Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
Nombre de messages : 18651
Date d'inscription : 17/01/2009

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 18 Avr 2018 - 14:34

Rien ne va plus à la SIG, nouvelle déroute et à domicile cette fois.

Strasbourg
7120201714  
Monaco
9026231328
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 18 Avr 2018 - 21:36

Championnat de France Élite (29e journée) :
la SIG humiliée par Monaco (71-90)
Terriblement vulnérable

À trois jours de la finale de la Coupe de France, la SIG n’a pas rassuré. Dominée, parfois même ridiculisée par Monaco (71-90), elle a paru bien vulnérable avant son rendez-vous capital à Paris.
Et de trois. Après ses revers à Chalon et à Villeurbanne, la SIG a chuté à domicile devant Monaco, intouchable leader de l’Élite. Cela n’a rien d’infamant en soit, même si seul Le Mans était reparti jusque-là du Wacken avec le butin de la victoire, en octobre dernier.

Sauf que les Strasbourgeois n’ont jamais été en mesure d’inquiéter leur adversaire, hier soir dans un Rhenus pourtant plein. Ils ont même affiché, par séquences, un visage franchement inquiétant. De quoi fâcher le président tout rouge.

« J’ai honte de notre équipe, peste Martial Bellon. Le comportement des joueurs sur le terrain est inacceptable. J’attends que chacun se reprenne et pense à l’équipe plutôt qu’à lui, sinon on va droit dans le mur. L’égoïsme n’a jamais fait une équipe. Monaco n’était pas très fort. C’est nous qui étions très mauvais… »
Bellon : « J’ai honte de notre équipe »


Le courroux présidentiel est corroboré par les chiffres. Là où la “Roca Team” l’a joué tout en justesse et en précision – 27 passes décisives, dont 9 pour l’étincelant Cooper, soit « la clé du match » pour le coach adverse, Zvezdan Mitrovic, et 14 balles perdues –, la SIG a tout fait à l’envers : 12 petites passes et 21 pertes de balle. Impossible, dans ces conditions, d’espérer renverser le leader.

Et pourtant, les Strasbourgeois ont eu l’occasion de mettre la pression sur Paul Lacombe et les siens. Dans un premier quart-temps déjà mal emmanché, c’est l’aspirant Ludovic Beyhurst, revenu d’une blessure au dos, qui est « le meilleur homme » de la SIG, comme le souligne Vincent Collet. « Et ça, ce n’est pas normal », insiste le coach.

Cela signifie surtout que les cadors de l’équipe ne répondent pas présent, à l’image d’un Zack Wright qui a voulu briller face à son ancien club (14 points), mais qui en a du coup oublié de distribuer le jeu (seulement 2 passes)… Quant à l’absence de l’autre meneur, Dee Bost, qui soigne encore sa cheville, elle ne constitue « pas une excuse », aux dires de Vincent Collet.

À l’intérieur, les “grands” de la SIG sont aussi passés au travers. Louis Labeyrie, plus que l’ombre du joueur dominant vu cet hiver, est ainsi aux abonnés absents depuis quelque temps.
« L’impression d’avoir parlé aux murs »

« Il n’est pas bon, comme d’autres, relativise l’entraîneur alsacien. Globalement, ce sont les attitudes qui ne me plaisent pas, ce manque d’esprit de rébellion. À la mi-temps, il s’est exactement passé ce sur quoi on avait travaillé. Le non-respect de certaines consignes de base m’inquiète. J’ai l’impression d’avoir parlé aux murs. »

Malgré tout, la SIG est parvenue à revenir dans le coup avec son “cinq” du banc, dont Darion Atkins qui a rapproché les siens à quatre longueurs (57-61, 29e ). Mais en trois petites minutes, tout s’écroule à nouveau sous les envolées de l’ailier Chris Evans, auteur de son record en France (25 points).

