Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l’ASC Biesheim (CFA 2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 35156
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Mar 6 Juin 2017 - 21:33

Biesheim : Deux joueurs dont un CV PRO s'engagent (off)
Biesheim commence fort son mercato avec l'arrivée de deux nouveaux joueurs. Le milieu offensif d'Illzach Modenheim, Julien Fuchs, membre du service PRO Foot National s'est engagé avec l'ASCB. Après trois saisons passées à l'ASIM et vingt buts inscrits, il a choisi de relever le challenge de Biesheim. Il sera accompagné de l'ancien joueur de Raon, Said Dardouri. Le milieu défensif parti au Maroc à la trêve, retrouve la France et le projet de l'ASCB. Deux renforts de choix qui démontrent les ambitions de Biesheim pour la saison prochaine.
  Foot National
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Mar 11 Juil 2017 - 22:16

La reprise à l’ASC Biesheim « Année charnière »
L’ ASC Biesheim a repris lundi soir sous la direction de son entraineur Hervé Milazzo. Pour leur 5e saison à ce niveau (N3), les Rhénans enregistrent dans leur encadrement l’arrivée de Christophe Milliet et espérent boucler rapidement leur recrutement.
Robert Pavlinic, l’entraîneur adjoint et préparateur physique du club rhénan a donné lundi soir le coup d’envoi de la nouvelle saison en emmenant le groupe de treize “anciens ” encadré par les quatre nouveaux arrivants, pour les premiers tours de terrain.

Trois recrues attendues

Un effectif qu’Hervé Milazzo souhaite étoffer au plus vite : « Je désire encore un gardien, un attaquant et un défenseur pour réussir la future saison ; les clés de ce succès seront dans un premier temps le maintien dans un groupe très difficile avec une descente supplémentaire, puis de mieux faire que par le passé quand nous arrachions souvent le maintien dans les ultimes journées et puis, pourquoi pas, enfin réussir une carrière en Coupe de France. »
Son président Marc Nagor dans sa causerie et prise de contact a abondé dans ce sens en ajoutant de surcroit : « Je pense que nous serons dans une année charnière, la 50e du club, lors de laquelle nous pourrions enfin basculer vers le haut tout en connaissant peut être aussi de sérieux désagréments. Mais pour éviter une telle situation, j’attends des nouveaux joueurs une certaine plus-value, tout en comptant beaucoup sur les anciens. »

400 licenciés

La voie est tracée pour le club qui compte à présent près de 400 licenciés parmi les 2 560 âmes que compte la cité rhénane. De quoi insuffler beaucoup de forces vives…

Les arrivées. Dardouri (AC Kénitra Maroc), Fuchs (AS Illzach Modenheim), Jacquat (RC Strasbourg), Kleindienst (C. T. Plaine St Symphorien Metz). Les départs. Bissessur, Carnovale (SR Colmar), Mastroianni (AS Sundhoffen), Ntoke (Sarre-Union), Solvet (St Louis), Obosso (Allemagne).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Lun 14 Aoû 2017 - 7:32

Le métronome rhénan
Pour sa quatrième saison à l’ASC Biesheim, Ludovic Chevrier est un cadre du collectif rhénan. Aussi réservé en dehors du terrain que tranchant dans ses interventions, le défenseur central préfère montrer que dire. Et personne n’a à s’en plaindre.
Sur un terrain, on ne l’entend pas, mais on le remarque. Et plus on le voit, en général, plus l’ASC Biesheim s’expose aux attaques adverses. C’est le moment que choisit le métronome rhénan pour battre la mesure et remettre son équipe dans le bon tempo.
Ludovic Chevrier n’est pas un grand bavard. Il est même plutôt taiseux. Du genre à préférer s’exprimer avec ses pieds que s’expliquer par un grand discours. Ce qui est plutôt un avantage lorsqu’on joue au foot.
« J’essaie de rester cool comme dans la vie, mais je peux aussi pousser un coup de gueule s’il le faut, nuance le défenseur de 25 ans. Moi, je préfère agir que parler, être sobre et efficace. Faire un ou deux grands matches, ça peut arriver, mais être performant dans la durée, c’est bien plus difficile. Je veux être au top chaque week-end. Tout se joue dans la tête et à l’entraînement. »

Milazzo : « Il est toujours bon, il fait toujours ses matches »

C’est d’ailleurs sa régularité depuis son arrivée sur les bords du Rhin en 2014 qui en a fait un joueur essentiel aux yeux de Hervé Milazzo. Systématiquement titulaire en charnière centrale, il apporte une bonne dose de sérénité à ses partenaires. Car il a la tête froide et bien faite.
« Depuis deux ans, c’est le garçon dont les performances sont les plus linéaires. Il est toujours bon, il fait toujours ses matches, dit de lui son entraîneur. Je peux vraiment compter sur lui. En plus, c’est un compétiteur, il est toujours à fond. En deux ans, il a dû manquer moins de dix entraînements. »
C’est que le ballon, Ludovic aime le cajoler. Même si son poste lui impose d’abord une présence physique et le goût des duels. L’ancien milieu défensif dans les équipes de jeunes aux SR Colmar, avant de descendre d’un cran pour ses deux premières années en N3 (ex-CFA 2) chez les Verts, sans être un esthète, aime tout simplement jouer. Le seul moyen de prendre du plaisir.
Depuis qu’il évolue au cinquième échelon français – ce sera sa sixième saison –, son jeu a gagné en roublardise. « L’expérience, ça compte aussi, je sens mieux les coups », indique-t-il. Mais ce qui ne change pas, c’est son envie de faire la passe juste, de participer au jeu. Même si, selon lui, il ne marque pas encore assez sur les coups de pied arrêtés.

