Ritz déviait d’abord victorieusement un lancer de Dusseau (4-0, 26’44) puis, dans la minute suivante, Stehlik, à la bleue et en supériorité numérique, envoyait un missile qui laissait Chabera sans réaction (5-0, 27’54).
Le dernier rempart alsacien avait beau continuer à écoper tant qu’il pouvait, réalisant au passage quelques parades miraculeuses face à Bedin (34e ), Aleardi (45e ) ou encore Thinel (47e , 58e ), l’Étoile Noire prenait définitivement l’eau dans le troisième tiers et Nesa, en infériorité numérique, corsait l’addition dès l’entame de celui-ci (6-0, 41’23). Lampérier, à l’orée des dix dernières minutes, clôturait ensuite, avec un peu de réussite, le cavalier seul rouennais (7-0, 47’). L’Étoile Noire, elle, n’a pas fait le poids.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 19 Jan 2018 - 22:14

Ligue Magnus - 36e journée :
Strasbourg – Grenoble (6-3)

Tout sauf un hold-up !
L’Étoile Noire a offert hier à son public un succès en battant à la régulière les Brûleurs de loups (6-3), l’un des prétendants au titre en fin de saison. Condamnés au play-down, les Strasbourgeois vont pouvoir s’appuyer sur cette prestation.
Au moment d’aborder le double défi de cette semaine avec un déplacement chez le leader rouennais mardi et la réception de son (très) solide dauphin grenoblois hier soir, Daniel Bourdages avait estimé que ces matches-là allaient aider son équipe à progresser à condition de les aborder « avec l’envie de les gagner ».
Une envie qui peut ne pas avoir été flagrante au regard du score mardi à Rouen (7-0) mais que le coach de l’Étoile Noire n’avait pas niée au retour de Normandie. « On fait dix très bonnes premières minutes avant que les Rouennais n’obtiennent de l’arbitre bien plus que ce qu’ils pouvaient prétendre obtenir. On ne demande pas de la pitié mais un minimum d’équité », ne pouvait-il que regretter.
Hier, ils ont démontré – dans un Iceberg (enfin) bien garni – qu’ils n’en manquaient d’une certaine hardiesse. Les Strasbourgeois ont en effet abordé ce match en ayant plus que l’intention de juste contrarier le jeu grenoblois. C’est une Étoile Noire conquérante mais pas kamikaze qui est partie à l’assaut de la défense des Brûleurs de loups. Et ça a fini par payer en fin de première période !

« On ne choisit pas nos adversaires ! »

Solides dans leur zone, n’offrant pas de shoots faciles aux Grenoblois, notamment sur une première infériorité numérique (5e ), les joueurs de Daniel Bourdages ont d’abord péché dans le dernier geste – on pense à ce trois contre un mal négocié (10e ), cette reprise non cadrée de Korkiakoski après un beau mouvement entre Duras et Nikkilä (14e ) – avant de débloquer la situation.
Sur un subtil mouvement, Trudeau trouve V. Mathieu au second poteau : Bonvalot ne peut rien faire sur la reprise de ce dernier (1-0, 17'20). Les Strasbourgeois s’enhardissent et dans la foulée Nikkilä double la mise d’un imparable missile de la bleue (2-0, 19'05).
Mais les Strasbourgeois – qui avaient mené 4-0 contre Grenoble le 10 octobre dernier avant de s’incliner 4-6 – vont retomber dans leur travers et les Brûleurs de loups vont en profiter pour recoller au score, d’abord par un Champagne trop libre de ses mouvements (2-1, 27'14) avant que Bisaillon envoie un slap au fond des filets de Chabera (2-2, 27'59).
« Nos vieux démons sont revenus mais on a su les chasser. Ça faisait longtemps qu’on était capable de produire des bonnes séquences de jeu mais sans continuité. Ce soir (hier) , à part ce passage, on a été solide sur tout le match et la victoire est d’autant plus méritée, en sourira en fin de match Daniel Bourdages. Et c’est bien la preuve qu’on ne choisit pas nos adversaires, comme certains le laissent entendre ! »
Avant que la phrase résonne du côté de la Promenade des Anglais, les Strasbourgeois sont en effet allés chercher un succès qu’ils ne doivent qu’à eux-mêmes. Après avoir repris l’avantage sur un power play conclu par Nikkilä (3-2, 31'43), senti une dernière fois le souffle des Grenoblois sur leurs nuques après une seconde égalisation signée Golicic (3-3, 35'52), les joueurs de l’Étoile Noire ont su, enfin, forcer leur destin !
En feu, Nikkilä s’est offert un premier triplé en Magnus sur un service de Duras (4-3, 45'04). Grenoble va ensuite faire le siège du camp strasbourgeois pour égaliser mais Chabera et sa défense vont baisser le volet devant leur cage jusqu’à ce que Chapuis (5-3, 59'05) puis Duras (6-3, 59'43) profitent de la sortie de Bonvalot pour mettre fin au suspense.
L’Iceberg pouvait exulter, ses favoris venaient de faire chuter un candidat au titre. Ça ne compte peut-être pas comme une carte magique qu’on abat pour sauver sa place parmi l’élite. Mais quand débutera la poule de maintien, ça légitimera les prétentions de vouloir y rester !
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 21 Jan 2018 - 21:14