« En plus, on s’est désuni, regrette Collet. On n’a pas su éviter une trempe à cause du manque de solidarité. » Ridiculisée, la SIG peut dire adieu à la première place de la saison régulière. Elle devra surtout vite se remettre la tête à l’endroit pour ne pas vivre une immense déconvenue, samedi à Paris-Bercy (19h).

« Si on ne gagne pas cette finale, on pourra commencer à avoir beaucoup d’inquiétudes », conclut Vincent Collet. Boulazac est un Petit Poucet à qui il n’a pas dû échapper que l’ogre alsacien est devenu terriblement vulnérable. L’angoisse grandit.
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18651
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 21 Avr 2018 - 14:38

Enfin un titre pour la SIG vainqueur de la CDF

Strasbourg 
8216242022  
Boulazac
622382011
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 22 Avr 2018 - 5:35

Coupe de France (finale) :
la SIG s’impose face à Boulazac (82-62)
 La Coupe aux lèvres


La SIG a remporté, hier, la deuxième Coupe de France de son histoire en disposant, à l’AccorHotels Arena, d’une opiniâtre équipe de Boulazac (82-62). De quoi nourrir des idées pour la fin de la saison ?
C’est un petit bonheur dont on avait un peu perdu l’habitude, un plaisir refoulé, jusqu’à ce samedi, dans un recoin de la mémoire. Après quatre échecs consécutifs à l’heure d’aller soulever un trophée – le Championnat en 2015, 16 et 17, l’Eurocoupe en 2016 –, la SIG a donc à nouveau remporté une finale, celle de la Coupe de France, hier à l’AccorHotels Arena.

Certains diront que c’était dans l’ordre des choses, Boulazac, quasi condamné à retrouver la Pro B à la rentrée, ne faisant intrinsèquement pas le poids face aux moyens surdimensionnés et à l’effectif XXL du cador strasbourgeois. Ce serait occulter le fait que l’épreuve a déjà réservé des surprises par le passé, c’est même ce qui fait tout son charme (lire aussi par ailleurs) , et que la SIG n’abordait pas non plus ce rendez-vous avec une confiance au zénith.
« C’est un trophée, ce n’est jamais neutre »

Au sortir d’une huitaine compliquée en Championnat, marquée par trois revers de rang et deux prestations calamiteuses à Chalon et contre Monaco, les Strasbourgeois ont su se remobiliser pour assumer leur statut de favoris et soulever la deuxième Coupe de France de l’histoire du club, après 2015. Le troisième trophée de l’ère Collet, synonyme, a priori, de ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des champions.

Alors, peu importe si la manière n’a pas toujours été au rendez-vous, à l’instar de cette entame plus que laborieuse ou du rapproché périgourdin dans le troisième quart-temps. De ces quelques séquences où l’approximation a pris le dessus sur la bonne exécution. Il n’était pas question, hier, de bouder son plaisir, et les images des Strasbourgeois communiant avec leurs supporters ont fait chaud au cœur.

« C’est un trophée, ce n’est jamais neutre, même si ça n’a pas la même portée qu’un titre de champion », a apprécié Vincent Collet. Avec un Louis Labeyrie à nouveau dominateur au rebond (onze prises, contre neuf au cumul des trois derniers matches), un David Logan terriblement efficace et désigné MVP de la finale, une équipe « hiérarchisée », avec des cadres concernés, enfin, avec une défense harassante, oppressante même sur le porteur de balle adverse, la SIG a ramené à la raison une opiniâtre équipe de Boulazac. « Quand ils mettent de l’intensité défensive, ils se trouvent bien », n’a pu que constater Arnaud Kerckhof, le meneur du Périgord.
« L’état d’esprit requis »

Le “BBD”, qui avait choisi de se passer de Ndudi Ebi pour « préserver la cohésion d’équipe », a en effet fait un adversaire valeureux. « Il nous manque un jeu intérieur plus performant, tant dans la dissuasion défensive que dans l’efficacité offensive, a analysé Claude Bergeaud. On a “ramassé” dans le secteur défensif, mais l’attitude des joueurs, elle, a été irréprochable. Tout le monde a essayé avec ses moyens, on n’a rien à regretter. »

