Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rugby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 35816
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Sam 7 Oct 2017 - 21:40

Fédérale 1 (poule Élite) :

Valence/Romans - RC Strasbourg (28-10)
Des regrets, malgré tout
Déchaînés en première mi-temps, puis bien embêtés par Strasbourg ensuite, les Damiers ont su trouver les ressources pour s’imposer et décrocher le bonus en prime.
L’envie et les meilleures intentions étaient clairement drômoises en début de partie. Sauf que la maladresse aussi. Comme sur cette superbe action menée côté droit et jusque dans les 22m adverses par Souquet, mais les Damiers négociaient mal le coup (2e ).
Jusqu’à cette douzième minute, où sur un temps fort drômois, Faltrept glissait un bon petit ballon au pied, que Lacour, titulaire surprise à la place de Quinnez, aplatissait derrière la ligne (12e ). Chouvet transformait, et 4 minutes plus tard sur une nouvelle inspiration de Faltrept - à la main cette fois- Belgium Tuatagaloa traversait et envoyait les gaz jusque sous les poteaux 45 mètres plus loin (16e ).
Chouvet se chargeait de la formalité pour faire grimper le score à 14-0, et les coéquipiers de Perez Galeone semblaient encore se demander ce qu’il venait de se passer.
Mais les Strasbourgeois ne titubaient pas longtemps, se remettant directement à attaquer la ligne des Romanais. De quoi récupérer, suite à un hors-jeu, une pénalité que Lombard s’empressait de réussir pour débloquer le compteur des siens (14-3, 23e ).

Strasbourg résiste

Cependant, plutôt amorphes et peu inspirés, les joueurs de Julien Chastanet ne pesaient pas assez lourd durant ce premier acte pour inquiéter les Damiers, si ce n’est sur remontée de balle de Raikuna côté droit, cependant Christopher Lacour veillait au grain et mettait fin à la relance alsacienne (31e ).
RoVal reprenait alors patiemment sa marche en avant et finissait pas se rapprocher dangereusement de l’enbut adverse.
Les Strasbourgeois avaient beau être valeureux sur leur ligne, leur défense cédait finalement et Tuatagaloa y allait de son doublé. Et sans trembler, le droitier Chouvet, complètement en coin côté droit, réussissait la transformation (21-3, 39e ).
Blessés dans leur orgueil, les Strasbourgeois se décidaient à aller au charbon et infligeaient 15 minutes de grosse pression à des Damiers réduits à 14 après l’exclusion de Fontaine (46e ). Mais suite aux efforts alsaciens, et à un nouveau carton jaune pour les locaux (Coux, 59e ), le paquet d’avants du RCS allait à dame et Michallet transformait (21-10, 60e ).
Le match était relancé, d’autant plus que les hommes de Johann Authier n’arrivaient plus à sortir la tête de l’eau. Et il fallait un super plaquage de l’arrière Reynaert pour arrêter Raikuna qui filait droit à l’essai (65e ).
Ce n’est qu’à la 70e après une mêlée vaillamment gagnée, que les Damiers posaient le pied dans le camp adverse pour la première fois de la deuxième mi-temps. Juste de quoi en permettre à Besson de marquer un dernier essai synonyme de bonus offensif (28-10, 77e ).
« Nous avons des regrets compte tenu de la physionomie du match, souligne Julien Chastanet, le technicien strasbourgeois. Nous avons mis 20 minutes à rentrer dedans, et avons loupé beaucoup de nos lancements, ce qui fait qu’à la fin de la rencontre, nous aurions pu marquer et rendre la fin de rencontre plus indécise. Ce qui est rageant, c’est que l’on a existé mais nous n’avons pas concrétisé nos temps forts ».
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Sam 21 Oct 2017 - 22:12

Féd. 1 (poule d’accession) :
Rouen – Strasbourg (25-15)
Ils n’en profitent pas!