« Balancer, je ne supporte pas »

« Balancer, même si c’est nécessaire parfois, je ne supporte pas, insiste celui qui a banni la défaite jusqu’aux oppositions entre coéquipiers. Gagner ses duels, jouer simplement, ne pas perdre de ballon et relancer proprement, c’est la base. » Et c’est même un exemple. « C’est un leader naturel, qui rassure, confirme Hervé Milazzo. Il trouve toujours des solutions entre les lignes. C’est appréciable. »
Plus porté sur les sorties officielles que les rencontres amicales, dont la dernière en date, samedi, a débouché sur une courte défaite face à Hagenthal (R1), “Ludo” va devoir prendre son mal en patience. Exempt samedi prochain, c’est depuis chez lui qu’il scrutera les premiers résultats de cette poule Grand Est de National 3. Une poule « relevée » dans laquelle il a hâte d’évoluer, compétiteur qu’il est.
« C’est un championnat qui devient de plus en plus fort. Cette saison, avec les réserves pros (Metz, Nancy, Strasbourg) , des équipes comme le FCM ou Sarre-Union qui ont un effectif de CFA (N2) , ça s’annonce compliqué. Mais pour progresser, il n’y a pas mieux. »

Tous les postes ont été doublés

L’émulation en interne, ce n’est pas mal non plus. Et le jeune défenseur estime que le recrutement – Dardouri (AC Kénitra Maroc), Fuchs (AS Illzach Modenheim), Jacquat (RC Strasbourg), Kleindienst (C. T. Plaine Saint-Symphorien Metz) – mené par le staff est allé dans le bon sens, puisque tous les postes ont été doublés. Mais sauf tremblement de terre, c’est bien lui qui pilotera la défense haut-rhinoise à Pagny-sur-Moselle dans une dizaine de jours. Et qui sera l’un des éléments clés du maintien rhénan pour ce cinquième exercice de rang en N2.
« Ça me fait toujours rire quand on parle de moi comme ça, comme d’un cadre. » Et pourtant, sur le pré, Ludovic Chevrier est loin d’être un rigolo. C’est même tout le contraire…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 26 Aoû 2017 - 21:54

Pagny 1

Biesheim 1

Mi-temps : 1-0. - Stade Christian Giamberini. 250 spectateurs. Arbitre: M. Kontzler assisté de MM. Cotinaut et Laurent.
Les buts: Soumah (45e +1) pour Pagny; J. Jacquat (79e ) pour Pagny.
Les avertissements: Patin (90e +5) à Pagny; G. Jacquat (27e ), Fuchs (45e +3).
PAGNY-SUR-MOSELLE: Schwenck, Yao, Chicoto, Bourial, Zimmer, Patin, C. Sannier, V. Sannier (Probst, 89e ), Marzoug (Christophe, 90e +2), Soumah (Nisi, 90e +4), Bônet.
BIESHEIM: Kehi ; G. Jacquat, Chevrier, Grosperrin, Muller (Finance, 65e ), Wagner, Dardouri (Bischoff, 88e ), Fuchs, Viana, Miliani, Charoy (J. Jacquat, 75e ).
.

Les regrets de Biesheim
Auteurs d’une grosse fin de rencontre, les Biesheimois auraient pu rapporter les trois points de Pagny, hier.
Pagny n’était pas à la fête hier après-midi face à une solide formation de l’ASC Biesheim. Fébriles au milieu, incapables de combiner devant, ils ont souffert devant une formation haut-rhinoise qui disputait son premier match officiel de la saison puisqu’elle était exempte lors de la première journée. Car l’ouverture du score d’Idrissa Soumah (1-0, 45e +2), qui bonifiait une ouverture lumineuse de Bônet, n’était qu’une petite oasis au cœur de leur désert offensif. Et accessoirement la seule frappe cadrée de Pagny, qui ne s’est procuré aucun corner du match.
En face, Biesheim avait rapidement donné le ton et quelques sueurs froides quand une frappe de Fuchs effleurée par Schwenck fracassait la barre (7e ).

Encore monter d’un cran

Les hommes de Hervé Milazzo confisquaient le ballon qui brûlait les pieds des partenaires d’un Benoît Patin beaucoup trop discret en dépit d’un lob certainement trop gourmand et surtout trop long (14e ). Mais les Rhénans ne concrétisaient pas le temps fort qu’ils alimentaient après la demi-heure de jeu et Soumah permettait à Pagny de rejoindre les vestiaires avec un avantage flatteur.
Mais la pause ne changeait pas grand-chose. Biesheim régulait l’entre-jeu, cloisonnait les Meurthe-et-Mosellans dans leur camp et empilait les occasions à l’image de Viana (56e , 66e ), Fuchs (68e ) et Charoy (69e ). Pagny flirtait avec le jackpot, mais ne résistait pas à l’entrée en jeu de Julien Jacquat. Quatre minutes après avoir remplacé Charoy, le jeune attaquant égalisait d’une volée limpide et opportuniste (1-1, 79e ) puis distillait un ballon en or que Dardouri, à bout portant, précipitait sur la barre (84e ) !
Incapables de changer de rythme et d’aligner cinq passes, les Pagnotins ont donc mis un gros point de côté au regard d’une prestation indigente.
Pour l’ASC Biesheim, les voyants sont déjà au vert. Mais il faudra encore monter d’un cran dans le rythme et dans l’efficacité pour espérer jouer un mauvais tour au voisin du FC Mulhouse, dès mercredi soir.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Mer 30 Aoû 2017 - 21:43

Biesheim – FC Mulhouse (0-2)

Le réalisme a primé

Mulhouse loin d’être fringant a été pragmatique face à une équipe de Biesheim qui peut nourrir des regrets au regard de sa prestation.
Et si Charoy avait réussi à tromper l’expérimenté Milosavljelic ? On joue depuis trois petites minutes que le portier mulhousien doit parer au plus pressé devant l’ancien de Sarre Union (3e ). Et si l’arbitre n’avait pas désigné le point de penalty pour cet accrochage comme il en existe tant dans le football ? Etame ne se pose pas la question et transforme la sanction en but malgré le bon plongeon de Kehi (0-1, 20e ).
Jusqu’alors maîtres du ballon mais loin d’être sublimes, les joueurs de Carlos Inajeros ont offert une leçon de réalisme aux Biesheimois. Dardouri sur l’engagement tente de lober Milosavljelic mais le portier est vigilant (21e ).