« Il faut féliciter Boulazac, a aussi souligné Vincent Collet. Ils nous ont effectivement posé des problèmes, en étant très agressifs d’entrée, en ayant une réussite étonnante (9 sur 14 à trois points à la fin du 3e quart-temps, ndlr) , mais on a installé un niveau défensif intéressant. Notre agressivité leur a interdit la raquette. Malgré tout, il a fallu lutter et continuer jusqu’au bout. J’ai senti une équipe remarquable de combativité durant quarante minutes. »

À la veille de la rencontre, le stratège strasbourgeois et son capitaine Jérémy Leloup avaient placé beaucoup d’espoirs dans cette finale, une issue victorieuse étant, selon eux, le meilleur moyen de « redémarrer » ou de « retrouver un élan » dans l’optique des ultimes joutes de saison régulière, puis des play-offs. L’histoire le dira.

« On a mis beaucoup de cœur à l’ouvrage et l’état d’esprit était celui requis pour espérer quelque chose en fin d’année », a en tout cas ajouté Vincent Collet hier. Ce qui est établi, c’est qu’une petite Coupe ne peut vraiment pas faire de mal.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14434
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mar 24 Avr 2018 - 14:39

Très grosse victoire de la SIG Strasbourg aux dépens de Limoges qui stoppe la série négative 


Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mar 24 Avr 2018 - 21:25

Championnat de France Élite (30e journée) :
 la SIG écrase Limoges (100-70)
 Une délicieuse humiliation

La SIG a renoué avec la victoire en Championnat en humiliant Limoges, hier soir au Rhenus (100-70). Les Strasbourgeois ont sécurisé pour de bon leur place dans le trio de tête.
Il est des victoires qu’on ne peut s’empêcher de trouver plus réjouissantes que d’autres. La démonstration de force de la SIG face au CSP Limoges (100-70), hier soir, dans un Rhenus comble et comblé, rentre incontestablement dans cette catégorie-là.

D’abord, parce que l’animosité entre les deux clubs, qui s’est forgée lors des finales 2014 et 2015 et est entretenue, depuis, notamment sur les réseaux sociaux, par quelques “penseurs” du Limousin, confère à ce dénouement-là un caractère éminemment délectable. Ensuite, et surtout, parce que ce 20e succès de la saison vient interrompre une série de trois défaites de rang en Championnat.

Il y avait donc de quoi être ravi de la tournure prise par la soirée, à plus forte raison que cette humiliation a été précédée de la remise de la Coupe de France à Jérémy Leloup par Frank Ntilikina, et par la levée de deux bannières, célébrant tout la fois la victoire à l’AccorHotels Arena et la draft de l’ex-pépite alsacienne. Que du bonheur…
« L’agressivité était nôtre, aussi parce que Limoges n’avait pas amené la sienne »

Sur la lancée de leur finale victorieuse contre Boulazac samedi, les hommes de Vincent Collet ont martyrisé une faible équipe limougeaude (131 à 64 à l’évaluation collective). « L’agressivité était nôtre, aussi parce que Limoges n’avait pas amené la sienne, a observé le stratège maison. Le contraste était saisissant. Et sans quelques erreurs malvenues, des aides incontrôlées, on aurait déjà eu un écart plus important à la mi-temps. »

La SIG est repartie très fort ensuite, a défendu le plomb (25-7 dans le troisième quart) pour se mettre définitivement à l’abri. En plus de proposer un niveau d’agressivité défensive à peu près constant, les Strasbourgeois ont aussi « davantage » partagé la balle (27 passes décisives au final, pour seulement huit balles perdues).