Face à des Rouennais pourtant réduits à 14 durant toute la deuxième période, les Strasbourgeois sont repartis de Normandie sans le moindre point.
–Acculés dans leur camp  quasiment pendant toute la première période, les Alsaciens ont offert une superbe résistance (10-3 à la pause) et pouvaient espérer retourner la situation, d’autant que Rouen venait de perdre son centre Gidlow, sanctionné d’un carton rouge (40e’ +3).
Les Strasbourgeois sont bien revenus à hauteur (10-10, 49e’ ) mais ils n’ont jamais pu passer en tête. Au contraire, les Normands se sont rebellés, marquant deux nouveaux essais. « C’était un match à notre portée que nous n’avons pas su remporter », concède Julien Chastanet. Un de plus…
Pluie de pénalités
« On a été énormément pénalisé devant, ajoute le manager général. Rouen nous a mis à mal. Cette équipe a bénéficié, elle, de l’apport de ses remplaçants. Ça a fait la différence. »
Les Normands avaient ouvert le score sur une pénalité de Henry (3-0, 4e’ ), sanctionnant une mêlée écroulée… sur introduction strasbourgeoise.
Très solides en défense, les Strasbourgeois repoussaient sans peine les Normands qui s’en remettaient à une nouvelle pénalité de Henry, frappée depuis les 50m, légèrement à gauche des poteaux (8e’ ).
Sur une nouvelle mêlée enfoncée, les Rouennais optaient pour la pénaltouche malgré une position avantageuse sur les 22m. Les Alsaciens repoussaient les assauts avec vaillance mais ne parvenaient toujours pas à se dégager à cause d’un vent à décorner les bœufs. Ce n’est qu’à la 24e’ qu’ils s’enhardissaient dans le camp des locaux, sur une contre-attaque menée par Cordier qui trouvait Kaiser, coupable d’un en-avant aux 25m.
D’une terrible efficacité en contre en touche (4 gagnées en 6 minutes), Strasbourg était quand même malmené, obligé de défendre le plus clair de son temps dans ses 22m. Réduits à 14 après le carton jaune de Delabrecque alors qu’il revenait en fait à Masson qui s’était énervé sur Villière (29e’ ), les Alsaciens concédaient un essai de pénalité (10-0, 30e’ ) pour avoir effondré des mêlées à l’excès.
Dans les arrêts de jeu, ils finissaient par poser les pieds dans les 22m de Rouen. Et ils marquaient leurs premiers points sur une pénalité de Michallet (10-3, 40e’ +3). Elle sanctionnait un plaquage dangereux de Gidlow, expulsé par après consultation du juge de touche.
Trop timides
Au retour des vestiaires, les Strasbourgeois n’étaient pas spécialement conquérants, même avec l’appui du vent. Jusqu’au coup d’éclat de Tim Jaubert qui déchirait la défense normande sur un service au millimètre d’Ormaechea qui assurait la transformation (10-10, 49e’ ).
Bizarrement, les visiteurs baissaient de régime et étaient mis sous pression près de leur ligne. Toujours en délicatesse en mêlée, ils avaient toutes les peines à se dégager. La multiplication de fautes débouchait sur un carton blanc contre Tabakanalagi (69e’ ) qui rétablissait l’équilibre des forces.
Rouen en profitait immédiatement pour planter un 2e  essai de pénalité (20-10, 70e’ ). Entamé, le RCS encaissait un 3e  essai (25-10, 74e’ ), au terme d’un mouvement magnifique conclu en coin par Arscott. Dans le temps additionnel, Perez Galeone portait le ballon derrière la ligne, sur un contre, mais ce n’était pas suffisant pour accrocher le bonus défensif.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Sam 11 Nov 2017 - 12:50