Ligue Magnus (37e journée) :
Angers – Strasbourg (4-3 a.p.)
Fatale mort subite !
Menée 3-0 en tout début de deuxième période, l’Étoile Noire avait réussi à renverser la situation et pousser Angers en prolongation hier soir. Las, les Strasbourgeois ont cédé les premiers en mort subite et s’inclinent (4-3) sur la glace des Ducs.
Après leur exploit réalisé face à Grenoble vendredi (6-3), les Strasbourgeois n’ont pas été très loin de faire coup double hier soir à Angers. Dominés durant les vingt premières minutes, les hommes de Daniel Bourdages ont en effet eu le mérite de revenir dans la partie en fin de rencontre avant de s’incliner en prolongation.
Masson ouvrait la marque pour Angers (1-0, 9'39). Déjà fortement sollicité dès l’entame, Chabera, le portier Strasbourgeois finissait par céder face aux assauts des Ducs et de ses attaquants. Peu avant le quart d’heure de jeu, Bouchard ne perdait pas de temps pour doubler la mise et conforter un peu plus les siens à la fin du premier acte (2-0, 14'36).
Le début du deuxième tiers-temps ne faisait que confirmer les impressions du premier. Après une belle combinaison en contre, Henderson y allait aussi de son but en expédiant parfaitement le palet au fond de la cage strasbourgeoise sur un magnifique service de Gaborit (3-0, 21'10).

Galvanisés

Lancés à pleine vitesse, les Ducs continuaient de se créer des occasions mais butaient sur un Chabera souvent décisif. À l’agonie offensivement jusque-là, l’Étoile Noire sortait progressivement de sa torpeur, prenait de plus en plus le jeu à son compte et finissait par tromper la vigilance de la défense angevine. Coup sur coup, Burgert (3-1, 37'47) puis Morillon (3-2, 38'54) réduisaient la marque et relançaient complètement la partie.
Galvanisés par cette remontée, les Strasbourgeois retrouvaient de l’imagination en attaque et s’installaient progressivement devant la cage de Hardy, le gardien international tricolore.
À force d’abnégation, leurs efforts étaient enfin récompensés et Pecura égalisait à cinq minutes du terme et envoyait les deux équipes en prolongation (3-3, 54'59).
En power play à l’entame de celle-ci, les Ducs en profitaient pour reprendre l’ascendant sans trouver la faille pour autant. Mais Henderson finissait par délivrer le Haras et offrait la victoire aux siens (62’40).
L’Étoile Noire n’est pas passée loin d’enchaîner un deuxième succès de suite mais n’a toujours pas réussi à gagner un match après le temps réglementaire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 23 Jan 2018 - 21:51

38e journée :
Bordeaux - Strasbourg (5-4 a.p.)
Un point et des regrets

Comme dimanche à Angers, l’étoile Noire s’est inclinée hier soir en prolongation à Bordeaux (5-4). Mais cette fois les Strasbourgeois n’ont pas été obligés de revenir au score et auraient mérité de s’imposer dans le temps réglementaire.
L’Étoile Noire confirme sa bonne passe. Mais malgré une belle prestation, les Alsaciens n’ont pu venir à bout de Bordelais accrocheurs qui ont fait la différence en prolongation. Une petite récompense pour des Strasbourgeois qui auront tenu la dragée haute aux Bordelais durant toute la partie.