« C’est notre objectif d’ici le début des play-offs. D’entrée de jeu, on a revu des séquences qu’on ne voyait plus depuis un moment, à l’initiative de Zack Wright qui a, plusieurs fois, transféré les ballons même sur jeu rapide, a apprécié coach Collet. Même si on a raté des tirs, ce n’était pas grave. Sur le mode d’emploi, on était pas mal. »

Le CSP, de son côté, a confirmé son extrême vulnérabilité loin de Beaublanc, enregistrant en Alsace son neuvième revers consécutif loin de ses bases. « J’ai été surpris par notre entame. J’avais répété pendant trois jours que Strasbourg allait nous rentrer dans la gu…, mais on a commencé très soft. Et pendant quarante minutes, j’avais honte sur le banc », a déploré Kyle Milling, le technicien du Limousin.
Enchaîner à Pau

Mam Jaiteh avait évidemment rêvé d’un autre scénario pour son retour au Rhenus. « On ne s’attendait pas à un tel écart et à un tel éclat, même si on s’attendait à ce que Strasbourg soit prêt et nous saute à la gorge dès le début, a commenté l’ancien pivot de la SIG. On avait été bien averti avant, mais on a manqué de présence. »

Après cette demontada en règle, qui leur assure à coup sûr une place dans le top-3 de fin de saison, les Strasbourgeois iront à Pau, dimanche, avec la volonté de confirmer. « Si on y parvient et qu’on bat Antibes derrière, on ira au Mans (le 12 mai) pour jouer la deuxième place. C’est important de jouer des matches qui comptent dans cette période-là avant le début des play-offs », conclut Vincent Collet.

Pour l’heure, rien n’empêche de savourer encore un peu la rouste de ce mardi. Les petits plaisirs de la vie…
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14434
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 29 Avr 2018 - 12:32

Belle victoire de la SIG Strasbourg face à Pau 



Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 29 Avr 2018 - 21:15

Championnat de France Élite (31e journée) :
 la SIG s’impose largement à Pau (76-103)
Sur une pente ascendante

La SIG est à nouveau dans une dynamique positive. Cinq jours après avoir corrigé Limoges au Rhenus, les Strasbourgeois ont réservé un traitement identique à Pau, hier dans le Béarn (76-103).
Les Strasbourgeois ont le sens de l’équité. Après avoir passé 100 points à Limoges, mardi au Rhenus, pour une victoire de 30 (100-70), ils en ont “collé” 103 à Pau, hier, pour un succès presque aussi large (76-103). Pas de jaloux donc : les deux rivaux historiques ont été punis de la même façon.

L’Élan n’a fait illusion que durant dix-sept minutes avant d’être submergé par la déferlante strasbourgeoise (77 à 124 à l’évaluation collective). Intense en défense, souveraine au rebond (18 à 30), la SIG a récité son basket lors d’un troisième quart-temps à sens unique, comme face au CSP d’ailleurs.
« On est déjà en mode play-offs »

Mais si Limoges a manqué d’agressivité, Pau a manqué de soldats. En l’absence d’Alain Koffi, victime d’une luxation à l’épaule droite, Miro Bilan (23 points, record dans l’Hexagone, à 10 sur 13 au tir, 26 d’évaluation) et Louis Labeyrie, de retour au premier plan (16 points, à 7 sur 8, 7 rebonds, 26 d’évaluation), ont fait un carnage dans la raquette. Vitalis Chikoko a donné le change en première période, mais le pivot béarnais était en surrégime et a fini par manquer d’essence, disparaissant complètement de la circulation.

« On peut regretter l’absence d’Alain, pour autant, ça fait deux jours qu’on savait qu’il ne jouerait pas et on s’était préparé en conséquence, a observé Laurent Vila, le coach palois. On s’est battu avec nos armes, on a essayé des choses et c’était plutôt intéressant en première mi-temps. Mais quand l’écart prend de l’ampleur, on se précipite trop, on oublie de jouer avec des valeurs collectives et on le paie cash. »