Malchance ou maladresse ?

Et puis plus grand-chose à se mettre sous la dent hormis quelques centres et ballons facilement négociés par les deux gardiens. La seconde période est plus rythmée et, à l’occasion de Charoy sauvée in extremis par un défenseur (47e ), le FCM réplique par un déboulé de Constant stoppé dans la surface par Wagner (52e ). Biesheim continue à poser des problèmes et est bien proche de rétablir la parité. Charoy doit encore se demander comment le portier mulhousien a repoussé sa reprise de volée fulgurante (61e ). La malchance ou la maladresse continue de s’abattre sur l’ASCB comme lors de cette tête en déséquilibre de Charoy qui heurte le poteau. Wagner tacle mais ne parvient pas à conclure (74e ). Pas verni, Dardouri, par ailleurs très bon, sert le… Mulhousien Aquiayi, ce dernier transmet à Da Silva qui trompe Kehi (0-2, 83e ). Biesheim méritait assurément bien plus mais le réalisme froid de Mulhouse a fait la différence et cela suffit à son bonheur.
« Nous avons été une équipe très rigoureuse qui a été efficace. Nous avons eu des soldats ce soir (hier) face à une belle équipe de Biesheim. J’ai été motivé par la grinta de mes coéquipiers (en faisant référence à son bon match). On s’entraîne pour être conditionné tout le match à faire l’arrêt qu’il faut », souligne le portier de Mulhouse.
Au contraire, Hervé Milazzo, le coach de Biesheim reste sur sa faim : « C’est très sévère pour mes joueurs. Je suis déçu pour eux. Nous avons des situations de but mais nous n’avons pas su la pousser au fond. Heureusement, nous allons rejouer dimanche à Strasbourg et n’allons pas avoir le temps de cogiter ».
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 16 Sep 2017 - 21:33

National 3 -
Biesheim - Metz II (1-1)

Toujours à l’arrêt
Biesheim a concédé, hier, son troisième nul de la saison en National 3 face à la réserve messine. Un résultat décevant qui ne permet pas à l’ASCB de lancer enfin sa saison.
Avec deux points au compteur en quatre journées, les Rhénans – exempts pour l’ouverture du National 3 – ne jouaient pas les fiers-à-bras au moment d’accueillir la réserve messine. Comme la saison dernière, ils ont pourtant bien failli cueillir face aux Mosellans leur premier succès en championnat. Il s’en est fallu d’une poignée de minutes.
Si tout n’a pas été maîtrisé durant la partie, Biesheim a d’abord eu le mérite de se montrer plus efficace que son adversaire.
L’étincelle est venue d’un pressing de Chevrier, bien relayé par Fuchs avant que Dardouri ne passe la seconde lame plein axe.
Un engagement qui a finalement profité à Viana, excentré dans la surface, qui trouvait l’ouverture dans un angle fermé (1-0, 35e ).
Le plus dur était fait et il fallait désormais se montrer solide pour contenir la timide domination messine. Vincent Thill, qui défiait les Bleus avec le Luxembourg à Toulouse il y a deux semaines seulement (!), et ses jeunes camarades de la réserve – dix-huit ans et deux mois de moyenne d’âge, ce qui n’était plus arrivé depuis huit ans pour le FCM en championnat de France – ont fait leur âge. Timides dans les duels, peu à l’aise face au bloc compact alsacien, ils ont été incapables durant 85 minutes de se créer une occasion digne de ce nom malgré la possession du ballon.
Sila n’a pas cadré (64e ) tandis que Maziz avait, lui, trouvé le mur sur un coup franc pourtant idéalement placé (43e ).

Un penalty discutable

Il a fallu, finalement, un fait de jeu pour priver Biesheim d’un succès qui l’aurait soulagé. La main dans la surface sifflée par M. Pacheco, consécutive à un nouveau coup franc lorrain, n’avait rien d’évidente. L’occasion était dès lors trop belle de prendre un point et Maziz le savait (1-1, 86e ).
Sur l’ensemble du match, Biesheim n’en a pas fait assez pour éviter ce troisième partage des points. Et pourtant, à l’expérience, l’ASCB aurait dû tenir le score ou au moins concrétiser l’une de ses occasions en contre.
Mais Efondja a été trop court sur le centre de Miliani (52e ) qui, lui, a trouvé les gants d’un Haodara pourtant pas vraiment impérial (78e ). Et sur la brève séquence en supériorité numérique, Fuchs a eu la balle de match mais a trop ouvert son pied (90e ).

Frustration

« C’est toujours la même frustration, surtout par rapport à l’investissement des joueurs à qui je ne peux rien reprocher, estime le coach haut-rhinois Hervé Milazzo. Metz avait le ballon mais on le récupérait assez vite dans notre camp. Il y a des matches comme celui-là qui doivent se terminer à 1-0. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Dim 24 Sep 2017 - 21:39

FC Kronenbourg 1

Biesheim 2 ap

Une douce “revanche”

Le FC Kronenbourg recevait Biesheim, pensionnaire de National 3, pour le compte du 4e tour de la Coupe de France au stade de l’Elsau.
Une première période équilibrée témoigne de l’égalité de niveau des deux équipes, mais les Nationaux ouvrent le score juste avant la mi-temps par J. Jacquart à la réception d’un centre qui devance Asan.
Les “Brasseurs” égalisent après l’heure de jeu par Settou sur un coup franc dans l’axe de Mouakit. Le ballon est repoussé par Kehi et Settou suit et le trompe (65e ).
Kehi détourne un penalty
Les Cronenbourgeois ont même l’occasion de prendre un avantage décisif à la 83e lorsque Settou est fauché dans la surface par Chevrier. L’arbitre désigne le point de penalty. Khedir se charge de le transformer, mais échoue sur Kehi.
C’est le tournant du match. Après 90 minutes, les deux équipes sont à égalité et doivent faire une prolongation. Après une minute, les Haut-Rhinois prennent l’avantage par Wagner qui reprend de volée un ballon venu de la gauche de Efondja et qui bat Asan.
Les “Brasseurs” essaieront de revenir mais n’y parviendront pas.
Biesheim tient sa revanche des deux éliminations de la saison passée (6e tour de Coupe de France et 16es de finale de Coupe d’Alsace) et passe au cinquième tour.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Dim 8 Oct 2017 - 21:18

5ème Tour
COUPE DE FRANCE ALSACE
Biesheim a transpiré
Biesheim a tremblé hier sur le terrain de Furdenheim. Les hommes de Milazzo ont eu recours à la prolongation (2-4 ap) pour éliminer le pensionnaire de PH.