Fédérale 1 (poule d’accession) L’exploit du RC Strasbourg
Ils l’ont fait ! Les derniers ont battu les premiers. Le RC Strasbourg a battu Chambéry (9-8) ce samedi au terme d’u combat homérique.
Ils l’avaient promis. Ils y mettraient tout leur cœur et… ce qu’ils ont entre les jambes. Ils on tenu parole. Énormes en défense, pragmatique en attaque sous une pluie empêchant les grandes envolées, ils ont fait chuter des Chambériens qui n’avaient été dominés qu’à une seule reprise jusqu’ici en sept matches.
Deux pénalités de Jordane Michallet avaient permis de basculer en tête au repos (6-0). La reprise fut délicate (6-3). Morné Vletter a redonné six points d’avance aux siens (9-3).
À douze minutes de la fin, les Bleu ciel étaient toutefois réduits à 13 contre 15 pendant huit minutes.
Ils concédaient un essai sur une poussée collective savoyarde, avant que Villanove ne rate la transformation (9-8). Signe du destin.
En infériorité numérique, les Strasbourgeois ont fait preuve de courage et d’un mental sans faille pour résister jusqu’au bout… et ce coup de pied en touche du Sud-Africain de Chambéry, Adriaanse, lequel croyait que l’essai avait été transformé et que son équipe avait gagné ! Cette fois, les dieux du rugby étaient strasbourgeois, récompensant la formidable volonté des hommes du capitaine Alipate Fatafehi.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Mer 15 Nov 2017 - 8:19

La France organisera la Coupe du monde de rugby 2023
A Londres, mercredi, les fédérations et confédérations de World Rugby ont désigné la France, devant l'Afrique du Sud au deuxième tour, pour organiser la Coupe du monde en septembre et octobre 2023. L'Irlande a été éliminée au premier tour.
Mercredi, 14h08, heure française, dans une des salles du Royal Garden Hotel de Londres, le président de World Rugby, Bill Beaumont, a désigné la France pour organiser la Coupe du monde 2023, dixième édition de l'histoire. Au premier tour de scrutin, la France est arrivée en tête (18 voix), devant l'Afrique du Sud (13 voix) et l'Irlande (8 voix).

Puis la candidature française a devancé celle de l'Afrique du Sud au deuxième tour de scrutin (24 voix à 15). Les Français accueilleront donc pour la deuxième fois un Mondial de rugby, après avoir organisé celui de 2007 (qui comportait cependant des matches en Irlande et au pays de Galles).
 La recommandation de World Rugby n'a pas été suivie

Le rapport de recommandation de World Rugby, publié fin octobre, avait pourtant placé la France en deuxième position, derrière l'Afrique du Sud, qui apparaissait comme favorite du scrutin. Une surprise pour le comité de candidature français, très confiant jusqu'alors. Mais cette recommandation ne faisait pas office de vote. Le lobbying intense des tenants de la candidature française était notamment axé sur les aspects marketing et financier – salués dans le rapport.
Un camouflet pour les dirigeants de Word Rugby et principalement leur président, l'ancien deuxième-ligne et capitaine du XV d'Angleterre, Bill Beaumont, qui avait soutenu le choix de l'Afrique du Sud au regard de la conclusion des groupes d'experts qui rédigèrent l'audit des trois candidatures.
La Coupe du monde se déroulera dans neuf stades :
- Stade de France, à Saint-Denis

- Stade Vélodrome, à Marseille

- Groupama Stadium, à Lyon-Décines

- Stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d'Ascq

- Matmut Atlantique, à Bordeaux

- Stade de La Beaujoire à Nantes

- Stadium de Toulouse,

- Allianz Riviera, à Nice

- Stade Geoffroy-Guichard, à Saint-Etienne
.
https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Le-decompte-des-votes-pour-la-france-qui-lui-accorde-l-organisation-de-la-coupe-du-monde-2023/850994
.
https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Dates-villes-stades-equipes-budget-ce-qu-on-sait-deja-de-la-coupe-du-monde-2023/850987
equipe
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Dim 3 Déc 2017 - 21:51

Fédérale 1 -
Poule d’accession: après RC Strasbourg - Bourg-en-Bresse (22-9)

