Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kenny Lala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 32058
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Kenny Lala   Lun 12 Juin 2017 - 11:21

Lala au Racing

Né/âge:  3 oct. 1991 (25)  
Lieu de naissance:  Paris  
Nationalité:  France  
Taille: 1,78 m
Position:  Arrière droit  
 
Lala au Racing

Le Racing Club de Strasbourg tient sa première recrue de l'intersaison. Il s'est mis d'accord avec Kenny Lala, défenseur de 26 ans, qui était en fin de contrat après deux ans au Racing Club de Lens, et qui s'est engagé pour deux saisons. Il s'agit d'un défenseur qui avait inscrit un seul but la saison dernière, face au Racing lors du sommet à Bollaert.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 32058
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kenny Lala   Lun 12 Juin 2017 - 14:00

Kenny Lala : « Je ferai tout pour honorer ce maillot »

Le défenseur d’origine martiniquaise Kenny Lala (25 ans, 1,78 m, 79 kg) s’est engagé ce jour pour deux ans en faveur du Racing Club de Strasbourg Alsace. « Je suis très heureux, c’est un club qui a une histoire, une culture, un formidable public. Je ferai tout pour honorer ce maillot et la confiance qui m’est faite ».
Né à Villepinte, Kenny a grandi en Seine Saint-Denis. Ses premiers ballons, il les a tapés Porte de Clignancourt, à l’ombre du « Périph’ », sur le terrain de l’ES Parisienne. Il rejoint ensuite les équipes de jeunes du Paris FC en 2008 et brille notamment avec les U19, avec lesquels il dispute un quart de finale de Coupe Gambardella, ce qui lui ouvre les portes de l’équipe Première. C’est aussi l’époque des petits boulots (il est tour à tour coursier et vendeur dans une grande enseigne de vêtements) et de l’apprentissage de la vie : « Cela m’a construit, m’a donné le sens des réalités. Ce sont des expériences qui m’ont beaucoup apporté sur le plan humain et qui m’ont fait mûrir ».
Sur le terrain, Kenny se distingue à chaque rencontre. Après une saison pleine en National (33 matches en 2010-2011), il rejoint le Valenciennes FC et fait ses gammes avec l’équipe Réserve. Il fait deux apparitions en Ligue 1 lors de la saison 2011-2012 mais il doit attendre près de deux ans pour s’imposer : « Ça n’a pas été facile tous les jours, c’était une situation difficile à accepter mais il fallait passer par là pour être prêt un jour ». Il finit par gagner sa place au VFC puis, à l’été 2015, signe au RC Lens. Il disputera 71 matches sous le maillot Sang et Or. « Lens, c’est un club où j’ai reçu beaucoup d’amour, de la part du Président, du coach, des supporters. Ce club m’a beaucoup apporté et j’y ai passé deux très belles années ».
D’un Racing à l’autre, voici désormais Kenny en bleu et blanc, une nouvelle aventure qu’il aborde avec détermination : « Je veux aider Strasbourg à écrire une nouvelle page de son histoire. Il y a une grande ferveur ici et de belles choses à réaliser ».
Latéral droit rapide et technique, redoutable contre-attaquant, polyvalent (il peut également jouer côté gauche et dans l’axe), ce véritable fan de foot (« J’adore ça, je regarde un maximum de matches ! ») a pour modèle Sergio Ramos, le défenseur international du Real Madrid : « Il est impressionnant de justesse, il sait toujours ce qu’il a à faire et il le fait parfaitement. Défensivement, c’est un monstre et il apporte toujours un plus en phase offensive ». Lui-même avoue avoir beaucoup progressé dans ce domaine, notamment la saison dernière avec Lens : « J’ai gagné en concentration et en consistance, j’ai progressé sur le plan technique et tactique. Et je me suis un peu assagi, même si j’ai toujours du tempérament » ! Rendez-vous est pris pour une saison qui s’annonce exaltante en Ligue 1 : « J’ai hâte que ça commence ! », sourit Kenny. Nous aussi.