Toujours sans victoire dans son championnat de National 3 (quatre nuls et une défaite), Biesheim ne s’est guère rassuré hier sur la pelouse des SR Furdenheim, seulement 10e du groupe A de Promotion d’Honneur. Après un score de 2-2 à la fin du temps réglementaire, les Haut-Rhinois ont réussi à faire la différence lors de la 1re mi-temps de la prolongation grâce à deux buts de ses nouveaux entrants. Mais ils ont aussi et surtout profité de la fatigue de leur adversaire, réduit à 10 depuis la 77e minute…
Au coup de sifflet final, Hervé Milazzo, l’entraîneur de Biesheim, n’avait guère envie de s’épancher sur la « performance » de son équipe. « C’est une qualification qui pose beaucoup de questions. Je manque de mots. Je dirais juste que c’était compliqué, pour ne pas être trop méchant… », s’est-il contenté de dire avant de filer la mine soucieuse.
Après 20 premières minutes sans relief, les Biesheimois commettaient leur premier impair. Sur un long ballon, Grosperrin et Luis manquaient de communication. L’avant-centre au passé professionnel Cédric Stoll passait par là et ouvrait le score dans une cage désertée (1-0, 21e ). Le pensionnaire de N3 n’avait pas le loisir de douter et revenait immédiatement dans la partie grâce à un coup de tête décroisé d’Efondja, à la réception d’un centre de Fuchs (1-1, 23e ).

« J’espère que ce match va nous faire grandir »

Au retour des vestiaires, Furdenheim faisait à nouveau preuve de réalisme. Cyrille Ey s’échappait côté droit et adressait un centre au cordeau pour Cédric Stoll, qui se jetait au second poteau pour remettre son équipe en tête (2-1, 56e ). Mais encore une fois, l’ASC Biesheim recollait dans la foulée d’un coup de tête de Finance (2-2, 61e ) suite à un corner botté par Miliani, tout juste entré en jeu.
Malgré l’expulsion de leur entraîneur-joueur Olivier Ey (77e ), les Bas-Rhinois se serraient les coudes et arrachaient une prolongation méritée au regard de leur formidable abnégation. Sur les rotules pour beaucoup, ils furent finalement ramenés à la réalité par les deux réalisations successives de Dardouri et Miliani. « On a des regrets sans en avoir car on a tout donné, confiait le Furdenheimois Cédric Stoll. J’espère que ce match va nous faire grandir. »
À l’inverse, les Biesheimois n’ont pas évacué leurs doutes à cinq jours de recevoir Epernay en championnat. Bien au contraire…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 14 Oct 2017 - 22:04

Biesheim 1
Epernay 0

Mi-temps : 1-0. Arbitres : M. Beyer, assisté de MM. Tournegros et Petton.
Le but: Efondja (10e pén)
Avertissements: Grosperrin (36e ), Wagner (80e ), Dardouri (86e ) à Biesheim; Izard (14e ), Beneto (34e ), Jaspierre (85e ) à Epernay
BIESHEIM: Kehi – Finance, Chevrier, Grosperrin, Muller – Dardouri, Wagner (cap.) – Viana (G. Jacquat, 85e ), Fuchs, Miliani (Bischoff, 87e ) – Efondja (J. Jacquat, 71e ). Entraîneur: Hervé Milazzo.
EPERNAY: Husson – Descotes, Chicaut (cap.), Blachon, Izard (Beneto, 17e ) – Lefevre (Derbal, 58e ), Jaspierre – Tremor (Merbah, 50e ), Gaultier, Moison – Deruffe. Entraîneur: Alexis Rouquette.
.
Une victoire tant attendue
Biesheim avait réalisé des matches bien plus solides cette saison. Mais aucun ne lui avait encore rapporté trois points. L’heure n’était donc pas à faire la fine bouche après le succès arraché face à Épernay, hier soir.
Un succès qui s’est dessiné dès le premier quart d’heure puisque ce sont les Alsaciens qui ont attaqué la rencontre le mors aux dents. Si Viana n’a pas été en réussite sur sa reprise de volée au deuxième poteau (8e ), Fuchs, lui, n’a même pas pu tenter sa chance, déséquilibré dans la surface par Chicaut. Une aubaine pour Efondja et l’ASCB (1-0, 10e ).
Devant au score, les Rhénans ont alors laissé la maîtrise du ballon aux Champenois pour mieux les contrer. Les remontées de balle rapides orchestrées par Dardouri, Viana, Fuchs ou Miliani ont régulièrement transpercé une défense peu véloce, mais la finition a fait défaut. Il a fallu attendre un corner pour voir Biesheim se montrer à nouveau dangereux, la tête de Wagner, esseulé au deuxième poteau, trouvant les gants de Husson (32e ).

Par bonheur, Épernay n’a pas été plus en réussite offensivement. Alors que la rencontre a progressivement tourné à l’attaque-défense, les visiteurs n’ont eu que peu d’occasions en comparaison de leur mainmise sur les débats. Kehi s’est montré à la fois le plus prompt devant Deruffe (23e ) et attentif sur un coup franc lointain de l’attaquant champenois (37e ).
Biesheim acculé
La seconde période a été la plus difficile pour les hommes d’Hervé Milazzo, recroquevillés dans leur propre camp. Sans s’affoler, ils ont repoussé une à une les vagues sparnaciennes, parfois avec le brin de réussite qui leur faisait défaut jusqu’ici. Ainsi, le tir de Deruffe est venu lécher le poteau de Kehi (70e ), le portier haut-rhinois se signalant pour sa part au bout du temps additionnel en extirpant de sa lucarne un coup franc de Blachon (90e +3).