«Ne rien se refuser»
Avec quatre victoires en cinq matches, Strasbourg s’est totalement relancé tout en démontrant que sa présence en poule élite est définitivement légitime.
Face à Chambéry, alors leader, trois semaines auparavant, on parlait encore d’exploit, ce qui sous-entend un côté improbable en amont et un match héroïque ayant permis de niveler les valeurs. Cette fois, la notion d’exploit est déjà dépassée. Les Strasbourgeois ont traité d’égal à égal avec un Bourg-en-Bresse que tout le monde estime comme la troisième écurie de cette poule d’accession, avant de prendre nettement le dessus dans l’emballage final pour signer un succès qui ne souffre aucune contestation.
«Quand on a compris comment les prendre, à savoir dans l’axe, on a fait le trou, réagissait Armand Kapseu. On était plus puissant, eux plus véloce. Ce n’est pas au large que ça allait passer.»

«On n’attendait pas Strasbourg à ce niveau»

«Il n’y a rien à dire, on a été propres, le score est logique, estimait le 2e  ligne Guillaume August. Le banc a fait la différence.» Les entrées de Peacock et Belhaouari se sont révélées particulièrement déterminantes.
«Physiquement, on a été plus fort sur la fin, a renchéri Maxime Delabrecque, le pilier droit, auteur du contest ayant permis à Michallet de redonner provisoirement un peur d’air (9-3) aux siens. En début de match, on n’a pas eu les espaces qu’on avait alors.» De quoi faire rougir le préparateur physique Sébastien Marty.
Que Strasbourg présente une meilleure profondeur de banc par rapport à une institution comme Bourg n’a rien d’anodin non plus. Sur ce point, le manager Julien Chastanet met en avant le boulot du staff médical, en matière de prévention des blessures notamment, avant de préciser sa philosophie : «Le banc a apporté ce qu’il doit apporter. Ceux qui débutent le match construisent la victoire, les remplaçants doivent finir le travail. Leur rôle est a u moins aussi important. Ils doivent assurer et bonifier le groupe. C’est la clé. Sinon, ça veut dire que tu t’es trompé dans le recrutement».
En résumé, tout le monde est au diapason. «Les gars se sont construit la victoire tout comme ils se sont construits au cours de ce début de saison compliqué durant lequel je n’ai pas été tendre avec eux. On montre nos valeurs et qu’on n’est pas là pour faire de la figuration.»

«On est là, on le mérite»

Julien Chastanet insiste sur l’état d’esprit sans occulter les progrès dans la gestion, dans l’intelligence. «On s’est posé pas mal de questions à la mi-temps pour s’adapter à l’arbitre qui avait tendance à favoriser l’équipe qui tenait le ballon. On a réussi à le faire même à 14 quand Ormaechea a pris son carton jaune. Jordan (Michallet) a pris le relais, on a travaillé avec les avants pour gagner du temps.»
Le résultat est là. Cette troisième victoire consécutive ouvre de réelles perspectives. «Nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher, à commencer par samedi prochain à Albi, car nous n’avons pas de marge de sécurité. Mais les mecs ne trichent pas. Ils s’envoient. On est là, on le mérite. On est crédible et on est à notre place. C’est une juste récompense pour tout le travail réalise au niveau physique, tactique, mental et même médical. C’est top, c’est génial. Peut-être qu’on pourra se rapprocher de nos rêves. Il ne faut rien se refuser.»
Commentateur de la rencontre sur la chaîne L’Équipe, le vice-champion du monde 1999 Christophe Dominici a corroboré à sa manière les propos du manager général : «On n’attendait pas Strasbourg à ce niveau-là.» Et pourtant…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Sam 9 Déc 2017 - 21:43