2016/2017 : 37 matches joués (RC Lens, L2)
2015/2016 : 33 matches joués (RC Lens, L2)
2014/2015 : 35 matches joués (Valenciennes FC, L2)
2013/2014 : 17 matches joués (Valenciennes FC, L1)
2012/2013 : 7 matches jouées (Valenciennes FC, L1)

SO
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 32058
Age : 70
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kenny Lala   Mer 28 Juin 2017 - 21:49

Lala déjà dans le ton
Première recrue estivale du Racing, le latéral droit Kenny Lala (25 ans), arrivé libre de Lens, se familiarise tout doucement avec son nouveau club et un environnement qui n’est pas sans lui rappeler l’Artois.
C’était le 8 mai au stade Bollaert-Delelis de Lens. Kenny Lala n’imaginait pas, alors, que son destin le mènerait, un mois plus tard, d’un Racing à l’autre.

Ce jour-là, le latéral droit artésien signait face à son futur club, Strasbourg, une prestation de haut vol, magnifiée par l’ouverture du score sur penalty à la 66e (1-1 au final).

Sans le savoir, il venait, par ses allers-retours incessants dans son couloir et un volume de jeu qui avait impressionné tout le monde, le staff du Racing en tête, d’esquisser les contours de son avenir.
« Nous aurons notre carte à jouer »

« À l’époque, nous ne pensions qu’à une chose avec Lens : notre montée en Ligue 1 (*). Je me devais – et toute l’équipe aussi – d’être au niveau de ce sommet de L 2. La question de mon devenir ne se posait pas, puisqu’en cas d’accession, une prolongation automatique d’un an figurait dans mon contrat. »

De fait, si Lens avait retrouvé la L1 deux ans après sa relégation, jamais le Parisien d’origine n’aurait rallié l’Alsace. « On ne va pas se mentir : je me sentais très bien au RCL. S’il était monté, les choses ne se seraient pas passées ainsi, c’est évident. D’ailleurs, après la non-montée, les dirigeants lensois m’ont offert une prolongation. Mais Strasbourg me proposait de rejouer en L1, ce qui ne m’était plus arrivé depuis trois ans (avec Valenciennes en 2013-2014). Passer d’un club historique à un autre était une forme de continuité dans ma carrière. »

Sitôt le verdict 2016-2017 connu, celui qui s’est ouvert au professionnalisme au VAFC (2011-2015) après avoir fait ses armes au Paris FC durant deux saisons avec les U19, puis une en National (201-2011), part en vacances.

« Je pensais à tout autre chose, mais les contacts avec Strasbourg ont été noués assez vite. J’ai d’abord eu Loïc Désiré ( le responsable du recrutement) , puis le président Marc Keller et le coach Thierry Laurey. Leur discours m’a convaincu. »

L’environnement aussi. La Meinau et sa ferveur, qui ne sont pas sans lui rappeler Bollaert, ne l’ont pas laissé insensible. « Je m’en étais aperçu lorsque nous sommes venus y jouer (3-1 pour le Racing le 10 décembre devant 22062 spectateurs). L’enthousiasme et l’engouement du public ont joué dans ma décision. »

Mais pas autant, évidemment, que le challenge sportif, tant personnel que collectif, qui l’a conduit à s’engager le 12 juin jusqu’en 2019.

Fidèle à ses principes, souvent de précaution, Thierry Laurey a tout de suite défini à sa première recrue estivale les bases de sa mission.

« Le coach m’a dit que j’avais des qualités pour attaquer, mais qu’il attendait avant tout que je défende bien », en sourit celui qui avoue avoir eu « un parcours assez simple », quoique atypique – « Je n’ai pas fait de centre de formation avant d’entrer au PFC à 17 ans et demi ». Des recommandations qui collent à ses propres aspirations. « Ma philosophie, c’est d’être un bon défenseur avant d’être un bon contre-attaquant. »

Heureux de débarquer dans un groupe uni par deux montées de suite, Kenny Lala ne se berce toutefois pas d’illusions. Il s’attend à une saison délicate. « Le recrutement est loin d’être terminé, mais depuis que je l’ai quittée, le niveau de l’élite a dû augmenter. Comme pour beaucoup d’équipes, le maintien va être compliqué. Mais ça ne me fait pas peur. Nous aurons notre carte à jouer. J’ai confiance en nous. »

Et le Racing, en lui et en ses chevauchées sur un flanc droit qui, ces dernières années, n’a guère brillé par la fulgurance de ses accélérations.

(*) Le RCL a terminé 4e , devancé par Troyes et Amiens dans les toutes dernières secondes de la saison.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kenny Lala   

 

Kenny Lala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Staff et joueurs du Racing-