Même si plusieurs de ses cadres ont été plus discrets qu’à l’accoutumée (Dee Bost, Damien Inglis…), la SIG avait de la marge, hier au Palais. « On est déjà en mode play-offs, a apprécié Florent Piétrus, qui a définitivement retrouvé ses jambes de vingt ans. La première mi-temps a été un peu difficile, parce qu’on était trop attentiste, mais on a su relever la tête en seconde. C’est une satisfaction de gagner, et encore plus sur un tel écart. »
« Mobiliser tout le monde »

Exception faite de Monaco, la SIG n’a pas beaucoup d’équivalent lorsque tous ses éléments participent à l’effort. « Hormis au début du match, où on se fait un peu bousculer, où on n’a pas du tout contrôlé leur jeu de “drives”, on a vite retrouvé du liant en attaque. Défensivement, c’était mieux dans le deuxième quart-temps et très bien dans le troisième, a commenté Vincent Collet. En resserrant le tissu défensif, on a commencé à fermer les ouvertures qu’on laissait au départ et à partir de là, ça a changé la donne. »

Le stratège strasbourgeois, en prime, a pu pianoter à sa guise. Aucun de ses hommes n’a passé plus de 23 minutes sur le parquet. « C’est le moment de mobiliser tout le monde, a relevé le coach. C’est parfois difficile, parce que tout le monde veut jouer, mais c’est important pour nous. On sait qu’on aura besoin de toute notre équipe. » Tous ont donc pu croquer dans le gâteau, jusqu’à Ludovic Beyhurst, « qui nous apportera un surcroît d’agressivité défensive sur de courtes séquences », et Olivier Cortale, auteur du panier qui a permis aux Alsaciens de franchir pour la seconde fois de la semaine la barre des cent points.

« C’est une fessée, mais elle reflète l’écart de niveau, a ajouté Laurent Vila. Il y a de la qualité en face et une équipe qui monte en régime pour les play-offs. » Si Pau est momentanément sorti du top-8, la SIG, elle, a rejoint Le Mans à la 2e  place. Vincent Collet avait espéré une confirmation au redressement amorcé face à Boulazac en finale de la Coupe de France. Au pied des Pyrénées, ses hommes ont prouvé qu’ils étaient sur une pente ascendante. Vivement le pic de forme.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Ven 4 Mai 2018 - 10:56

Rhenus : l'Arena de la SIG s'appellera Crédit Mutuel Forum
Le Rhenus Sport ne sera plus d’ici trois ans. La SIG évoluera à partir de 2021 dans le Crédit Mutuel Forum, la banque poursuivant ainsi son ancrage dans le quartier d’affaires strasbourgeois du Wacken.
C’était un secret de polichinelle. C’est officiel depuis ce vendredi après-midi : le Crédit Mutuel sera le namer de la future Arena, appelée à remplacer l’actuel Rhenus Sport à l’horizon septembre 2021. Plutôt que d’une Arena, il conviendra d’ailleurs de parler du Crédit Mutuel Forum, comme l’a révélé Nicolas Théry, président de la Caisse fédérale du Crédit Mutuel.

« Forum parce que ça reflète à la fois nos valeurs en termes de coopération, de dialogue, mais aussi, modestement, l’idée que ce doit être un lieu vivant, de rencontres et d’échanges, a indiqué Nicolas Théry. Ce partenariat est en tout cas la poursuite de l’ancrage du Crédit Mutuel dans ce quartier du Wacken. »

Le Crédit Mutuel a déjà pignon sur rue dans ce secteur, avec plusieurs sièges sociaux (Euro informations, Assurances du Crédit Mutuel, Banque européenne, CIC-Est…). Deux autres bâtiments sont actuellement en construction, en face du Rhenus : le laboratoire informatique, qui abritera 1300 emplois de développeurs, et la Cognitive Factory dédiée à l'intelligence artificielle. A terme, le Crédit Mutuel pèsera près de 6000 emplois dans le quartier.

Le partenariat entre la SIG et le Crédit Mutuel sera de quinze ans. En revanche, aucun chiffre n’a filtré, le président du club quintuple vice-champion de France, Martial Bellon, donnant rendez-vous pour cela en fin d’année.