L’essentiel était sauf. Et Biesheim n’avait pas à regretter les nombreuses situations de contre gâchées parfois bêtement. « On a été complètement acculé sur notre but en deuxième mi-temps, peut-être notre plus mauvaise mi-temps de la saison. En face, il y avait énormément de qualité et ça revenait sans cesse. Alors ne pas avoir pris de but est une vraie satisfaction, appréciait Hervé Milazzo. J’espère que ces trois points acquis dans la difficulté, grâce à notre solidarité et notre abnégation, vont encore plus nous libérer dans le jeu. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 28 Oct 2017 - 21:54

Lunéville 3
Biesheim  3

Mi-temps : 0-2. – Stade Edouard-Fénal. Environ 450 spectateurs. Arbitre : M. Thullier, assisté de MM. Rabhi et Fournier.
Les buts : Samba (56e , 72e s.p.) et Caromel (76e ) pour Lunéville ; Dardouri (5e s. p.), Grosperrin (8e ) et Jacquat (52e ) pour Biesheim.
Avertissements  : Bakkas (41e ), Caromel (77e ), Samba (90e +1) à Lunéville ; Viana (37e ) et Muller (75e ) à Biesheim.
LUNÉVILLE  : Bracigliano ; Yrio, Amiche, Bezon, Sow (Kaya, 83e ), An. Goncalves, Bakkas, Tourga (André, 68e ), Do Rosario (Uhlrich, 73e ), Caromel, Samba.
BIESHEIM  : Kehi ; Finance, Grosperrin, Chevrier, Meyer (Muller, 20e ), Bischoff, Fuchs, Dardouri, Jacquat, Efondja-Aureol (Charoy, 75e ), Viana.

Un nul au goût de défaite
Menant 2-0 après huit minutes de jeu puis 3-0, en début de deuxième mi-temps, Biesheim s’est fait rejoindre par des Lunévillois qui sont parvenus à arracher un nul au parfum de victoire.
À côté de la plaque pendant une mi-temps, trahis par un déchet technique abyssal, les hommes de Rachid Maatar ont finalement effacé trois buts de retard pour préserver leur invincibilité domestique et rester au contact de Mulhouse. Pourtant, quand Jacquat a trompé Bracigliano (0-3, 52e ), plus grand monde n’y croyait.
Mais voilà, quatre minutes plus tard, Do Rosario glissait une ouverture parfaite à Samba, qui effaçait Kehi pour entretenir l’espoir (1-3, 56e ). Mieux, et alors que Goncalves et Caromel trouvaient successivement Kehi et un défenseur sur la même action (57e ), Samba provoquait un penalty qu’il transformait en deux temps (2-3, 72e ).
Le vent avait tourné et les Alsaciens avaient perdu la recette des contre-attaques qui ont si souvent empoisonné Lunéville. Et à l’issue d’un long coup franc redressé par André, Caromel participait lui aussi à l’écriture de ce scénario inespéré (3-3, 76e ).
Biesheim était KO debout mais encaissait le coup à l’image d’une volée de Guillaume Jacquat qui léchait le cadre (85e ) et d’une ultime frappe de Viana, qui secouait le petit filet (90e +3).
Mais les joueurs d’Hervé Milazzo quittaient la pelouse en ruminant un nul au goût de défaite alors que les Lunévillois savouraient ce point que leur coach assimilait à une victoire.

Impossible à imaginer en première période

Après une faute de Sow sur Jacquat, un penalty de Dardouri couronnait la première offensive alsacienne (0-1, 5e ). Sur la deuxième, Sow concédait un corner qui ricochait sur la tête de Grosperrin et échouait dans le but de Bracigliano (0-2, 8e ). Pétrifiés, les locaux rataient tout ou presque même si Meyer intervenait devant Do Rosario sur une frappe de Samba (20e ). Pire, Do Rosario transformait en vulgaire terrine le caviar que lui servait Anthony Goncalves (30e ).
Ils flirtaient même avec l’humiliation quand une frappe détournée de Fuchs fuyait le cadre d’un Bracigliano pris à contre-pied (33e ).
L’issue de cette rencontre était alors impossible à imaginer.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Dim 5 Nov 2017 - 6:13

Biesheim 2
Sarreguemines
Encore un nul pour Biesheim

Comme souvent cette saison , les Rhénans partagent les points. Un 6e nul qui laisse la formation de Milazzo engluée en seconde partie de tableau. Les deux formations, qui se sont croisées il y a 15 jours en Coupe de France (2-0 pour les Rhénans), ne se privent pas d’observer un long round d’observation. Les visiteurs, qui engagent sans leur buteur M’Barki laissé sur le banc, occupent l’aire de jeu, mettant un solide maillage en place. Pourtant, Efondja, vers la demi-heure de jeu servi dans l’espace par Dardouri, n’est pas loin de débloquer le compteur, mais Cappa réussit un arrêt de classe. Avant la rentrée aux vestiaires, Finance (44e ) tente bien encore de rameuter ses troupes mais sans succès.
La reprise de la seconde période est aux antipodes de la précédente, les Mineurs posent d’emblée leurs griffes sur les débats. Suffisant pour ouvrir les hostilités grâce à Simpara qui, de la tête, catapulte la balle dans les filets de Kehi (0-1, 52e ). Le coup est rude pour les locaux, mais ils ont le mérite de très vite se remettre dans le sens de la marche. Ainsi, Efondja remet les compteurs à zéro en transformant un penalty, consécutif à une poussette de Hesse sur Dardouri (1-1, 57e ). Le jeune Julien Jacquat, tout juste entré, y va aussi de son but pour donner l’avantage aux siens (2-1, 60e ). M’Barki, lui aussi entré en jeu pour les visiteurs, va punir durement les locaux quand il expédie sa balle sur coup franc sous le ventre de Kehi (2-2, 73e ). Dans la continuité, les visiteurs ne sont pas loin d’aller chercher la victoire mais M’Barki, par deux fois, n’arrivait pas à conclure.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 11 Nov 2017 - 21:35