Fédérale 1:
Albi – RC Strasbourg (28-18)
Fin de série
Un trou d’air avant la pause et l’exclusion temporaire de Fatafehi à l’heure de jeu ont été fatals à des Strasbourgeois qui n’ont pas démérité à Albi.
« L’envie d’avoir envie » chantait Johnny Hallyday… En entrant sur le morceau du chanteur décédé il y a quelques jours, les Strasbourgeois voulaient continuer leur bonne série de trois victoires consécutives. Devant eux se dressait une équipe d’Albi également en bonne forme, puisqu’elle restait sur une série similaire à celle des Alsaciens (3 matches sans défaite).
À domicile, ce sont les Tarnais qui ont très vite pris les commandes. Plus de volonté, plus de mouvement pendant les premiers instants de la partie, les Albigeois ont ouvert le score grâce à une pénalité de Bisman à 40m des poteaux (6e ).
Malgré cela, Strasbourg a gardé un état d’esprit combatif. À la suite d’une conquête en touche à 5m de l’en-but tarnais, le RCS a inscrit un essai collectif sur un groupé pénétrant. Malgré la tentative ratée de transformation de Michallet, Strasbourg prenait les devants (3-5, 14e ).
Très forts dans les phases de conquête, les Strasbourgeois se sont montrés agressifs. Parfois trop, laissant trop de pénalités à leur adversaire et perdant trop de ballons… Sur un terrain aussi froid, les buteurs avaient un rôle clé à jouer. Fort heureusement pour Strasbourg, Thibaut Bisman a loupé trois de ses quatre tentatives pendant la première période.
Mais jusqu’alors très forts défensivement, les Strasbourgeois ont cédé juste avant la pause. Tout d’abord sur un énorme travail de Bisman, capable d’éliminer des adversaires et de redonner le ballon dans sa chute à Barthélémy. L’ouvreur n’avait qu’à aplatir entre les poteaux (10-5, 37e ).
Trois minutes plus tard, Nabaro était à la conclusion d’une suite de passes initiée au centre du terrain. Albi a aussi changé de buteur, Barthélémy inscrivant une transformation et une pénalité du milieu de terrain pour donner 13 points d’avance aux siens à mi-parcours (18-5). Cher pays pour Strasbourg.
Dans une seconde période avec moins de jeu, Strasbourg a très vite marqué 3 points sur pénalité. Mais, à la 56e , l’exclusion temporaire de Fatafehi a fait très mal au XV alsacien. Pendant les dix minutes d’infériorité numérique, les Strasbourgeois ont encaissé le troisième essai albigeois, celui du “bulldozer” William Whetton, résistant au plaquage pour aplatir en terre promise (28-8).

« Des matches, nous en gagnerons d’autres »

La messe était dite. Le RC Strasbourg savait déjà qu’il allait mettre fin à sa série d’invincibilité. Mais les hommes de Julien Chastanet n’ont pas abdiqué. Une dernière pénalité de Lombard à la 77e puis un essai en force de Pretorius et Strasbourg finissait le match à 10 points de son adversaire (28-18). Un sursaut d’orgueil avant la longue trêve qui attend les Strasbourgeois.
« Nous sommes tombés contre plus forts que nous. Le meilleur a gagné, reconnaît Florent Wieczorek, l’ex-Albigeois et entraîneur des avants strasbourgeois. On prend 15 points en peu de temps, on a perdu des ballons qui nous ont fait mal. Cela n’enlève rien à la bonne dynamique et aux trois matches gagnés. Nous allons devoir travailler pour pouvoir accrocher ce genre d’équipes. J’ai demandé aux joueurs de continuer à croire dans le projet. Des matches, nous en gagnerons d’autres.»
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Mer 27 Déc 2017 - 5:00

Jacques Brunel nommé sélectionneur de l'équipe de France à la place de Guy Novès



Jacques Brunel a été officiellement nommé sélectionneur de l'équipe de France ce mercredi pour remplacer Guy Novès.
Comme L'Equipe le révélait le 21 décembre dernier, c'est bien Jacques Brunel qui va guider la destinée des Bleus jusqu'à la Coupe du monde 2019. L'actuel coach de l'Union Bordeaux-Bègles, 63 ans, remplace donc Guy Novès, arrivé après la Coupe du monde 2015 et dont le bilan (7 victoires, un nul, 13 défaites) ne lui a pas permis de poursuivre plus longtemps l'aventure. Bernard Laporte est donc le premier président de la FFR à renvoyer le sélectionneur de l'équipe de France.