« Depuis huit ans, avec mes collègues du directoire, nous avons développé ce club sur ses deux jambes : l’aspect sportif et l’aspect économique. Le budget du club est passé de 3,9 millions à près de neuf millions, avait au préalable indiqué le président strasbourgeois. En 2015, nous avons pris conscience que si nous voulions progresser et atteindre le top-20 européen, il nous fallait disposer d’un équipement aux standards européens, avec davantage de places et une augmentation des surfaces d’hospitalité. »

Le futur Forum, dont la capacité sera de 8000 places avec extension possible à 10000, hébergera à la fois les matches de la SIG et d’autres événements sportifs, et permettra d’accueillir conventions et séminaires. L’investissement sera d’environ 40 millions d’euros. Les travaux pourraient commencer au semestre prochain.

« La Ville accompagnera le projet à hauteur de 4 millions d’euros en finançant la réalisation d’une salle annexe de type gymnase », une salle mixte qui sera dévolue aux compétitions et aux entraînements, avec une ouverture sur les établissements scolaires, a indiqué, pour sa part, Roland Ries, maire de Strasbourg.

 

Plus d’informations dans notre édition de demain
Le récit de la conférence de presse qui se tient depuis 15h, avec le journaliste des DNA, Régis Schneider.

Les point importants :

- La future Arena s'appellera le Crédit Mutuel forum.

- Le partenariat entre la SIG et le Credit Mutuel sera de quinze ans

- Les travaux de la future Arena pourraient commencer au premier semestre prochain pour une livraison en septembre 2021.  C'est un investissement d'environ 40 millions d'euros.

- Une annexe au futur Credit Mutuel Forum, de type gymnase, est prévue.

Le projet d' Arena Crédit Mutuel Forum s'inscrit dans un contexte plus large, celui du quartier d'affaire européen du Wacken, à Strasbourg.

- Le quartier voisin du Rhenus accueille deux autres bâtiments du Crédit Mutuel, actuellement en construction : le laboratoire informatique (1300 emplois de développeurs) et la Cognitive Factory dédiée à l'intelligence artificielle. Dans ce quartier européen, le Crédit Mutuel représentera près de 6000 emplois dans un projet "transversal" (activités bancaires, ambitions environnementales dans le projet d'architecture et les déplacements) (Nicolas Théry).
 
- Outre le président du Crédit Mutuel, le maire de Strasbourg Roland Ries et le président de l'Eurométropole Robert Herrmann, le président du conseil départemental du Bas-Rhin Frédéric Bierry, entre autres, ont participé à cette conférence de presse, aux côtés de Martial Bellon, président de la SIG.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 5 Mai 2018 - 21:59

Championnat de France Élite - 32e journée :
SIG – Antibes (93-77)
La SIG passe la deuxième

Sans trop avoir à s’employer, la SIG s’est emparée, seule, de la deuxième place du championnat, hier dans un Rhenus bien garni. Les Strasbourgeois ont longtemps joué au yo-yo, face à une équipe d’Antibes accrocheuse.
Rien de mieux que les faits pour donner du poids à une décision. Si quelqu’un doutait encore de la pertinence d’une extension à 8 000 places du Rhenus – rebaptisé Crédit Mutuel Forum à l’horizon 2021 (voir DNA d’hier)  –, la rencontre d’hier, face à Antibes, a encore montré à quel point la SIG était désormais à l’étroit, dans l’enceinte actuelle.

Les quelques dizaines de sièges laissés vides par une fraction d’abonnés et autres détenteurs de billets ne doivent pas masquer cette réalité : le club strasbourgeois a bel et bien évolué à guichets fermés (*), devant le 16e de l’élite, et ce simple constat vaut toutes les démonstrations du monde.

L’engouement pour le basket ne se dément pas, dans la capitale alsacienne. Il n’est donc pas saugrenu d’offrir davantage d’espace à la grosse balle orange.