Coupe de France - 7e tour :
Trémery – Biesheim (0-1)
Biesheim poursuit l’aventure Biesheim, plus réaliste que les joueurs de Stéphane Léoni ce samedi, est venu composter son billet pour le 8e tour de la Coupe de France à Trémery (0-1).
Nous sommes à la 88e minute, Mosellans et Alsaciens se dirigeaient vers des prolongations. Mais ça, c’était avant que Guillaume Jacquat ne profite d’un cafouillage dans la surface mosellane : un crochet suivi d’une frappe à ras de terre et le nouvel entrant crucifiait Kévin Marsicano jusque-là décisif à plusieurs reprises dans ses buts. Biesheim venait de s’offrir le coup parfait sur la pelouse de Trémery (0-1).
Dans ce duel entre deux pensionnaires de National 3, chacun a eu ses occasions de mettre à terre son adversaire. Biesheim, bien en jambes, a montré d’entrée qu’il voulait faire durer la fête. Viana, seul dans la surface mosellane, perdait son duel avec Marsicano (8e ). Avant ça, Fuchs trouvait le mur trémerois sur un coup franc sifflé dans la surface. Biesheim posait les bases et Trémery ne répondait qu’avec un centre de Maurice sur lequel Jacquel était trop court (17e ). Trop brouillon dans son dernier geste, sa dernière ou avant dernière passe, Trémery regagnait les vestiaires avec un espoir total alors que Miliani aurait pu ouvrir le score pour les Alsaciens sur une déviation bien sentie (42e ).

« Sur des détails »

Le visage des Mosellans changeait à l’entame de la seconde période : plus mordant, plus inspiré, Trémery s’offrait une première grosse occasion sur un cavalier seul de Paul Maurice qui croisait trop sa frappe (60e ). Encore plus rageant, cette tête de Decker (90e +5), sauvée sur la ligne par un défenseur alsacien. Avant ça, Guillaume Jacquat était venu croiser sa frappe pour ouvrir la marque à la 88e minute dans un stade municipal devenu bien silencieux… « Un match de Coupe se joue souvent sur des détails, explique Hervé Milazzo, l’entraîneur de Biesheim. Un ballon mal repoussé par Trémery, un joueur qui arrive à se retourner et frapper et dans les arrêts de jeu, un de mes défenseurs qui sauve sur la ligne. C’est passé du bon côté pour nous, ça aurait pu basculer de l’autre. On est forcément très heureux car c’est la deuxième fois dans l’histoire du club qu’on atteint ce huitième tour. Le rêve pour nous serait d’aller en 32e de finale. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 18 Nov 2017 - 22:14

Biesheim 2
Troyes II 0

 Joli rebond
Dans le creux de la vague en championnat, Biesheim a retrouvé de l’allant pour rompre une série négative qui commençait à inquiéter.
Rien de mieux comme profil qu’une équipe joueuse comme celle coachée par Gharib Amzine, l’ancien fécémiste, pour oublier la défaite concédée cette semaine face à Erstein. Le coach biesheimois avait modifié quelque peu son onze et Fuchs et Miliani avaient cédé leur place aux deux frères Jacquat pour apporter de la vitesse. Option payante puisque le cadet, Julien, va ouvrir la marque de la tête suite à un bon centre signé Efondja (1-0, 30e ). « Nous voulions mettre de la vitesse et de la fraîcheur mais, surtout, donner du temps de jeu à tout le monde », précise Milazzo, le stratège biesheimois.
« Nous avons su être patients »

Une juste récompense pour la formation haut-rhinoise qui avait été la plus entreprenante dans une rencontre alerte et très agréable à suivre. Pour donner du cachet à cette première période de bonne facture, Chevrier coupe la trajectoire du corner de Viana pour doubler l’avantage des Rhénans (2-0, 40e ). « Nous avons quarante-cinq minutes de référence, reconnaît Hervé Milazzo. Notre adversaire n’a pas eu d’occasion. »

Dans une position d’attente idéale, les joueurs d’Hervé Milazzo ne concèdent pas beaucoup de situations dangereuses aux Aubois. Et s’ils sont dangereux en contre, ils sont souvent maladroits dans la dernière passe. « Nous avons su être patients », se réjouit Robert Pavlinic, l’entraîneur-adjoint.

Les gardiens n’ont pas l’occasion de se mettre en valeur, mais il faut dire que les attaquants ne les sollicitent pas beaucoup hormis sur quelques tentatives comme celles de J. Jacquat, de Dardouri et de Grosperrin.

Pour Kehi, seul le coup franc signé Atoiyi le fait trembler un peu (85e ) ou encore cette frappe de Caceres détournée au bout du temps additionnel (90e +3).

Pour Biesheim, ce succès permet de préparer au mieux le match « charnière face à Tremery ».
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Sam 25 Nov 2017 - 22:17

Biesheim 1
Trémery 0


Biesheim enchaîne enfin
Déterminés, volontaires et solides défensivement, les joueurs de l’ASC Biesheim ont signé pour la première fois de la saison une deuxième victoire de rang, hier face à Trémery. Les voilà enfin hors de la zone rouge au classement.
L’ASC Biesheim peut respirer. Ce matin, elle ne patauge plus dans les profondeurs du classement du National 3 et pointe même dans la première partie du tableau (7e ). Et ce grâce à une courte, mais capitale victoire hier face à Trémery.
D’entrée, la formation d’Hervé Milazzo a montré de belles intentions et la volonté farouche de rester dans la droite ligne de son dernier succès face à Troyes (2-0). Le round d’observation passe donc à la trappe quand, dès la 4e , Efondja s’arrache aux basques de la charnière centrale lorraine pour défier Junker qui, en deux temps, sauve la mise.