«On sentait qu'on était sur la pente descendante, on veut retrouver l'équipe de France qui gagne, a commenté Laporte. La décision a été prise récemment. Je ne voulais pas la prendre tout seul. On a parlé avec tout le monde. Ce sont des moments douloureux, c'est difficile pour moi ausssi. Guy Novès n'était plus l'homme de la situation. Cela ne remet pas en cause son palmarès, que je respecte.»
«Je connais son professionnalisme, son engagement, son côté passionné par les hommes et par le jeu»
Le président de la FFR a également expliqué les raisons de son choix : «Je le connais depuis longtemps, je connais son professionnalisme, son engagement, son côté passionné par les hommes et par le jeu. Il connaît le niveau international, il possède l'expérience, il a les épaules larges. Il rassemble toutes ces compétences.»

Concernant le staff entourant Brunel, on s'oriente vers un pool de plusieurs entraîneurs du Top 14, cinq ou six, qui se succéderont comme adjoints. Mais aucun nom n'a été donné. Leur première échéance sera le France-Irlande qui ouvrira le Tournoi des Six Nations, le 3 février. La première liste de l'ère Brunel devrait être donnée le 17 ou 18 janvier, avec début du stage préparatoire le 21 janvier. Le nouveau sélectionneur des Bleus, qui fut également à la tête de l'Italie entre 2011 et 2016, coachera l'UBB pour la dernière fois contre le Stade Français, au stade Jean-Bouin samedi prochain, avant de débuter sa nouvelle mission.
equipe
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Dim 21 Jan 2018 - 7:48

Fédérale 1 (poule d’accession) :
RC Strasbourg – Aubenas (25-3)

De la suite dans les idées
Viser le bonus offensif dans de telles conditions était osé, même devant la lanterne rouge. Mais les joueurs s’étaient fixé cet objectif. Les voilà récompensés pour leur ambition et leur ténacité.
« On apporte une nouvelle réponse sur le terrain », s’est félicité le manager général Julien Chastanet. Faisant fi des incertitudes, espérées passagères, liées à l’avenir du club dans cette poule élite, ses hommes gardent en tête cette idée fixe : finir la saison parmi les qualifiables, soit au sein du top 5.
Dans cette optique, une victoire à cinq points devant le dernier de la classe se conçoit. Mais pas forcément sous une pluie incessante et sur un terrain imbibé.

Les forces d’Auenas annihilées

On pouvait craindre un jeu uniquement réducteur. Logiquement, il y eut du rab d’occupation et de chandelles au menu, loin du raffinement du regretté Paul Bocuse. Du rab de ballons perdus aussi. Une douzaine chez les Bleus en première période, dont quatre en touche.
Doucement mais sûrement néanmoins, ceux-ci ont pris le dessus dans l’épreuve de force face à des Albenassiens dépourvus de solutions. « On les a contrés sur leurs bases, la touche et la mêlée, qui constituent leurs atouts », se félicitait Florent Wieczorek, l’entraîneur des avants strasbourgeois.
Après s’être échappé d’un regroupement, Ulrich Pretorius mettait le pied en touche juste avant de servir Tim Menzel qui aplatissait pour rien (22e ). Le Sud-Africain récidivait sur une touche ardéchoise trop longue pour être stoppé à deux mètres cette fois (34e ). Entre-temps, Jordan Michallet, impeccable, avait précieusement permis de prendre le score (6-3). Et on ne savait pas encore que la pénalité de Renou, son vis-à-vis, allait rester sans suite.
Pour Aubenas, alors réduit à 14, le 3e coup de semonce allait être fatal. Sur une succession de pénalités muées en mêlée avec l’essai de pénalité derrière la tête, les Strasbourgeois finissaient par écarter à gauche, où David Raikuna piaffait depuis belle lurette. Michallet transformait du bord de touche. À 13-3 au lieu de 6-3 juste avant d’aller se mettre au sec, ce n’était plus la même musique.