Une rencontre qui part sur les chapeaux de roue. Pour preuve, après seulement une minute quarante-cinq secondes, l’Étoile Noire trouve l’ouverture dans la défense friable girondine. Une aubaine pour Michal Duras qui profite de la supériorité numérique de son équipe pour ouvrir le score (0-1, 1'45).

Les Bordelais, déjà dans le dur, ont alors du mal à relever la tête. Les Alsaciens tiennent mais vont finalement céder en infériorité numérique sur une tentative de Edwards (1-1, 8'10). Tout est donc à refaire pour les hommes de Daniel Bourdages, auteurs d’une bonne entame de match.

Une présence strasbourgeoise qui se confirme. Pas abattus par cette égalisation les partenaires d’un Gilles Beck, impeccable dans sa cage, pèsent de nouveau sur l’arrière-garde bordelaise. Une tactique payante puisque Korkiakoski trouve à son tour l’ouverture pour redonner l’avantage à l’Étoile Noire (1-2, 12'23).

Une joie de bien courte durée car, pratiquement sur l’engagement, les Boxers reviennent à leur tour à la marque sur une nouvelle réalisation d’Edwards, dix-sept secondes après le deuxième but strasbourgeois (2-2, 12'40). Un score qui va tenir sans bouger jusqu’à la fin de la première période.
Un but refusé en deuxième période

Le retour sur la glace ne change rien à l’affaire. Mais les défenses prennent le pas sur les attaques, les deux gardiens, Quemener, d’un côté et Gilles Beck de l’autre se montrant inflexibles. Les Bordelais tentent malgré tout de maintenir une certaine forme de pression sur l’Étoile Noire. Des Alsaciens qui, juste après qu’un but de Trudeau lui a été refusé pour une obstruction peu évidente d’un Strasbourgeois devant Quemener, vont finir par céder peu après la demi-heure de jeu sur une réalisation de Valier (3-2, 31'27).

Les joueurs de Daniel Bourdages sont alors dans l’obligation de courir après le score et de bousculer cette équipe bordelaise qui s’installe dans le match au fil des minutes. Des Boxers qui ne contrôlent toutefois pas tout comme le confirment les pénalités qui pleuvent sur l’équipe locale. Des supériorités numériques mal exploitées par les joueurs de l’Étoile Noire jusqu’à la faille trouvée par Nikkilä qui profite d’une double supériorité numérique pour égaliser (3-2, 37'20).

De quoi bien aborder le dernier tiers-temps pour des Alsaciens qui contiennent parfaitement une équipe bordelaise en plein doute. Ce sont même les joueurs de l’Étoile Noire qui mettent un coup de booster et se montrent dangereux.

Quemener retarde l’échéance pour les Boxers. Et c’est assez logiquement que, profitant d’une nouvelle supériorité numérique, l’Étoile Noire inscrit un quatrième but par Pecura à moins de sept minutes du gong final (3-4, 53'13).

Mais les Bordelais ont des ressources et le prouvent en revenant à nouveau par Edwards à cinq minutes de la pause, offrant une prolongation aux deux équipes malgré les protestations de Beck (4-4, 54'56), invoquant un palet repris volontairement du patin par l’attaquant des Boxers.