Il faut dire, aussi, que les hommes de Vincent Collet – quarts-de-finaliste de la Ligue des champions et vainqueurs de la Coupe de France – font tout pour entretenir la ferveur.

Hier, contre le premier non-relégable, ils ont ménagé le suspense (44-39, 19e ; 57-54, 26e ; 80-72, 34e ). Un peu trop peut-être…

« On a encore beaucoup de travail défensif à effectuer, même si une amélioration est à noter dans le quatrième quart-temps (seulement 14 points concédés, ndlr) , relève le coach de la SIG. Pourtant, on s’est focalisé sur ce domaine durant les trois derniers jours d’entraînement. On a su, par moments, afficher une agressivité qui a engendré des pertes de balle adverses (19 au total pour les Sharks). Mais ce n’est pas suffisant. »
« Encore beaucoup de travail défensif à effectuer »

Conscients, sans doute, de leur écrasante supériorité sur le papier, les Strasbourgeois se sont payé le luxe de s’adjuger un 22e succès au petit trot, en avançant à un rythme de sénateur tout au long de la partie.

L’élégance de Levi Randolph (15 points, 5 rebonds, 22 d’évaluation), l’esprit “clutch” de Zack Wright (13 points, 5 rebonds, 5 passes décisives, 3 interceptions, 24 d’évaluation) – déterminant dans le money-time  – et le “peps” du jeune Ludovic Beyhurst (9 points, 10 d’évaluation) ont malgré tout égayé les débats.

« Compte tenu de notre manque de rotations, il n’était pas évident de rivaliser durant quarante minutes, observe de son côté Julien Espinosa, le technicien antibois. Nous sommes sous-équipés à l’intérieur et cela a fini par se voir de façon flagrante. »

Sans jamais véritablement se faire peur, donc, la SIG n’a eu qu’à se baisser pour ramasser une victoire qui lui tendait les bras.

Ce n’est pas, pour ainsi dire, la préparation idéale pour les joutes autrement plus intenses qui l’attendent en play-offs. Mais au moins a-t-elle évité de trop entamer ses réserves, à une semaine d’un choc décisif au Mans.

S’ils venaient à l’emporter samedi prochain (18h30) dans l’antre des Sarthois, les Alsaciens verrouilleraient définitivement leur deuxième place, avant même la réception de Dijon pour le compte de la dernière journée, le mardi suivant.

« Je donne trois jours de repos aux joueurs, annonce Vincent Collet. Ils ne reprendront l’entraînement que mercredi. Ce sera leur dernier break. C’est aussi l’un des premiers… »

À eux d’emmagasiner un maximum de fraîcheur, avant un ultime marathon qui décidera si, oui ou non, ils ont réussi leur saison.

(*) Les dernières places ont été vendues hier en fin d’après-midi, a indiqué la SIG sur son site officiel.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37699
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 12 Mai 2018 - 21:14

Basket-ball - Élite, 33e journée : la SIG bat le Mans (70-80) et s’assure la deuxième place Démonstration de force
La SIG va finir la saison régulière au deuxième rang devant Le Mans, un adversaire concassé hier dans la Sarthe (70-80) que les Strasbourgeois pourraient bien retrouver en demi-finale des play-offs.
La SIG ne faisait pas une fixette de cette deuxième place. Tout au moins Vincent Collet n’avait-il pas érigé cet objectif au rang des priorités vitales, à une dizaine de jours du début des play-offs.
Mais il se trouve que les Strasbourgeois avaient l’occasion de s’assurer une place de dauphin derrière le leader monégasque, un rang qui permet d’avoir l’avantage du terrain jusqu’en finale, et ce avant même la dernière journée de la saison régulière, programmée ce mardi (20h45).