Avec obstination

À la reprise, les Bleus se sont quelque peu compliqué la tâche, fautes de main et pénalités concédées les mettant sous pression durant dix bonnes minutes. Unis et intransigeants en défense, ils ont tenu la baraque avant de s’atteler à l’objectif fixé.
Ne tentant pas les pénalités, ils égaraient une pénaltouche à la 58e. Celle de la 70e sera la bonne, Aubenas résistant au pilonnage dans l’axe avant de subir le renversement de jeu d’Ormaechea et les passes de funambule au large jusqu’à l’essai d’un Nico Kaiser à nouveau bien en jambes.
Il restait un petit quart d’heure pour gratter ce bonus, finalement tombé dans l’escarcelle dans les arrêts de jeu, sous la forme d’un essai de pénalité sanctionnant un groupé pénétrant écroulé devant la ligne, consécutif à une dernière pénaltouche.
« Avec un tel état d’esprit, on peut voyager », concluait Julien Chastanet. Jusqu’à créer l’exploit chez le leader, Provence Rugby, samedi prochain ? La confiance aidant…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35816
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   Sam 27 Jan 2018 - 22:10

Fédérale 1 (poule d’accession) Le leader bousculé
Provence Rugby 26
RC Strasbourg 23

À 14 contre 15, Strasbourg a bien failli réaliser le hold-up parfait hier sur la pelouse du leader Provence Rugby en venant mourir à trois petits points au final.
Quel match de la part des hommes de Julien Chastanet ! Et pourtant à la 50e , on ne voyait pas comment les Strasbourgeois allaient pouvoir inverser la tendance quand l’arbitre accordait un essai de pénalité justifié (le 4e de la soirée pour Aix), celui du bonus offensif. À 26-9, les Provençaux avaient fait le job.
Ils l’avaient fait sans être brillants certes mais avec l’opportunisme d’un ancien de la maison alsacienne, Zambelli, qui avait lancé la machine Provence Rugby.
Derrière, Malet enfonçait le clou (12-6) alors que Vletter convertissait deux pénalités pour Strasbourg.
À la 32e , c’est le tournant du match et la donne est chamboulée. Le pilier alsacien Gaborit sort sur blessure. Mais Fakalelu, à peine entré en jeu, se tord le genou si bien que l’arbitre applique la règle de carence : mêlées simulées mais surtout un joueur strasbourgeois qui doit sortir, laissant ses partenaires à 14 jusqu’à la fin de la rencontre.
Décontenancés, les Aixois perdent alors le fil de leur rugby même si deux nouveaux essais viennent corser l’addition. Et à partir de cette 50e minute, à 26-9, Provence Rugby se relâche complètement laissant Strasbourg reprendre la main sur cette rencontre. Une aubaine pour une formation puissante, généreuse et surtout sans complexe.
Sur un ballon porté, Tyumenev emmène tous les gros derrière la ligne d’en-but. Cet essai a le don de remobiliser les troupes strasbourgeoises qui érigent un rideau défensif compact où les Aixois s’écrasent comme des mouches.
Sur un mouvement d’école, Scaloni, sur les extérieurs, grille toute la défense aixoise pour l’essai de la ''remontada'' (26-23, 70e ). Entre-temps, Michalet avait enquillé un drop et passé ses deux transformations.

« Nous n’avons rien lâché »

Acculés, les Aixois semblent complètement perdus sur le terrain. Il faut un gros travail de sape des ses avants pour garder le ballon afin de manger le chrono. Les trois-quarts, eux, n’osent plus rien faire sur un terrain devenu lourd et boueux.
Porté par un énorme Fatafehi, Strasbourg a les armes pour aller chercher au minimum un match nul mais la pénalité n’est pas venue…
26-23 au final avec un point de bonus défensif plus que mérité. « Je suis fier de mes gars , expliquait l’entraîneur strasbourgeois Julien Chastanet. Ils ont livré le match quasi parfait dans des conditions particulières avec ces mêlées simulées. À 14 contre 15, nous n’avons rien lâché. Cet état d’esprit est à l’image de notre club. Ce soir, nous avons fait douter cette belle formation aixoise ». Et plus qu’un peu.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rugby   

 

Rugby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 26 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-