Efondja fait le plus dur

Mais les partenaires de l’excellent portier visiteur font preuve de répartie quand Jacquel expédie un coup franc au ras du montant de Kehi (12e ).
Les visiteurs continuent de tracer leur sillon, toujours par l’intermédiaire de Maurice qui voit à nouveau le dernier rempart biesheimois lui stopper la route (14e ).
Puis les locaux desserrent l’étreinte lorsque Miliani, mis sur orbite par Wagner, manque de très peu le cadre (24e ). Une minute plus tard, Efondja n’arrive pas non plus à mettre à profit la soudaine apathie de l’arrière-garde visiteuse.
Puis le soufflé retombe, les forces en présence recherchant visiblement un second souffle.
La deuxième mi-temps reprend sur le même mode, bien que les locaux haussent sensiblement leur niveau de jeu avec des mouvements collectifs parfaitement sentis. Efondja trouve alors logiquement l’ouverture du score grâce à un subtil service de Fuchs (1-0, 57e ).
Le capitaine biesheimois, Mathieu Wagner, va ensuite passer par différentes émotions. Il voit d’abord sa tentative échouer de peu (62e ), avant de se faire inviter par l’arbitre à quitter l’aire de jeu, suite à une explication musclée avec le visiteur Duval, également exclu.
Les Rhénans ont alors le grand mérite de ne pas perdre le fil de la rencontre. Efondja, dans son style bien particulier, n’est pas loin de trouver une seconde concrétisation, mais sa tentative s’envole dans le décor (67e ).
Puis le jeune espoir local, Julien Jacquat, va alimenter la chronique des occasions ratées (80e , 86e et 90e ). Néanmoins, la victoire consacre logiquement au coup de sifflet final la formation au cran de compétences supérieur.
Place désormais à la Coupe de France et à la réception de Lyon-Duchère (National), vendredi. À l’évidence, les Rhénans l’aborderont l’esprit plus libre et avec le sentiment du devoir bien fait.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Dim 3 Déc 2017 - 5:25

Après l’exploit de Biesheim en Coupe de France face à Lyon Duchère (1-0 ap)
La générosité a gagné
Pour écrire l’histoire du club et leur histoire personnelle, les Biesheimois ont fait preuve d’une solidarité exemplaire. C’est cet état d’esprit et la joie apportée aux bénévoles que les acteurs de l’exploit contre Lyon Duchère voulaient retenir vendredi soir.
Et soudain, ils se sont pris pour des Islandais. Et cela n’était pas dû aux températures négatives qui ont refroidi les corps, vendredi, au stade municipal lors du 8e  tour de la Coupe de France. Pour réchauffer les cœurs, les Biesheimois ont réussi le tour de force d’éliminer une équipe du National, en l’espèce Lyon Duchère, pour s’offrir une belle aventure dans la doyenne des compétitions de football. Cela valait donc un clapping à la sauce viking…
« C’est beau, je suis content pour le club dont on vient d’écrire une page, sourit le président Marc Nagor, enlacé à tour de bras à grand renfort de “tu l’as bien mérité”. On est dans le foot pour vivre des moments comme ça. Pendant le match, j’étais tendu mais on n’a jamais vraiment été mis en difficulté. »

« Ce groupe a une âme »

Ses joueurs ont en effet plus que bien fait le job pour devenir le 27e club alsacien à atteindre les 32es de finale de la Coupe de France. Une consécration, aussi, pour de nombreux Rhénans qui n’avaient encore jamais atteint ce stade de la compétition. Le bonheur était donc total, vendredi, passé 22h.
« C’est la troisième fois que l’on passe en prolongation (après Kronenbourg et Furdenheim). Dès le début du match, on a vu qu’au niveau de l’intensité, c’était autre chose que chaque week-end. Mais plus le temps passait, plus ils (les Lyonnais) s’énervaient entre eux. Il a quand même fallu faire beaucoup d’efforts pour en arriver là, explique Loïc Miliani sorti “un peu cuit” pour vivre la prolongation depuis le banc de touche. Même si je sentais qu’on était bien, j’étais “en stress”. Après, c’est la magie de la coupe… »
Cette magie, Julien Fuchs a bien cru qu’il n’y aurait pas le droit lorsque Moizini a sorti sur la ligne sa reprise du droit, à la 104e minute de jeu. « Je me suis dit qu’on avait laissé passer notre chance, qu’il allait nous manquer le petit truc pour faire la différence, avoue le transfuge de l’ASIM. On ne voulait rien regretter alors quand Florian (Bischoff) a marqué, ce fut une vraie libération. Après, les minutes défilaient beaucoup moins vite… »

Fébrilité en tribunes

Au four et au moulin pour ratisser les ballons devant sa défense, mais aussi très en vue sur ses remontées de balle, Saïd Dardouri a réussi un match parfait. À l’image de son équipe, il s’est montré combatif, comme habité par la perspective d’un possible exploit.
« Ce groupe a une âme, confie le Guebwillerois de 25 ans, c’est ce qui nous a permis de nous transcender dès la première minute. Il fallait surtout ne pas refuser de jouer, ne pas défendre 90 ou 120 minutes. On ne s’est jamais affolé. Pour tous les gens qui font plein de choses pour nous au club, c’est une très belle récompense. »
Dans la joie parfois enfantine de ces héros du 8e  tour, il y avait avant tout le désir de la partager avec le plus grand nombre. Les spectateurs, d’une part, qui étaient (bien) plus nombreux qu’à l’accoutumée. Les anonymes, d’autre part, tous ceux qui œuvrent en coulisses pour faire tourner l’ASCB en National 3 et à tous les niveaux.
Cette attente, cette fébrilité aussi qui a gagné les tribunes à l’entame des 30 minutes de jeu supplémentaires, Mathieu Wagner les a vécues au milieu des supporters transis.