La prolongation va tourner en faveur des Bordelais après deux minutes trente-sept. Mais qu’importe, les Strasbourgeois confirment leurs belles dispositions du moment.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Ven 26 Jan 2018 - 21:53

Ligue Magnus - 39e journée :
 Strasbourg – Amiens (2-3 a.p.)
Acte de résistance

Rapidement en tête (2-0, 4'30), l’Étoile Noire a ensuite résisté comme elle le pouvait face à des Gothiques d’Amiens assez impressionnants, notamment en deuxième période. Les Strasbourgeois ont fini par céder la mise en prolongation (2-3).
Tombeurs des Brûleurs de loups une semaine plus tôt, les Strasbourgeois – qui étaient allés entre-temps chercher deux points (et de la confiance supplémetaire) sur la route en poussant Angers puis Bordeaux en prolongation – voulaient revivre une nouvelle belle soirée à l’Iceberg hier soir.
Sept jours après avoir passé six buts à la meilleure défense de la Magnus, l’Étoile Noire voulait faire plier celle des Gothiques, qui pointe tout de même au troisième rang dans la hiérarchie avec 97 buts encaissés (soit deux de plus que Rouen et Grenoble) avant cette 39e journée.
Et les Amiénois ont pu constater rapidement à leurs dépens que les joueurs de Daniel Bourdages n’avaient pas laissé ces intentions au vestiaire. En moins de cinq minutes après le coup d’envoi, Buysse a déjà dû ramasser deux fois le palet au fond de ses filets, la faute à un homme : Valérian Mathieu.
Le jeune (19 ans) attaquant de l’Étoile Noire, déjà auteur de 12 buts avant cette dernière confrontation de la saison contre les Gothiques, va dynamiter l’entame de match. D’abord trouvé en milieu de la zone offensive par Sulc, il se décale en fondant sur la cage de Buysse et envoie le palet au-dessus de l’épaule gauche du gardien (1-0, 1’17).

« Pas surpris si Amiens décroche le titre »

Un peu plus de trois minutes plus tard, c’est Trudeau qui le trouve à l’entrée du cercle droit : le sniper de l’Étoile Noire reprend en première intention et décoche un missile qui nettoie la lucarne gauche de Buysse (2-0, 4’30). Pas loin de signer un triplé après avoir déjoué Buysse au premier poteau, il se fait priver d’un coup du chapeau par un retour in extremis de Trabucco (8e ).
Rien ne dit que la machine amiénoise ne se serait pas relevée d’un hat-trick. Ce qui est certain, c’est qu’elle ne s’est pas totalement déréglée et que les Strasbourgeois ont eu ensuite les plus grandes peines à se défaire de l’emprise des Gothiques, notamment en deuxième période.
Déjà déterminant durant le premier tiers-temps (11 arrêts), Chabera va retarder l’échéance en multipliant les parades (18 en deuxième période) mais inexorablement Amiens est revenu dans la partie. Après avoir “tué” une pénalité (22’52), les Strasbourgeois cédent une première fois sur une reprise plein axe de Matima (2-1, 26'14).
L’Étoile Noire, étouffée par le jeu amiénois, peine à alerter la cage de Buysse (4 petits tirs cadrés durant le tiers médian !) et finit par concéder l’égalisation. Chabera repousse de la botte un lancer de Coulaud mais Marcos est le mieux placé pour capter le rebond et pousser le palet au fond des filets de son ancienne formation (2-2, 31'56).
On craint alors que l’Étoile Noire coule, mais ça sera la dernière fois qu’elle va s’incliner dans le temps réglementaire.
« On fait une mauvaise deuxième période mais malgré tout on arrive à traverser la tempête sans prendre trop de buts. Le score aurait pu être plus lourd avant le troisième tiers-temps, soulignera en fin de match Daniel Bourdages. Après, il faut reconnaître qu’Amiens est un sacré rouleau compresseur, un peu comme le Gap de la saison dernière. Je ne serai pas surpris si cette équipe décroche le titre. En tout cas, je souhaite du courage à leurs adversaires en play-offs. »
Le coach de l’Étoile Noire pouvait se satisfaire d’avoir vu son équipe « sortir la tête de l’eau dans les dix dernières minutes » et pousser les Picards en prolongation. Pour la septième fois, en autant de tentatives cette saison en Magnus, elle n’a pas souri aux Strasbourgeois, Kuralt offrant la victoire aux Gothiques en convertissant un ultime power play (2-3, 62'50).
Ça n’aura aucune incidence mathématique dans leur quête de maintien. Mais ils doivent y puiser des certitudes dans leur capacité actuelle à pousser plus fort qu’eux en prolongation.
dna
Lyonniste
Benjamin
avatar Masculin Nombre de messages : 51
Age : 28
Localisation : Villeurbanne
Date d'inscription : 15/10/2014
Humeur : asocial

http://lacivilisationlyonnaise.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Dim 28 Jan 2018 - 14:17

Lyon gagne la coupe de France en battant Gap 2-0.

Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35765
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mar 30 Jan 2018 - 21:48

Ligue Magnus (40e journée) :
Gap – Strasbourg (1-6)
Un tiers à l’envers

Plombée par un deuxième catastrophique en encaissant cinq buts dans la foulée de son égalisation à 1-1, l’Étoile Noire s’est inclinée sur la glace des Rapaces hier soir (1-6) et doit maintenant se concentrer sur la réception de Chamonix dimanche.
Les Rapaces, tout juste rentrés de leur périple parisien, où ils abandonnèrent la coupe de France aux Lyonnais, retrouvaient donc la ligue Magnus, avec la venue de la bande à Daniel Bourdages, toujours bien inspirée du côté de l’Alp’Arena. Néanmoins cette opposition face à Gap, n’avait comptablement aucun intérêt pour des Alsaciens, amenés à jouer une grande partie de leur avenir en Magnus, dès la prochaine journée en recevant Chamonix. Autant dire que le degré d’investissement de l’Étoile noire faisait débat chez les observateurs, alors que celui des Rapaces paraissaient tellement évident : se remettre en selle après avoir chuté dimanche….
Et très rapidement, les Rapaces allaient apporter un élément de réponse quand Tringale interceptait une relance mal assurée par Chabera pour venir tromper entre les bottes, le portier alsacien. Devait-on s’attendre à une avalanche ? Pas du tout, puisqu’à l’inverse, c’est Strasbourg qui prenait les choses en main, produisant un jeu simple mais qui lui permettait de se rapprocher de la cage de Lerg. Chapuis d’abord, puis Burlin à trois reprises, tiraient mais sans réussite. Il fallait attendre la fin de période pour revoir Gap d’attaque. Strasbourg qui faisait bonne figure, allait reprendre le deuxième tiers avec plus de percussion encore.

Le courage et la ténacité n’ont pas suffi à résister

Il fallait moins de trente secondes aux Strasbourgeois pour égaliser quand Trudeau subtilisait le palet derrière la ligne défensive des Rapaces avant de servir Chapuis. On pensait que Strasbourg s’était complètement lancé dans le match, mais Gap allait se retrouver subitement. La formation alpine exploitait ses jeux de puissance : Mc Donald ne cadrait pas mais Ritt prenait le rebond, Lewis exploitait un palet sans propriétaire dans l’enclave. L’accélération fut brusque. L’élastique se tendait de plus en plus côté alsacien. Il allait céder. Puhakka en pleine lucarne, Serer entre les bottes de Chabera de creuser l’écart. S’en était trop pour le gardien de l’Étoile noire qui rendait son tablier. Beck le suppléait et voyait Scheid s’échapper vers son but. Le filet tremblait de nouveau. Strasbourg venait d’encaisser un 0-5 ! Et il restait encore vingt minutes.
Gap rentrait dans une période de gestion mais s’appliquait grâce à son échec avant à passer le plus de temps possible dans la zone de Strasbourg. Les hommes de Bourdages tentaient quelques timides offensives, mais les Rapaces ne semblaient pas décidés à desserrer l’étreinte. Trudeau trouvait l’ouverture au cœur de la zone bleue, mais tardait à armer. Côté Rapaces, c’est Di Dio Balsamo qui manquait de clôturer la marque mais Beck lui opposait sa botte. Strasbourg bénéficiait d’un jeu de puissance, Trudeau face à Lerg, s’y tentait, mais le palet refusait de rentrer. Gap contrait mais Colomban trouvait la barre de Beck. C’était tout pour un dernier tiers sans enjeu. Gap s’était remis en selle après sa défaite en finale de la coupe de France alors que les Strasbourgeois n’ont pas manqué de courage et de ténacité mais ce fut insuffisant quand les Rapaces décidèrent d’accélérer.
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18616
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Mer 31 Jan 2018 - 9:44

Le score en haut est aussi à l'envers y a pas que l'équipe.
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   

 

Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-