À l’unisson

Pour cela, il “suffisait” de battre l’adversaire direct, en l’occurrence Le Mans, dans son antre d’Antarès, où Romeo Travis et les siens n’avaient jamais perdu de plus de quatre points cette saison.
Au vu du contenu du match et de l’écart final de 10 points, qui ne reflète que partiellement la mainmise strasbourgeoise, on comprend que les Alsaciens se sont pris au jeu et ont tenu à faire respecter la hiérarchie.
« Strasbourg nous a été largement supérieur, reconnaît aisément Pape-Philippe Amagou, l’arrière manceau revenu de blessure. Ils ont plus gagné sur nos erreurs que sur leur talent, qu’ils n’ont pas eu à forcer. »
« La déception de perdre la deuxième place est atténuée par la démonstration de force de Strasbourg, abonde son entraîneur, Eric Barthecheky. On doit s’inspirer de ce qu’ils proposent pour tendre vers le haut. »
Auteur d’un premier quart-temps de feu (18-25), intraitable au rebond, inspirée en attaque, la SIG a déroulé un basket d’école durant un quart d’heure face à une équipe sarthoise à court d’arguments. Las, les cinq dernières minutes de la première mi-temps ont gâché l’entame de rêve, le MSB regagnant les vestiaires avec seulement un petit débours de trois points (34-37).
« Durant cette séquence, on a été très mauvais en attaque, dit Vincent Collet. C’est dommage, parce que l’on avait fait un bel écart. Mais on est bien reparti dans le troisième quart-temps. »

Fall sous l’éteignoir

Toutes les planètes sont alors alignées dans la galaxie strasbourgeoise pour que l’adversité s’éteigne petit à petit. « On a défendu fort, on s’est partagé la balle, on a affiché un bon pourcentage au shoot (54 %) et on a globalement fait ce que l’on avait prévu, apprécie le technicien alsacien. C’est exactement l’état d’esprit et l’attitude qu’il faudra afficher en play-offs. »
Portée par un Zack Wright pas loin de carburer au triple-double (9 points, 7 passes, 8 rebonds), la SIG domine Le Mans dans son secteur fort, à savoir le jeu intérieur.
Le géant Youssoupha Fall, qui avait imposé ses 2,20m dans la raquette du Rhenus à l’aller, lors de la victoire mancelle, est placé sous l’éteignoir. Comme son comparse DJ Stephens, le pivot finit le match avant l’heure – éliminé à la 36e – avec une évaluation négative, sans avoir pris le moindre rebond, signe d’une contre-performance douloureuse.
« On l’a beaucoup fait se déplacer, indique coach Collet. Au match aller, il nous avait gênés parce que l’on fonçait sur lui dans l’entonnoir. Là, on l’a contraint à se mouvoir sur la latéralité. Et avec sa taille, c’est tout de suite plus difficile pour lui. »
Au-delà de ce tour de force dans la raquette, essentiellement orchestré par Inglis et Bilan, les Strasbourgeois sont parvenus à réciter une partition à l’unisson.

« On a fait preuve de patience en attaque »

Dee Bost, qui pèche régulièrement par excès d’individualisme, a distribué neuf ballons sans marquer le moindre point. Labeyrie, dont l’ego prend parfois le dessus sur la raison, a livré une copie sobre et juste, avec 17 points à six sur dix au tir. Si l’on excepte Randolph, dans un mauvais soir, chacun a apporté sa pierre à l’édifice.
« On a fait preuve de patience en attaque, ce qui n’a pas souvent été le cas cette saison, apprécie Vincent Collet. Le seul point négatif, ce sont les pertes de balle. Dix-sept, c’est beaucoup trop. Cela nous montre qu’il faut encore être plus attentifs et sérieux. On doit poursuivre notre montée en puissance, en continuant mardi dans le même état esprit contre Dijon lors de la dernière journée, même s’il n’y a plus d’enjeu. »
Le seul suspense de ce baisser de rideau réside dans l’identité de son adversaire en quarts de finale, soit celui qui finira 7e  du championnat, qui ne sera connue qu’après-demain. Mais après pareille démonstration de force, la SIG n’a personne à craindre.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   

 

Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-