Fierté partagée

« De l’extérieur, c’était horrible de ne pas pouvoir aider les potes, reconnaît le récupérateur qui espère que son carton rouge reçu contre Trémery ne l’empêchera pas de jouer le prochain tour. J’ai vu un match énorme, une équipe soudée, avec “Bibi” que je considère comme mon petit frère qui marque… Vraiment, on ne peut qu’être fiers. »
Et toute l’Alsace du football avec.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 35156
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   Dim 7 Jan 2018 - 21:32

  coupe de france - 32es de finale :
 Fleury – Biesheim (0-1)
Tout simplement magique

Biesheim a enchaîné un second exploit en Coupe de France en écartant Fleury en 32e de finale. Jamais les Rhénans, encore magnifiques hier sur la pelouse francilienne du stade Robert-Bobin, n’étaient allés aussi loin dans l’épreuve dont ils deviennent le Petit Poucet.
Les larmes ont coulé. Davantage sur les joues des bénévoles – « c’est un truc de malade, c’est trop beau » – que sur les visages des héros éclairés par de larges sourires.

Cette qualification historique pour les 16es  de finale de la Coupe de France, les Biesheimois sont allés la chercher, déjouant les pronostics qui se voulaient pessimistes.
La volonté d’y croire

Fleury, invaincu chez lui depuis un an et demi, devait être un sommet trop escarpé. Mais la volonté et la folie des Alsaciens leur ont permis de renverser une nouvelle montagne.

La plupart des joueurs sont trop jeunes pour connaître le répertoire de France Gall, qui s’est éteinte hier. Les Rhénans, dans un bel hommage, ont pourtant joué à l’unisson la partition de l’un de ses plus grands tubes : « Résiste, prouve que tu existes. » Là était tout le défi de ce 32e , le premier dans l’histoire de l’ASCB.

Hervé Milazzo l’avait promis : son équipe essaierait de s’en sortir par le jeu, comme elle a toujours essayé de le faire depuis le début de la saison. Et si le leader du groupe C de National 2 a mis le pied sur le ballon, faisant d’abord valoir une maîtrise supérieure, Biesheim a joué avec ses armes, sans s’affoler, au point de se montrer dangereux sur chaque contre, ou presque.

Viana a ouvert les hostilités sur un centre en retrait de Guillaume Jacquat mais Veron s’est montré vigilant sur sa ligne (10e ). Le même Viana ouvrait ensuite trop mollement son pied droit après un loupé de Scotte, le latéral droit francilien (29e ). Peu de temps auparavant, il avait manqué quelques centimètres à Efondja pour couper un centre tendu dans les six mètres (23e ).

En ne refusant pas de construire depuis l’arrière, quitte parfois à prendre trop de risques, les Haut-Rhinois se sont prouvés à eux-mêmes qu’ils pouvaient enquiquiner un adversaire hiérarchiquement supérieur, comme cela avait déjà été le cas au 8e tour contre Lyon-Duchère.

Toutefois, sur les longs ballons essonniens, il y avait (trop) souvent danger. Fofana n’a pas profité d’une sortie hésitante de Kehi, envoyant son lob d’une vingtaine de mètres de peu à côté (16e ) tandis que Bouazza, nouvelle recrue, a été repris in extremis par Muller en pleine surface (35e ). Le latéral gauche sera encore là pour contrer juste avant la pause une reprise de Sanches (45e +2).

À la pause, l’égalité était donc parfaite, de quoi sans doute donner des idées à des Biesheimois toujours aussi entreprenants à la moindre occasion. Viana, très actif sur son aile gauche, trouvait une nouvelle fois les gants de Veron (54e ). Un premier coup de semonce. Dans la foulée, Mabunda s’emmêlait les pinceaux devant Efondja à quarante mètres de son but. Ni une, ni deux, après avoir résisté au retour d’Autret au terme d’une course folle, l’avant-centre rhénan prenait Veron à contre-pied depuis l’entrée de la surface (0-1, 59e ). Comme pétrifié par ce coup du sort, Fleury, déjà bien moins en vue, est progressivement sorti du match.
Kehi, faiseur de miracles

À force de développer un jeu stéréotypé, de ne pas mettre assez de vitesse dans leurs combinaisons et de multiplier les approximations, les Franciliens ont placé les visiteurs dans les meilleures conditions pour réussir une sacrée performance.

« On n’avait pas la prétention de faire le jeu, on voulait avant tout bien défendre, dira après coup l’entraîneur des vainqueurs, Hervé Milazzo. Être acculé durant 90 minutes, cela n’aurait pas été jouable. À la pause, j’ai dit dans le vestiaire que cela ne servait à rien d’être à zéro à zéro s’il n’y avait pas la qualification au bout. »

Avec un surcroît de réalisme, les Rhénans auraient même pu se mettre à l’abri sur l’une ou l’autre situation de contre qui s’est fatalement présentée, le chrono s’égrenant. Miliani a été le plus près de tromper Veron sur une frappe lointaine (79e ). C’est davantage défensivement que les «Orange»se sont montrés efficaces, ne concédant qu’un nombre (très) réduit d’occasions en seconde période. Exceptées les têtes de Slijepevic (61e ) et Fofana (86e ), qui ont toutes deux fui le cadre, Kehi n’a jamais eu l’occasion d’avoir peur. Du moins le croyait-on…

Seule la fin de match, dans un classique attaque défense, a fait craindre le pire. Acculés dans leur surface de réparation, les Alsaciens sont restés soudés, solidaires, courageux. Peut-être encore galvanisés par la vidéo de leurs proches diffusée durant la causerie avant la rencontre. Kehi, lui, est sorti de sa boîte au meilleur moment pour chercher un centre dévié au ras de son poteau gauche (90e +2) avant de gagner l’ultime duel de la partie face à Danso (90e +4).

M. Rouinsard pouvait alors délivrer cette formidable bande de potes, le président Marc Nagor se prendre la tête à deux mains, le coach Hervé Milazzo célébrer intérieurement cet exploit et la centaine de supporters se laisser aller dans une douce euphorie. Des émotions que seule la Coupe de France, jeune centenaire, sait procurer…
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: l’ASC Biesheim (CFA 2)   

 

l’ASC Biesheim (CFA 2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Foot en général :: Le foot français en général-